Massif de la Maladeta

Le massif de la Maladeta porte l'Aneto, point culminant des Pyrénées, plusieurs autres sommets importants (Maldito, Maladeta, Russell) et quelques-uns des derniers grands glaciers pyrénéens. Le massif est pourtant peu original, n'étant principalement qu'une simple crête à plus 3000 mètres, s'étirant linéairement sur 6 km. C'est en périphérie qu'on y trouvera des paysages plus attachants : l'immense lac de Cregüeña entouré de gigantesques pierriers qu'il faut parcourir en tout début de saison, tant qu'ils sont cachés sous les névés ; au SE le pic de Vallibierna à proximité d'une myriade de lacs et fermant la superbe vallée de Vallibierna ; au NE la belle pointe fourchue de la Forcanada.

 

Pico de Estatás (2945m) et tuca del Quillón (2953m) en circuit depuis le plan de Baños

Pico de Estatás Résumé : montée au pico de Estatás par le couloir NO, crête jusqu'au Quillón et retour par la brèche d'Alba. À faire en neige (immenses pierriers). Les topos de la littérature sont confus ou erronés. Dans le guide Ollivier Posets-Maladeta et dans Angulo 1000 ascensions tome IV, le descriptif pour l'Estatás ressemble à ma descente du tuc del Quillón. Le pico de Cregüeña était autrefois aussi bien le pic central d'Estatats que le pic oriental d'Estatats, les fluctuations de la toponymie expliquent sans doute la confusion.

Du plan de Baños (1540m env.), descendre la piste de l'Esera jusqu'au puente de Cregüeña (1468m) et prendre le rude sentier de l'ibón de Cregüeña. À la pleta de Cregüeña (2010m), traverser le ruisseau (compliqué en période de fonte) et revenir en arrière pour rejoindre le grand couloir qui vient mourir sous la pleta, bien visible de la route au pont de Lliterola et aperçu lors de la montée. Remonter longuement ce couloir facile (35°) jusqu'à la crête vers 2750-2800m. Le versant sud facile conduit au pico de Estatás (2945m). Très beau panorama original.

La crête jusqu'à la tuca del Quillón présente gendarmes et pointes intermédiaires. Tous s'évitent dans le versant sud facile mais en terrain médiocre. Nombreux petits pins à crochet à plus de 2800m, étonnant. Les deux premières pointes nécessitent de s'éloigner beaucoup de la crête, la suite est souvent juste une dizaine de mètres en contrebas. Avant la dernière montée vers le Quillón, échappatoire versant nord vers le balcon ci-dessous. La tuca del Quillón présente deux pointes importantes. La pointe O est cotée 2953m et la pointe E 2951m mais après visite des deux, la pointe E m'a paru clairement la plus haute. Entre les deux, une profonde brèche de plein pied avec le pierrier nord. Descente délicate depuis la pointe O dans des blocs énormes, désescalade III (il fallait sans doute feinter la pointe O par le nord), remontée peu difficile par le versant nord à la pointe E.

Depuis la pointe E, impossible de continuer sur la crête sans rappel. Retour à la brèche entre les deux pointes pour descendre au nord sur un vaste balcon porté par des falaises. Descente peu évidente du balcon vers les grandes pentes de l'ibón de Cregüeña. Au coin NE du balcon, j'ai pris un couloir raide (45°) qui aurait été impraticable sans neige en finissant par un saut (il semble qu'il faille faire une diagonale vers le SE depuis ce coin NE). Direction l'ibonet de Cregüeña (2440m) et franchissement de la brèche de droite (2660m) directement au-dessus de l'ibonet (est-ce la brecha de Alba ? Aucune carte n'est d'accord). Descente facile au lac supérieur (2454m) puis par le couloir raide (40° ?) issu du déversoir pour plonger sur l'ibón de Alba (2260m) ; en absence de neige, laisser le lac supérieur à gauche et faire un détour à l'est. Enfin, au lac, sentier bien marqué pour descendre rapidement aux Baños.

Départ 5h40, Pleta de Cregüeña 7h00, fin du couloir 9h, Estatás 9h20, Quillón 10h45, brecha d'Alba 12h30, plan 14h.

