Vignemale

Le massif du Vignemale, modeste en superficie (une dizaine de km²), est sans doute l'archétype de la haute montagne pyrénéenne : des glaciers encore vivants bien qu'en mauvaise santé, des voies normales faciles côtoyant des accès glaciaires et rocheux très difficiles, un froid versant nord spectaculaire, un aride versant sud moins vertical mais tout autant impressionnant.

 

Pic Mayouret (2688m) depuis le pont d'Espagne (1459m)

Rude accès pour un lac paisible loin de la foule de Gaube. Derrière l'hôtellerie du lac Gaube (1731m), là où ils brûlent les plastiques (sic), démarre un raide sentier pratiquement sans lacet. Il conduit à un pierrier (2058m) où la vallée se divise. Prendre la branche nord. Ne pas suivre les cairns dans le talweg encombré de blocs mais s'élever plus à gauche, dans la pente herbeuse et parsemée de pins, pour passer haut au ras des falaises de la crête (traces et cairns occasionnels). On évite ainsi majoritairement les blocs jusqu'au lac Méya (2465m). Poursuivre facilement E puis NE vers le pic Mayouret (2688m).

Sans difficulté, on peut faire le tour du lac par le haut. Longer la crête au sud vers le sommet 2673m à l'autre coin du vallon. Au passage, on peut gravir le pic de Bloundine (2664m, IIinf un peu impressionnant, aucun intérêt). Au nœud d'arêtes, on découvre le clot de Bernadole. Suivre ensuite la crête vers l'O jusqu'au pic Méya (2533m, une brèche à contourner par le sud). Belle tourelle couverte de lichen et vue plongeante sur le lac de Gaube. On revient facilement au lac Méya.

Longueur :** (1350m)
Difficulté :* (sentier rude puis évanescent)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Maes, 50 sommets sans corde dans les Pyrénées, 2ième série
Conditions :2016/08/27, beau puis quelques nuages

Pic d'Estibe Aute (2816m) depuis la Fruitière (1371m)

Lac d'Estibe Aute Lac et Pic d'Estibe Aute Le dénivelé semble raisonnable mais on a droit à quatre kilomètres d'un chemin qui s'élève à peine, un sentier qui grimpe raide jusqu'aux lacs, un pierrier pénible jusqu'au col et une longue crête étroite jusqu'au sommet. Heureusement, le sentier des lacs est bien marqué et cairné, les lacs d'Estibe Aute (2324m), de grande taille, sont beaux, situés en balcon face à Ardiden-Cestrède. Au col (2622m, accès évident, on peut aussi atteindre la crête plus au sud), magnifique découverte des Chabarrou et du Vignemale. Un cheminement cairné évite généralement la crête par l'ouest (un ou deux pas de II, un passage un peu exposé pour contourner la dernière pointe) et ce n'est que quand la neige s'invite en versant nord qu'il faut se reporter sur la crête même (aérien, parfois délicat). Belle vue au sommet, superbe sur la face nord du Vignemale.

Longueur :*** (1500m)
Difficulté :** (pierrier, petite escalade)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées dans les Hautes-Pyrénées, page 75
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome III, topo 353
Maes, 50 sommets sans corde dans les Pyrénées, 2ième série, page 47
Conditions :2006/10/15, beau, traces de neige 2700m

Pic Arraillé (2759m) et pic d'Estibe Aute (2816m) depuis la Fruitière (1371m)

Coin rarement décrit, certainement fréquenté autrefois par les chasseurs d'isard ; ou comment faire le pic Arraillé en 2h depuis Estom et sans pierrier. Suivre le sentier d'Estom et du col d'Arraillé. À l'entrée du vallon terminal, le sentier effectue une série de courts lacets sous puis au-delà d'un contrefort. Quitter le sentier au dernier lacet (2480m env.) pour rejoindre le contrefort et le gravir sans itinéraire bien défini. Escalade II peu soutenue, terrain assez exposé. On débouche sur la crête juste à l'est du point 2620 (qui est le haut du couloir évasé au pied duquel les derniers lacets ont lieu). Par le versant NO de la crête, rejoindre paisiblement le versant E du pic Arraillé que l'on gravit. Le sommet est constitué de deux pointes : la pointe sud, facile d'accès, porte un gros cairn ; la pointe nord (2759m), un peu plus haute et d'où l'on voit le lac de Gaube, demande un peu d'escalade II aérienne. Vue plein cadre du versant nord du Vignemale.