Longueur :*** (1800m)
Difficulté :*** (couloir 35°/700m, escalade II, courts couloirs 40/45°)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Conditions :2017/05/26, beau avec bourgeonnements avant midi, neige 2100m/2250m, crête déneigée (crampons)

Pico de Aragüells (3037m), pico de Piedres Albes (2993m), pico de Cregüeña (2986m) depuis le puente de Cregüeña (1468m)

Panorama de l'Aragüells L'Aragüells est un petit 3000 de la Maladeta mais son panorama sur le versant sud de la Maladeta et la visite du lac de Cregüeña en font pourtant un objectif plus intéressant que je ne pensais. Rude sentier jusqu'à l'ibón de Cregüeña (2630m). À l'arrivée au lac de bon matin (8h30), je pénètre dans un monde polaire : de la neige à perte de vue, pas un souffle de vent, silence absolu, le lac bien gelé à peine bleuté par endroit, fraîcheur marquée. J'évite le contournement laborieux en traversant directement le lac, les chaussures crissent sur le givre sans laisser de traces. Alors que je fais ma pause sur la presqu'île centrale, le soleil apparaît dans l'échancrure du col Maudit, la température monte doucement, les cascades s'éveillent. Maladeta - Maldito Montée en crampon au col d'Aragüells ou de Cregüeña (2905m) en faisant un large détour vers le col Maudit impressionnant de verticalité pour trouver des pentes pas trop raides. Côté nord du col, monter sans difficulté par la crête, ou encore plus facilement en contournant par le sud, à l'aiguille Juncadella (3015m) qui n'a rien d'une aiguille (aucun intérêt). Côté sud du col, une pente forte conduit au pic d'Aragüells (3037m). Vue admirable sur le versant sud du massif de la Maladeta, du pic d'Albe au pic Russell et au Vallibierna, et en particulier sur le groupe Maladeta - Maldito - Aneto. Tous les détails et voies d'accès à ces sommets par le sud sont visibles, la Diagonale du Maldito fait envie, la neige qui recouvre encore les pierriers adoucit le décor sinon exclusivement rocailleux. Le lac de Cregüeña est un magnifique premier plan au Perdiguero, Posets et Cotiella terminent le panorama à l'ouest.

Maldito - Cregüeña Parcours ensuite de la crête à l'ouest vers les pics d'Estatás. Plusieurs pointes tutoient les 3000 : pointe anonyme (2985m), pico de Piedres Albes (2993m) au-dessus d'un petit lac perdu, pico de l'Agulla (2950m), pico de Cregüeña ou pic oriental d'Estatats/Estatás (2986m). La crête n'est jamais réellement difficile mais il faut trouver son cheminement au mieux au milieu de gros blocs et de gendarmes, passant d'une petite brèche à l'autre, tantôt par le fil, tantôt à flanc. Il me fallut une très grosse heure pour faire cette belle traversée au-dessus du lac de Cregüeña. Échappatoire aisée au col entre Piedres Albes et Agulla. Parvenu au pic de Cregüeña, je descends par l'étroite arête N qui plonge vers le déversoir du lac. Sèche désescalade IIsup en bon rocher, très aérienne, peu empruntée vu les lichens (une voie plus facile existerait depuis le col à l'ouest). Quand le granite s'éclaircit, il devient possible de rejoindre le versant E, un détour permet d'éviter des rochers polis et fin de la descente sur des névés maintenant ramollis.

Longueur :*** (1850m)
Difficulté :*** (pierriers, escalade II aérienne)
Intérêt :***
Schéma :voir Albe
Trajet :cartographie
Topos :Posets - Maladeta
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 643b (Aragüells)
Conditions :2005/06/02, beau puis cumulus, névés 2450m (crampons)

Pico et diente de Alba (3107m, 3120m), pics Occidentaux de la Maladeta (3185m, 3211m, 3263m), pico de le Bondidier (3146m) en circuit depuis l'Hospital de Benasque

schéma Albe Très long circuit, à faire en début de saison (et non pas fin juillet) pour bénéficier d'un bon enneigement sur les immenses pierriers, épuisants à la descente. Beaucoup de petite escalade mais peu de réelles difficultés, presque tout est contournable dans des pierriers et éboulis parfois peu stables.

Accès à la Besurta (terminus de la route d'accès à la Rencluse, 1880m) : de juillet à mi-septembre, l'accès est barré à toute heure un peu avant l'hospital de Benasque (1750m). Une navette de bus circule (en 2002 : 3 euros A/R ; horaires : 5h, 5h30, puis régulier de 7h30 à 19h, 21h30). Les courageux (ou ceux comme moi qui arrivent à 6h) peuvent suivre à pied un agréable sentier rive droite (1h).

Monter au refuge de la Rencluse (2140m, 40mn), traverser sur une passerelle le ruisseau de la Maladeta et suivre le ruisseau d'Albe. Plus haut, abandonner progressivement le vallon d'Albe pour rejoindre la croupe qui forme au N en s'effilant les col et pic de Paderne (si l'enneigement est suffisant, autant rester dans le vallon) (environ 2h depuis la Rencluse). Remonter longuement cette croupe (cairns) qui finit par se fondre dans le versant NE du pic d'Albe. À ce point, repérer l'avant-dernière petite brèche avant le sommet (cairns bien visibles). Franchir cette brèche (escalade facile), traverser vers le SO pour remonter les blocs et quelques dalles jusqu'au sommet (3107m, 3h30 depuis la Rencluse, 5h10 depuis l'Hospital). Belle vue jusqu'au pic Maudit et sur les secteurs Posets et Perdiguère.

Luchonnais depuis Albe Retour à la petite brèche (attention à ne pas la rater), traversée des restes du glacier d'Albe, rude montée au col d'Albe (3081m). Poser les sacs et suivre la crête vers l'O jusqu'à la Muela d'Alba (3111m). La descente sur la brèche suivante présente un mur qui m'a semblé difficile (ai-je raté un passage évident ? Aucun topo ne fait mention de cette difficulté) et il m'a fallu descendre largement en flanc S avant de pouvoir remonter au seuil de la brèche et atteindre la Dent d'Albe (3120m).

Maladeta - Maldito Retour au col d'Albe, reprise du sac, montée dans les éboulis au collet entre le 3° et le 2° pic Occidental de la Maladeta, dépôt du sac. L'accès au 3° pic est compliqué par un court mur difficile juste avant le sommet et il faut passer en flanc S une quinzaine de mètres plus bas pour l'éviter (un peu délicat). Du 3° pic ou pic Mir (3185m) et de la pointe Delmás (3168m) toute proche, belle vue sur le glacier de la Maladeta. Du collet 3°-2°, l'accès par la crête au 2° pic occidental ou pic Sayó (3211m) demande de l'attention (escalade II raide sur gros blocs, évitable en contournant par le col Cordier) et la suite jusqu'au 1° pic occidental ou pic Cordier (3263m) est un peu longue mais sans problème. Belle vue vers Maladeta - Maldito.

Retour au col 2°-1° pour traverser SO jusqu'au col Cordier (3121m). La crête jusqu'au pico de le Bondidier (3146m) est accidentée (II) et plus longue qu'il ne semble. Les difficultés peuvent être partiellement contournées par la droite en terrain peu sûr. Belle vue sur le lac Cregüeña et le lac Cordier.

Pics occidentaux de la Maladeta Retour au col Cordier, descente à l'immense lac de Cregüeña (par l'un ou l'autre côté de l'arête, laborieux, bonne visibilité nécessaire), cheminement d'accès du lac bien cairné (pierriers puis sentier médiocre) jusqu'au pont de Cregüeña (1486m) sur l'ancienne route des Bains de Benasque, montée d'une vingtaine de mètres pour atteindre la nouvelle route et auto-stop jusqu'au parking (plus de 4h depuis le col Cordier).

Note sur les altitudes : les cotes d'altitudes du secteur sont assez fluctuantes. J'ai utilisé les cotes d'Angulo qui me paraissent plus cohérentes entre elles. Selon les sources, la dent d'Albe va de 3114m à 3136m, ou le pico de le Bondidier de 3146m à 3185m (cette dernière cote est clairement fausse).

Longueur :*** (1800m, plus de 12h...)
Difficulté :*** (nombreux pas d'escalade IIinf, pierriers instables, hors sentier)
Intérêt :**** (mais à quel coût !)
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos combinés 630-632-634-633
Boyer & Pardina, Randonnées dans les Pyrénées Aragonaises, page 171 (pic d'Albe)
Posets - Maladeta
Conditions :2002/07/26, grand soleil, plus de neige...

Tuca Blanca de Paderna (2847m) et pico de Alba (3107m) en circuit depuis l'Hospital de Benasque

Tuqueta Blanca schéma Paderna-Alba Montée par le vallon de la Pleta de Paderna et retour par les lacs d'Albe pour un circuit largement hors sentier. L'itinéraire des « tubos de Paderna » est un itinéraire de ski de randonnée, il n'est pas surprenant de n'y trouver aucune trace. L'hospital de Benasque (1758m) est dominé par une barre rocheuse. Dans le premier virage après la barrière de la piste de la Besurta, quitter la route pour franchir la barre dans le premier goulet qui se présente. Une zone de rhododendrons fait suite avant d'arriver à une pleta orientée E-O. À l'extrémité E, se trouve le deuxième tube. S'élever facilement dans les pentes herbeuses à droite de ce tube puis tourner autour de la tuqueta Blanca de Paderna pour rejoindre le vallon calcaire de la Pleta de Paderna vers 2300m. Remonter ce vallon en laissant à gauche le collado de Paderna et se diriger vers la brèche la plus basse sur la crête tuca Blanca - Alba (la deuxième depuis la tuca Blanca). Son accès est facile mais un peu exposé. Le couloir dans la face SO qui conduit au sommet de la tuca Blanca est évident. Il semble préférable d'utiliser des virettes pour rejoindre le couloir à mi-hauteur pour éviter le bas plus raide. Atteindre le sommet sans difficulté. Il est constitué d'un bizarre calcaire pailleté qui semble aggloméré au hasard et se désagrège directement en un sable grossier.