Direction le pic d'Estibe Aute. On circule facilement sous la crête pour passer au pic de l'Estibet d'Estom (2692m). Après un collet (échappatoire vers les laquets d'Estibet d'Estom), la crête devient découpée. La première pointe porte un cairn, la deuxième (court II) une vieille croix rouillée coincée dans les blocs : l'une des deux est le pic Henri Pont (2726m)(*). J'ai feinté les pointes suivantes (plus basses) par le versant E sans descendre beaucoup via le couloir entre les deux premières pointes et une rampe herbeuse pour reprendre la crête, facile, quand elle remonte vers le pic d'Estibe Aute (2816m). Retour par les lacs d'Estibe Aute, j'avais oublié le long pierrier sous le col mais pas la raideur du sentier sous les lacs.

Longueur :*** (1650m)
Difficulté :*** (escalade II parfois exposée)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Conditions :2016/08/19, léger voile, bourgeonnement l'après-midi

Pic de Labas (2946m) en circuit par les lacs d'Estom Soubiran

Labas et Sède schéma Labas Départ de la Fruitière (1371m) pour remonter la longue vallée du Lutour et visiter les jolis lacs d'Estom Soubiran. Au lac d'Estom (1804m), je prends l'ancien sentier direct (le sentier actuel, plus facile, fait un détour par le vallon d'Arraillé) : longer le bord du lac, se diriger vers le fond du cirque et traverser au pied des cascades. Le sentier s'élève énergiquement au milieu des dalles (bonne trace, cairns et vieux balisage blanc-rouge-blanc) et atteint rapidement le lac de Labas (2281m). Visiter ensuite successivement le grand lac des Oulettes d'Estom Soubiran (2360m), le lac Couy (2445m) ; le décor devient minéral pour monter au lac Glacé (2565m), au petit lac du Col (2650m) et enfin au col des Gentianes (2729m). Après s'être arraché à l'extraordinaire vue sur le Vignemale, le glacier d'Ossoue et le pauvre glacier du Montferrat qui vit ses dernières années, prendre quelques minutes pour monter à gauche à la brèche de Pouey Mourou (2777m) pour découvrir la crête du cirque de Gavarnie.

Vignemale - Sède Du col des Gentianes, effectuer une traversée descendante dans le flanc SO du pic d'Estom Soubiran pour rejoindre le col d'Estom Soubiran (2652m) (il n'est guère plus long de passer par le lac des Gentianes), continuer à flanc, puis s'élever dans la large pente SSE du pic de Labas, en cherchant autant que possible à profiter des zones herbeuses pour éviter les éboulis. Sans difficulté, atteindre le sommet du pic de Labas (2946m), au panorama remarquable, particulièrement vers le Vignemale, Gavarnie et le cirque d'Estom Soubiran. Descendre à la brèche nord (un peu délicat, fins éboulis sur dalles) et descendre le couloir NO (raide, éboulis, chutes de pierres) pour rejoindre le fond du vallon de Labas. Descendre cet infernal vallon qui n'est qu'un immense chaos de blocs que la sente cairnée tente de négocier au mieux, et trouver enfin vers 2200m le sentier venant du lac de Labas et peu après celui du col d'Arraillé.

Longueur :*** (1700m)
Difficulté :* pour le col des Gentianes, ** pour le pic (pierriers et éboulis, pentes raides)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées dans les Hautes-Pyrénées, page 77 (Estom Soubiran)
Maes, 50 sommets sans corde dans les Pyrénées, 2ième série, page 51 (Estom Soubiran)
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome III, topo 356 (Labas)
Conditions :2003/10/11, grand soleil

Pic de la Sède (2976m) en circuit depuis la Fruitière (1371m)