Direction le pico de Alba. Revenir à la brèche et longer par l'ouest la crête vers le pico de Alba. Long chaos de blocs. On rejoint le cheminement venant des lacs d'Albe au pied du premier couloir croulant qui mène au pierrier supérieur. Éviter le fond du couloir par sa rive gauche (escalade facile) puis suivre la sente cairnée jusqu'au sommet. Bonne visibilité et belle vue.

Descente détournée au lac inférieur d'Albe. Revenir au pied du couloir croulant. Pour éviter autant que possible l'immense pierrier (déneigé), tirer fortement à droite, NNO. On trouve assez rapidement des banquettes herbeuses plus confortables. Continuer vers le pied de la face SO de la tuca Blanca puis viser un collet sur sa vague crête O. Je découvre derrière une immense doline désertique où une quarantaine d'isards avec de nombreux chevreaux pensaient être tranquilles. Virer à gauche et plonger vers le lac inférieur d'Albe en suivant la ligne de séparation granite-calcaire. Pas de difficulté mais bonne visibilité nécessaire (présence de barres). Joli lac, enfin des arbres et un sentier. Suivre le sentier bien marqué. Il s'effondre dans le canal de Turonet (concentration et bonnes cuisses nécessaires) en direction des Bains de Benasque. Juste avant la piste venant des Bains, on croise un sentier balisé jaune-blanc. Le suivre à droite, il ramène au parking en passant à l'importante résurgence d'Albe et en rajoutant malheureusement une centaine de mètres de dénivelé supplémentaire.

Longueur :*** (1600m)
Difficulté :** (hors sentier, pierriers)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos 630a, 631
Conditions :2007/08/03, beau

Pico de la Maladeta (3308m) depuis l'Hospice de Benasque

pico de la Maladeta pico de la Maladeta Itinéraire classique mais de belle ampleur quand les conditions sont là : chaussage à l'hospital, refuge de la Rencluse, avec la foule jusqu'à proximité du portillon supérieur puis plus grand monde vers la Maladeta. Le couloir de la Rimaye est gavé, il a plus d'allure qu'en été et la vue du sommet sur les crêtes enneigées est bien évidemment magnifique. Descente rapide dans une neige encore froide mais dense avant de retrouver la soupe sous la Rencluse.

Longueur :*** (1600m)
Difficulté :*** (glacier, couloir 40-45°)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos 637
Laurens, 52 balades à skis dans les Pyrénées centrales, page 93
Conditions :2009/05/02, gris le matin sous 2800m, beau au-dessus puis progressivement partout, neige 1750m (skis, crampons)

Pico de la Maladeta (3308m), pico Maldito (3350m), punta d'Astorg (3355m), pico del Medio (3346m), pico de Coronas (3293m) en circuit depuis la Besurta (1900m)

pic de la Maladeta Pic de la Maladeta Magnifique parcours sauvage, pour visiter les grands sommets à l'ouest de l'Aneto. Beaucoup d'escalade, des difficultés neigeuses (rimayes) et une grande solitude. Pendant que des dizaines de personnes s'élevaient vers l'Aneto, il n'y a pas eu plus de cinq personnes au Maldito (et pas simultanément). À effectuer assez tôt en saison, pour ne pas trop peiner sur les glaciers et aux rimayes (début août était tardif mais l'année 2004 était bien enneigée).

Départ avec la première navette (5h00), à la frontale jusqu'aux environs du Portillon Inférieur. Parvenu au glacier de la Maladeta, la météo n'est pas enthousiasmante : les sommets sont accrochés et je dois attendre une éclaircie pour trouver le couloir du col de la Rimaye. Dans l'axe du couloir, l'énorme rimaye est grande ouverte et infranchissable, découvrant un précipice insondable, mais il est encore possible de passer (tout en douceur) plus à l'ouest. Montée facile du couloir (en évitant de regarder en bas vers la bouche affamée) et quelques blocs plus tard, au sommet de la Maladeta (3308m, 3h20). Le soleil tente de percer, un timide spectre de Brocken se forme, la vue est inexistante. Seule une courte éclaircie me découvre la belle paroi de la crête du Milieu. Crête au sud, évitement d'une partie difficile par le versant ouest (plusieurs pas de II sur de gros blocs, rendus glissants par le givre déposé par le brouillard) et col Abadías (3250m env.). Le soleil a gagné, les sommets se dégagent et les nuages se réfugient quatre cents mètres plus bas. Aller-retour à la pointe Abadías (3279m) pour déterminer qu'il n'y a que vingt-sept mètres entre le col et la pointe (cf ma liste de 3000).

Crête du Milieu Objectif suivant : le Maldito. Je passe sous le col Maudit (3198m) et je cherche le couloir des topos (« couloir un peu à gauche de l'arête NO et qui rejoint l'arête sous le gendarme Schmidt-Endell ») mais sans succès. Dalles polies et rimaye trop marquée me dissuadent d'insister là. J'aborde la paroi plus à l'est, légèrement à gauche de l'aplomb du sommet, après avoir franchi hardiment la profonde rimaye. Escalade assez facile en terrain médiocre (fin cailloutis), puis un peu plus dure (IIsup) mais en meilleur rocher pour atteindre l'arête NO à quelques mètres du sommet (2h environ depuis la Maladeta, en cherchant ma voie). Les nuages sont descendus, la vue est splendide. On domine l'immense lac de Cregüeña bleu profond, le lac Cordier est encore partiellement gelé, le pic de la Maladeta et sa paroi E font bel effet. Au loin, les massifs des Posets et du Perdiguère peinent à se libérer totalement des nuages. En quelques minutes, je suis sur la pointe d'Astorg (3355m), point culminant de la crête du Milieu. Le sommet est un monolithe en équilibre au bord de l'abîme. En hommage à la photo de Brulle avec d'Astorg et C. Passet, je me hisse dessus et me met debout (extrêmement aérien), il n'y a hélas pas de photographe en vue.

Aneto versant O Plusieurs sangles de rappel précèdent la descente à la brèche menant vers le pico del Medio, j'hésite à continuer par la crête. Deux espagnols arrivant des ibones de Coronas m'indiquent une voie plus facile, consistant à descendre le contrefort issu de la pointe d'Astorg et qui longe le couloir de la brèche. Désescalade peu difficile pour perdre une centaine de mètres et parvenir au pierrier au pied des parois. Aussi vite, je remonte en diagonale pour revenir à la crête du Milieu (névé raide puis escalade peu difficile). La crête est particulièrement chaotique et aérienne (plus ou moins évitable à flanc sud) jusqu'au pico del Medio (3346m) et il m'a fallu plus d'une heure pour parcourir les deux cent cinquante mètres qui séparent, à vol d'oiseau, les deux sommets. Belle vue sur la face O de l'Aneto, la crête de Llosás, les lacs de Coronas et le Vallibierna.

Medio Descente facile au collado del Medio (3263m), rapide aller-retour au pico Coronas (3293m). Le pico del Medio y est particulièrement élégant et les nuages ont repris le pic de la Maladeta. Plutôt que de rentrer par le Portillon Supérieur et la Rencluse, descente au N en coupant la tranchée de la voie normale de l'Aneto pour rejoindre l'ibón del Salterillo (2460m). En absence de neige, la belle moraine latérale est assez confortable. Au déversoir du lac quasiment comblé, on trouve un sentier paresseux qui conduit au plan dels Aigualluts, transformé en zone de pique-nique. Visite au célèbre Forau dels Aigualluts (ou, à tort, Trou du Toro) où les eaux du glacier de l'Aneto se perdent pour donner naissance à la Garonne.

Longueur :*** (1700m)
Difficulté :*** (de tout : névés & glaciers, rimaye, longue escalade II+ exposée, pierriers & gros blocs)
Intérêt :****
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos 637, 636, 639, 642
Posets - Maladeta
Conditions :2004/08/05, sommets accrochés puis mer de nuages au N puis cumulus, névés 2900m (crampons)

Pico de Aneto (3404m) par le glacier de Barrancs depuis la Besurta (1900m)

Glacier de Barrancs Parti avant l'aube pour remonter de la vallée de Barrancs jusqu'à la colladeta de Barrancs (2479m). En vue du col de Salenques, virage à droite, pour s'élever le long de l'arête NE de l'Aneto, mal définie dans sa partie basse, jusqu'à arriver au glacier de Barrancs. Enneigement parfait, j'ai remonté le glacier jusqu'au fond pour en sortir à gauche et rejoindre très haut l'arête NE de l'Épaule de l'Aneto, plus facilement que je ne m'y attendais (un épaulement évident à mi-hauteur semble aussi praticable). Tout en neige, et alors que de loin tout semblait vertical, j'ai trouvé la pente raisonnable (elle ne m'a pas paru dépasser 35-40°, sauf sur quelques mètres, mais certains topos annoncent 45-50° ? Qu'en est-il précisément avec moins ou plus de neige ?). Une courte crête facile mène au sommet de l'Aneto. Arrivé à 9h, personne. Panorama un peu décevant : tout est trop bas, trop loin, sans premier plan (le panorama du Maldito est par exemple bien plus joli).

Profitant de l'absence de monde, retour par la voie normale que j'ai trouvée bien longue jusqu'au Portillon Supérieur, alors même que tout était encore enneigé. Quelle horreur cela doit être en été ! Ensuite, de belles langues de neige m'ont déposé rapidement au refuge de la Rencluse.