Ouah ! Le panorama du Labas est de toute beauté mais celui du pic de la Sède est encore plus magnifique. La vue sur les versants nord et est du Vignemale est extraordinaire, et avec une superbe visibilité Gavarnie et Balaïtous semblaient à portée de main. Itinéraire bien préférable avec des névés pour recouvrir les pierriers. Suivre le sentier du col d'Arraillé, puis les premiers lacets du sentier vers Estom Soubiran et s'enfoncer enfin dans le vallon chaotique entre Labas et Sède. Bon courage en absence de neige. Sortir au col occidental de Labas (2719m). Suivre la crête, d'abord raide mais facile. À l'approche de la première pointe, ça se complique. Le sommet est une longue crête sensiblement horizontale, étroite, rocheuse et présentant une assez longue escalade peu difficile mais assez exposée (II régulier), particulièrement entre les deux points culminants (2976m ou 2977m ?). Difficile de dire lequel est le plus haut : celui de l'ouest avec le cairn effondré ou celui de l'est, certainement peu visité. Profitez du panorama, autant sur le lointain (même l'Ossau est présent) que sur le proche Vignemale. Jamais la structure schiste rouge sur calcaire blanc de la pique Longue n'a été aussi visible.

Rejoindre la pointe 2929m, à l'intersection de la crête venue de l'Arraillé. À partir de là, la crête est facile. Plutôt que de rejoindre directement la hourquette d'Ossoue (2734m), il est intéressant de passer au sommet de la crête de la Hourquette (2847m) pour une vue plongeante sur les glaciers du versant nord. Pour rejoindre le col d'Arraillé, suivre le sentier des Oulettes jusqu'aux lacs d'Arraillé puis le sentier du col (150 mètres à remonter), ou, surtout s'il reste de la neige, remonter à peine pour effectuer une traversée haut au-dessus des lacs d'Arraillé. Du col d'Arraillé (2583m), espérez qu'il reste de la neige dans le fond du vallon, sinon une interminable descente dans les pierriers vous attend.

Longueur :*** (1650m, 21 km)
Difficulté :*** (II assez exposé)
Intérêt :*** (au printemps en neige)
Trajet :cartographie
Topos :Maes, 50 sommets sans corde dans les Pyrénées, 2ième série, page 85 (depuis Ossoue)
Conditions :2011/06/19, beau, névés 2300m/2100m (crampons), photos

Petit Vignemale (3032m) par la vallée de Gaube

Montferrat, Taillon Ascension classique, assez longue, sur un chemin remarquablement tracé. Montée de nuit sous la pleine lune (la frontale fut à peine nécessaire), brume bouchant le fond de la vallée de Gaube, arrivée avec le jour au refuge des Oulettes de Gaube ; la brume se déchire et le Vignemale se dévoile soudainement sous les premiers rayons du soleil. Panorama du Petit Vignemale Au sommet du Petit Vignemale, ciel dégagé en altitude et température frisquette, visite d'un oiseau qui se pose tranquillement sur ma chaussure pour profiter des miettes du casse-croûte (un descendant des pinsons de Russell ?). Au retour, si les conditions sont bonnes, il est intéressant de descendre directement de la hourquette d'Ossoue par le faîte de l'énorme moraine (pentes assez raides d'éboulis ou neige) pour une vue rapprochée de la cascade de sérac du glacier du Petit Vignemale, des crevasses du glacier des Oulettes et du couloir de Gaube.

Longueur :*** (1550m)
Difficulté :* (en absence de neige, est-il besoin de le préciser ?)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome II, topo 342
Maes, 50 sommets sans corde dans les Pyrénées, 2ième série, page 53
Conditions :2002/09/24, grand soleil avec quelques entrées nuageuses de sud, froid

Petit Vignemale (3032m) depuis le barrage d'Ossoue

Vignemale Vignemale Itinéraire classique par le refuge de Bayssellance, sans difficulté. Effectué à ski après avoir dormi au refuge, le lendemain d'une visite à la pique Longue. Ça fait une jolie descente, amusante en passant dans le barranco qui est comblé au printemps par les avalanches (dangereux si la neige n'est pas stabilisée, ou trop tôt en hiver, ou trop tard en fin de printemps).

Longueur :** (1200m)
Difficulté :* (en absence de neige bien sûr)
Intérêt :**
Trajet :cartographie (à ski)
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome II, topo 341
Conditions :2010/06/05, beau, neige 2000m/1850m (skis), photos

Piton Carré (3197m), pique Longue du Vignemale (3298m), Clot de la Hount (3289m), Cerbillona (3247m), Central (3235m) et Montferrat (3219m) depuis le barrage d'Ossoue