Longueur :*** (1500m)
Difficulté :**** (glaciers, neige 40-45°/400m, petite escalade)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Posets - Maladeta
Conditions :2005/06/06, beau, névés 2700m/2150m (crampons)

Pico de Aneto (3404m) par le couloir Estasen, pico de Coronas (3293m) et pico del Medio (3346m) depuis le pont de Coronas

Vallibierna coucher de lune Accès en voiture au pont de Coronas (1950m) où se trouve le refuge non gardé de Coronas/Vallibierna/des Pescadores dans un cadre splendide (mais coincé entre deux ruisseaux très bruyants) : viser le court créneau où la piste de Vallibierna a été remise en état après les dégâts de l'hiver (mi-mai à mi-juin selon les années) mais n'est pas encore interdite à la circulation (juillet à mi-septembre, service de bus horriblement cher).

Aneto couloir Estasen Départ à 4h30 du refuge. Continuer sur le GR11 quelques minutes au-delà du refuge puis prendre le chemin des ibones de Coronas. Chemin un peu casse-pattes de nuit mais bien cairné. J'ai trouvé le jour puis la neige bien regelée sous les lacs et j'ai ainsi échappé aux immenses chaos de la région. Seul l'ibón Inferior (2620m) laisse entrevoir un début de dégel, l'ibón Medio (2725m) ne se remarque que par une vaste zone horizontale. Site magnifique, contraste entre les vastes pentes toutes enneigées encadrées par trois crêtes déchiquetées (Cregüeña, Milieu, Llosás). Sans difficulté, monter vers le pied du collado de Coronas. Le couloir Estasen se trouve à droite montant vers la crête de Llosás, parfaitement évident. La partie la plus raide m'a semblé être l'étroiture du bas, avant qu'il ne se courbe (45° en moyenne). Neige très dure, presque de la glace dans la rigole d'évacuation. Il n'est pas encore 7h30 et déjà de minuscules morceaux de glace la descendent. Pour gravir deux trois mille secondaires (et sans grand intérêt) mais surtout pour éviter une petite corniche, je suis sorti par la branche de droite, pratiquement sur l'Aguja Escudier (3315m). Pour rejoindre l'Aneto, il faut franchir l'Aguja Daviu (3350m) : ressaut raide pour y monter (II et glace) et pente de neige raide, déversante et exposée pour en descendre. On parvient à la sortie gauche du couloir Estasen. Il reste un ressaut peu difficile (II) mais alors en neige et glace : court mais peu évident. Une courte arête effilée de neige conduit au sommet. 8h30, pas grand monde en vue, enneigement remarquable cette année.

Coronas - Medio Descente par la voie normale jusqu'au collado de Coronas (3198m). Enneigé et tracé, le pont de Mahomet est un boulevard ! Vu l'heure matinale et le beau temps, je monte au pico de Coronas. À droite de la crête, une raide pente de neige avec petite corniche me permet d'éviter la partie rocheuse. Sans plus de difficulté, je traverse le pico de Coronas et continue jusqu'à l'élégant pico del Medio (3346m). Retour au collado de Coronas en contournant le pico de Coronas par le glacier (étonnante cuvette entourant les murailles du pico de Coronas). La descente du collado de Coronas fut peu évidente. D'abord quelques mètres de désescalade II avec les crampons puis une quinzaine de mètres presque verticaux en neige glacée : en marche arrière sur les pointes, c'est long... Agréable descente ensuite, je quitte enfin les crampons vers l'ibón Medio. La neige porte encore, retour avant une heure au refuge de Coronas pour une sieste bien méritée.

Longueur :*** (1450m+200m)
Difficulté :**** (alpinisme neige/glace PD+ 45°, escalade II)
Intérêt :****
Trajet :cartographie
Topos :Mousel, Pyrénées, courses mixtes, neige et glace
Alejos, Pyrénées, guide des 3000 m
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos 648, 646, 642
Conditions :2008/06/19, beau, quelques nuages après 11h, neige 2450m (crampons)

Pico de Aneto (3404m) par l'arête sud depuis le pont de Coronas (1950m)

Itinéraire original pour gravir l'Aneto, dans son versant le moins fréquenté. Du pont de Coronas, suivre le sentier puis les cairns qui mènent à l'ibón de Llosás (2470m). Monter au NO vers la brèche inférieure de Llosás puis quitter rapidement le vallon pour suivre les cairns au N afin de surmonter les falaises du lac. Quand l'herbe disparaît, la neige apparaît (2700m env.) et me masque les immenses chaos détritiques, sinon bon courage. Remonter doucement en se rapprochant progressivement de la crête de Llosás pour passer à l'ouest de l'arête sud de l'Aneto (qui n'est en fait qu'un important contrefort de la crête de Llosás). Passer tout près de la brèche supérieure de Llosás (3055m) où l'on peut jeter un œil. Attaquer l'arête sud tout à droite, au point le plus facile (cairn). Après une raide pente de neige en cette saison, je quitte les crampons pour attaquer l'escalade, II et III, assez exposé. Plus haut, la présence de neige me force à remettre les crampons et à les garder pour la suite. Pour éviter un passage de II+ en crampon, j'emprunte sur une dizaine de mètres à droite de l'arête un couloir enneigé très raide (50-55°). Une petite brèche permet de faire la jonction avec le canal de Llosás (couloir 45-50° caché derrière l'arête sud). Remontée du couloir enneigé pour aboutir sur la crête de Llosás entre les aiguilles Escudier et Daviu, à la sortie ouest du couloir Estasen. Montée facile, partiellement enneigée à l'Aneto. Une seule personne au loin sur le glacier, difficile d'imaginer la foule de la veille. Départ à 5h30, sommet à 10h, belle visibilité.

Retour par le collado de Coronas, facile à descendre cette fois-ci, et neige agréable jusqu'à l'ibón Inferior de Coronas.

Longueur :** (1450m)
Difficulté :*** (PD+ compliqué par la neige)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 649
Conditions :2011/05/23, beau, neige 2700m/2600m (crampons), photos

Pico de Castanesa (2861m) en circuit depuis la piste de Fontjanina

Tuca de Castanesa Au-delà de Fontjanina (fin du goudron), une piste médiocre remonte la vallée de Castanesa sur 5 km jusqu'aux bordes de Posinqueso (parking au pont, 1515m). Une piste remonte à l'ouest la rive droite du val de Basibé jusque vers 1900m, d'où l'accès au col de Basibé/Baciver (2277m) est évident. Ensuite crête au N jusqu'au pico de Castanesa (deux branches possibles : j'ai pris celle de droite (E), raide et pénible ; celle de gauche (O) semble plus facile). Panorama original vers Cotiella, Posets, Perdiguère et surtout la Maladeta : la Castanesa est encore mieux placée que le Vallibierna, l'intégralité de la crête, du pic d'Albe au pic Russell, est devant nous. Retour en descendant au nord jusqu'au collado de Castanesa, puis descente à l'est, rive droite du ruisseau, jusqu'à retrouver vers 1900m l'aigüeta de Serra Negra qui ramène à la voiture.

Longueur :** (1350m)
Difficulté :* (circuit hors sentier)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Boyer & Pardina, Randonnées dans les Pyrénées Aragonaises, page 185 (accès différent)
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 667
Conditions :2005/04/25, quelques nuages, mouchetage 2200m, enneigement continu 2600m

Picos de Vallibierna (3067m, 3062m) et pic de Llauset (2910m) en circuit depuis le lac de Llauset

Aneto versant S Depuis l'estany de Llauset (2189m), suivre le GR11. La voie directe abandonne le GR11 peu après l'embranchement de l'estany de Cap de Llauset mais j'ai préféré continuer dessus jusqu'au col (nord) de Vallibierna (2710m), pour admirer la haute vallée de Llosás et la face sud du pic Russell, tout proche. Ensuite, prendre la crête sud pour atteindre le col occidental (ou sud) de Vallibierna et rejoindre l'estany Gelat de Vallibierna où l'on retrouve l'itinéraire direct. De là, se diriger au SO vers la crête de calcaire blanc par un itinéraire cairné puis une sente dans les éboulis. Atteindre la crête facile mais exposée que l'on suit jusqu'au sommet principal. Vue ouverte, à l'est les Besiberri et Montardo, au nord Russell-Tempêtes-Aneto-Maldito jusqu'au pic d'Albe, puis les sommets frontière du Luchonnais : pic de Boum, Maupas, Crabioules, Perdiguero, Gourgs Blancs ; plus éloigné le pic Schrader et enfin les Posets à l'ouest. Maldito - Aneto versant S Au loin OSO, se profile le Cotiella.

Ensuite, ça se complique : le fameux paso del Caballo (crête effilée facile mais impressionnante et exposée) donne accès au sommet secondaire (aussi dénommé tuca de las Culebras). Une descente par une cheminée facile puis des éboulis croulants conduit au collado de Llauset (2835m). L'accès au pico de Llauset se fait en remontant d'un côté de l'arête (à l'ouest pour ma part) dans des éboulis instables. Suivre ensuite la crête tranquille qui offre une jolie vue sur la face sud du Vallibierna avant de descendre dans les éboulis faciles pour rejoindre au jugé le vallon ramenant au lac de Llauset.