Montferrat Vignemale, Piton Carré, Chausenque Itinéraire standard par le glacier encore bien enneigé fin juin 2002. Départ à 3h45 du barrage (1834m), pour arriver au pied du glacier au moment où le soleil l'enflammait. Avant de grimper à la pique Longue du Vignemale, visite au Piton Carré (presque totalement recouvert de neige) pour un coup d'œil sur le couloir de Gaube et la face E du Vignemale. Seul au sommet à 8h00 pour apprécier la vue (le refuge Bayssellance était fermé pour travaux). Ensuite pic du Clot de la Hount (deux gendarmes un peu délicats: II), retour au point bas Clot de la Hount - pique Longue pour descendre par un large couloir enneigé aux grottes Russell (je ne comprends pas quelle cheminée indique Angulo, sur la crête S : rien ne semble praticable), puis col et pic de Cerbillona pour le casse-croûte. Piton Carré, Chausenque Crête évidente jusqu'au pic Central puis facile mais aérienne (I) jusqu'au Montferrat (compter 2h sans se presser depuis la pique Longue). Retour au glacier et descente lassante sur la fin. Est-il besoin de préciser qu'il s'agit d'une des plus belles balades que j'ai faites ? (pour ceux que rebute ce trois-quarts de tour du glacier d'Ossoue, passer au moins au Cerbillona et au pic Central : aucune difficulté et vues admirables).

Nouveau parcours à ski : le barranco d'Ossoue est bien comblé par les avalanches (danger si la neige n'est pas stabilisée, ou trop tôt en hiver, ou trop tard en fin de printemps), c'est plus original et plus simple que le sentier d'été. Chaussage juste au-dessus de la première cascade (2005m) et facile jusqu'au pied de la pique Longue. Redescente jusqu'au barranco (2300m env.) puis montée au refuge de Bayssellance toujours par le vallon principal qui tourne ouest au pied du col de Labas en direction de la hourquette d'Ossoue.

Longueur :*** (1700m)
Difficulté :*** (conditions variables, plus dangereux - crevasses, chute de pierres, passages aériens - que difficile)
Intérêt :****
Trajet :cartographie (à ski)
Topos :Véron, Randonnées dans les Hautes-Pyrénées, page 71
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome II, topos 353-348
Maes, 50 sommets sans corde dans les Pyrénées, 2ième série, pages 93-95
Conditions :2002/06/22, grand soleil, pas de vent, neige 2600m (crampons), idéal
2010/06/04 (Pique Longue seulement), beau, neige 2000m (skis, crampons), photos

Pique Longue du Vignemale (3298m), pointe Chausenque (3204m) en circuit par le couloir de la Moskowa

Vignemale Ascension du Vignemale par la voie historique. Long, pas facile, peu fréquenté et magnifique. Du barrage d'Ossoue (1834m), se diriger vers la cabane de Lourdes puis, en contournant assez haut le pic Rond, rejoindre le pla d'Aube, à l'ouest de ce pic (faire le plein d'eau). Plutôt que de faire un détour par le port du Pla d'Aube (2432m), il est plus rapide de passer le col anonyme au fond du pla. En courbe de niveau, contourner un éperon détaché d'un sommet au sud du pic de pla d'Aube, pour découvrir le vaste cirque des Tapou. Traverser un vallon pierreux et passer un collet (point 2473m sur la carte IGN), puis en légère descente, traverser le cirque pierreux pour rejoindre les pentes herbeuses (2400m environ) au-dessus des falaises qui plongent vers le rio Ara. Une vague sente apparaît et nous accompagne dans le long contournement du pic du Milieu de Tapou jusqu'au vallon de Labassa. Remonter au mieux le vallon vers les grandes dalles grises pour atteindre le pied du couloir de la Moskowa (2700m), parfaitement évident. Site impressionnant, coincé entre Tapou et Cerbillona, où l'absence de point de repère donne l'impression que les sommets sont tout proches. Longue montée du couloir raide et enneigé, sur plus de trois cents mètres. L'enneigement est satisfaisant et a permis d'aborder directement la paroi du fond juste à gauche de l'entaille centrale. Escalade peu difficile (II) en bon rocher, probablement plus facile que la cheminée habituelle très à gauche (donnée pour 50m en II/III). Plus haut, le terrain chaotique devient moins raide mais moins bon, pour aboutir au col Lady Lister (3200m). Découverte soudaine du glacier d'Ossoue et de l'objectif. Encore un peu de neige et un peu d'escalade, et enfin le sommet de la pique Longue. Le départ ayant eu lieu de nuit vers 5h, le sommet est atteint à 10h40, la visibilité est bonne, le ciel encore bleu, splendide. Retour avec petit détour à la pointe Chausenque (en traversée d'ouest en est, jolie vue sur la Pique Longue), puis par la voie normale via le glacier d'Ossoue, déjà bien à nu dans sa partie basse. Pendant la descente, les nuages apparaissent et le Vignemale prend une couleur grisâtre inquiétante qui ne fait pas regretter le départ matinal. Plusieurs marmottes et marmottons joueurs et peu farouches.

Longueur :*** (1700m)
Difficulté :*** (couloir enneigé 40°, escalade II ou III, orientation, hors sentier, glacier)
Intérêt :****
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome II
Guide Ollivier Pyrénées Centrales I
Conditions :2005/06/22, beau puis quelques cumulus, neige 2700m (crampons)

Grand pic de Tapou (3150m) et pic du Milieu de Tapou (3130m) depuis le barrage d'Ossoue (1834m)

Cerbillona, Vignemale Accès aux Tapou par l'itinéraire normal, assez évident, dans un environnement pourtant plutôt chaotique (cairnage abondant). Belle vue sur les dalles de Labassa et sur le Montferrat et son petit glacier suspendu, mais le reste du secteur du Vignemale est plutôt masqué. Les crêtes de Gavarnie sont à contre-jour et peu visibles, à moins de monter à un horaire très matinal ou très tardif. Note : la route d'accès au barrage d'Ossoue est franchement médiocre.

Second parcours à ski, beaucoup plus intéressant. Belle visibilité, neige excellente. Malgré la petite remontée aux lacs du Montferrat, c'est un itinéraire taillé pour le ski.

Longueur :** (1350m)
Difficulté :* (hors sentier mais très cairné)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome II, topo 351
Cabot, Ski de randonnée dans les Hautes-Pyrénées
Conditions :2001/09/08, beau
2016/04/25, beau, neige 1750m (skis)

Pics de Tapou (3150m, 3130m, 2923m) en circuit par les arêtes est et sud-est

Itinéraire plus varié que la voie normale, dominant à la montée deux ravins encaissés. Par temps frais, qu'il est agréable d'être tôt au soleil. Suivre le sentier du refuge de Bayssellance. Juste après les lacets de la première cascade et alors que le sentier va descendre un peu pour en rejoindre le seuil, s'élever droit dans la pente pour atteindre la longue arête E du Grand pic de Tapou. Suivre l'arête constamment. Elle s'élève rudement dans du calcaire gris herbeux, raide mais sans difficulté : les mains sont souvent utiles mais plus comme assistance que pour grimper (quelques pas de II). Après 600m avec un unique répit, l'arête passe au schiste rouge, moins raide, plus étroite, toujours facile, jusqu'à buter contre une proue. Échappatoire aisée au sud pour rejoindre au loin la voie normale. La proue est verticale, extrêmement effilée mais dans un extraordinaire rocher incrusté de cristaux, d'une solidité parfaite. Escalade IIIinf aérienne mais au rocher si fiable qu'elle en devient facile. On débouche vers 2850m sur les pentes finales, larges et faciles jusqu'au sommet du Grand pic de Tapou (3150m). Vue plus intéressante que dans mon souvenir même s'il est frustrant de ne voir que la pointe de la pique Longue du Vignemale.

Descente par l'arête SE, en passant au pic du Milieu de Tapou (3130m). Arête d'abord croulante, sans difficulté sauf un petit obstacle en II au-dessus du collet 2914m, puis horizontale et chaotique jusqu'au Petit pic de Tapou (2923m). Descendre au SSE la large pente d'éboulis jusqu'à la brèche de Tapou (2611m), d'où l'on peut facilement gagner les lacs du Montferrat. Pour continuer la balade, descendre versant espagnol pour contourner une suite de tours en passant à un plat herbeux (2473m) et revenir en crête au sud du pic de Pla d'Aube où l'on monte par une pente raide. Sommet (2679m) avec une jolie vue sur le secteur.

Descendre la crête tranquille à l'est jusqu'au collet (2491m) avant le pic Pointu. On peut monter en quelques minutes à un premier sommet (2526m) plongeant sur les lacs du Montferrat mais le véritable pic Pointu, un peu plus bas, est protégé par une petite brèche qui ne m'a pas inspiré. Du collet 2491m, descendre au sud en zigzaguant entre des petites barres et contourner par l'un ou l'autre côté le pic Rond pour descendre paisiblement à l'E dans les pelouses.

Longueur :*** (1400m+200m)
Difficulté :*** (arête raide, escalade IIIinf)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Guide Ollivier Pyrénées Centrales I
Conditions :2013/10/12, beau, vent froid, photos

Pic du Clot de la Hount (3289m) et pique Longue du Vignemale (3298m) par le Grand Couloir de Cerbillona

Pics de Chabarrou Course hors norme qu'il ne sert pas à grand chose à décrire vu qu'elle intéressera peu de monde et tant il faut improviser sur le terrain. Avec deux bivouacs planifiés, les sacs étaient lourds et notre vitesse de progression s'en est ressentie. Mais quelle ambiance hors du monde !

Vignemale versant NO Départ du parking du Pont d'Espagne (1459m) pour monter au col d'Arratille (2528m) où nous faisons notre premier bivouac, comme prévu. Magnifique coucher de soleil, le gigantesque versant ouest Vignemale nous interroge sur le choix de notre course.

Cerbillona Cerbillona Le lendemain, descente dans la vallée du rio Ara jusque vers 2150m où, avec l'aube, nous découvrons le Grand Couloir de Cerbillona, aux dimensions tellement impressionnantes qu'il est impossible d'en juger la taille. Tout ce versant ouest du Vignemale est hors de tout référentiel, moins spectaculaire que la face nord mais infiniment plus complexe. Remontée du vaste couloir qui se redresse rapidement à 45°, dans une pente continue sans aucun repos, sur une neige dure nécessitant bientôt de relayer. Le vide se creuse régulièrement en dessous, trois cents, quatre cents, cinq cents mètres, le fond de la vallée se distingue à peine alors que le débouché est encore bien loin. L'heure tourne, le soleil commence à chauffer les pentes chargées de neige, il devient préférable de quitter l'axe du couloir (qui se redresse au-delà de 50°) pour s'élever dans la rive droite, vers une des nombreuses arêtes issues du pic du Clot de la Hount. Les grosses coulées de fonte qui balaient bientôt le couloir ne nous font pas regretter notre choix. À force de s'élever en terrain péteux (voire franchement dangereux par moment, certains relais étant précaires), neige 45° ou mixte, nous aboutissons sur une arête (l'arête OSO du pic du Clot de la Hount) où une selle neigeuse inespérée permet d'installer le second bivouac initialement prévu au sommet. Altitude approximative 3000m. Encore un coucher de soleil spectaculaire suivi d'une nuit difficile, à cause de la fatigue et du froid.

Balaïtous Le troisième jour, nous repartons, alternant rocher (II/III aérien), neige (45-50°) pour contourner une grande tour et une section difficile, et mixte. Après 8 ou 9 longueurs, nous aboutissons de manière inattendue à proximité de la sortie du couloir Ledormeur (3220m). Reste encore un morceau de crête mixte, pas si simple surtout avec les sacs lourds et la fatigue accumulée. Enfin le sommet du pic du Clot de la Hount, au panorama fabuleux, et rapidement après la pique Longue, tout aussi belle. À l'heure où nous y arrivons (14h), il n'y a plus personne, l'impression d'être seul au monde se prolonge.

Après une collation bienvenue, descente par la voie normale via le glacier et la hourquette d'Ossoue (épuisante remontée des deux cents mètres du vallon oriental, quatre tortues rampantes) suivis de l'interminable vallée de Gaube où nous avançons comme des somnambules pour parvenir à la voiture à 21h. Mais au final, malgré la fatigue, un souvenir émerveillé de ces trois jours.

Longueur :*** (2600m en 3 jours)
Difficulté :**** (alpinisme AD, très longue pente 45°)
Intérêt :**** (mais guère comparable)
Trajet :cartographie
Topos :Mousel, Pyrénées, courses mixtes, neige et glace (pas vraiment suivi et un peu optimiste)
Conditions :2010/04/09 (col d'Arratille), beau, neige 1800m (raquettes)
2010/04/10 (bivouac 3000m), beau, neige intégrale (crampons)
2010/04/11 (sommets), beau puis brume dans la vallée, neige 1800m (crampons + un peu raquettes)