Longueur :** (1100m)
Difficulté :**
Intérêt :**
Schéma :voir Tempêtes
Trajet :cartographie
Topos :Boyer & Pardina, Randonnées dans les Pyrénées Aragonaises, pages 189 et 187 combinées
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos 665a et 665
Conditions :2000/07/16, beau
2000/08/24 (col de Vallibierna), couvert, averses

Picos de Vallibierna (3067m, 3062m) par la crête E en circuit depuis le lac de Llauset

Spectre de Brocken sur la crête E de Vallibierna Crête dite de Roques Blanques, facile sauf la partie basse, aisément contournable. Belle vue tout du long. Du barrage de Llauset (2189m), monter à l'estany Botornàs (2336m). Quitter le sentier pour remonter à l'ouest la pente herbeuse qui devient une crête étroite en calcaire fragile. On parvient bientôt à une portion horizontale avec deux aiguillettes délicates (II+ aérien) puis un mur raide (II) pour parvenir à un collet (2580m env.). Ce collet est facilement accessible depuis l'estany Botornàs et la suite de la crête, facile, incite à feinter la partie basse. La crête devient granitique, un long ressaut raide mais sans difficulté mène à une nouvelle section plate (2810m env.) où l'on trouve plusieurs gendarmes plus rébarbatifs que difficiles (et tous trivialement feintables par le sud), puis une nouvelle portion raide sans difficulté pour déboucher vers 2900m à la dernière section horizontale. La crête redevient calcaire, large et facile, et rejoint par la voie normale, on parvient tranquillement au pic de Vallibierna (3067m). Tout du long, course contre la brume montante, spectre de Brocken complet avec sa gloire et sommet bien dégagé avec vue splendide sur le versant sud du massif de la Maladeta.

Traversée du paso del Caballo debout sur le fil, tuca de las Culebras (3062m), descente au collado de Culebres (2789m), visite à la tuca Arnau (2816m) pour admirer les couleuvres de la face ouest du Vallibierna, remontée au collado de Llauset (2869m) et retour sous le ballet de l'hélicoptère montant la charpente du futur refuge de Cap de Llauset.

Longueur :* (1000m)
Difficulté :*** (escalade II+ aérienne)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :madteam.net
Conditions :2014/08/14, beau puis cumulus envahissants dès 11h, frais, photos

Col occidental de Vallibierna (2719m) depuis le pont de Coronas (1950m)

Tentative avortée d'accès au pic de Vallibierna : pas de regel nocturne. GR11 le long de la belle vallée de Vallibierna jusqu'aux ibons de Vallibierna. Avant ceux-ci, la pleta de Llosás est un site magnifique : en bas, pelouses et méandres, en haut crête découpée Aneto-Russell. Quitter le GR11 au lac supérieur pour monter tranquillement à droite au col occidental (ou sud) de Vallibierna (2719m). De là, l'estany Gelat et la voie normale du pic de Vallibierna (voir accès depuis Llauset) sont aisément accessibles.

Longueur :* (800m)
Difficulté :*
Intérêt :*
Schéma :voir Tempêtes
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 664
Conditions :2008/06/20, beau mais sommets accrochés dès le matin, neige pourrie 2400m/2300m

Pico de Margalida (3241m) et pic des Tempêtes (3290m) depuis le lac de Llauset

schéma Tempêtes Aneto brèche des Tempêtes Depuis le barrage du lac de Llauset (2190m), rejoindre en 1h45 le col nord de Vallibierna (2720m). Commencer la descente sur le GR11 vers les lacs de Vallibierna, puis les contourner par la droite (il faut malheureusement descendre jusqu'à 2515m) pour remonter sur une pente herbeuse raide à un petit col évident (2671m) qui donne accès aux lacs de Llosás. Partir NE pour rejoindre un vallon qui contourne des barres rocheuses, puis NO pour passer au pied de l'aiguille SO Russell. Le pic des Tempêtes est parfaitement visible et il faut remonter une interminable (mais douce) pente de gros blocs stables pour parvenir au pied du pic Margalida (difficilement identifiable d'en bas) et du pic des Tempêtes, directement accessible de ce point. Il est plus intéressant de prendre un couloir facile et évident qui conduit à droite (sud) du pic Margalida, au pied du piton coté 3185m. On a ainsi une belle vue sur le côté sud de la crête de Salenques. Suivre ensuite la crête, peu difficile (II) mais extrêmement aérienne, jusqu'au pic Margalida puis au pic des Tempêtes.

Longueur :*** (1600m)
Difficulté :*** (hors sentier, crête II évitable)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos 656a, 654 et 653 combinés
Conditions :2001/08/25, grand soleil

Pic Russell (3207m) et pointe Russell (3192m) depuis le lac de Llauset (2190m)

Aneto depuis Russell Cheminement assez compliqué, suivant la voie de première ascension par Russell, par le col de Vallibierna, le col des Bucardos/Isards/Bouquetins (selon les cartes) et la face S du pic Russell, avec un large couloir-corniche qui s'élève en diagonale de droite à gauche (SE vers NO). Clair jusqu'au col de Vallibierna (balisage GR11), la suite se fait à vue et, même si le pic Russell et la diagonale sont constamment visibles depuis le premier col, j'ai eu quelques hésitations à ma première visite. Russell versant sud-est Le parcours est en outre plus long que le dénivelé ne le laisse croire. Du sommet, belle vue sur les crêtes entourant l'Aneto et sur la crête des Besiberri.

Pour corser la deuxième visite, ascension par la crête sud et retour par les lacs d'Anglos. Cheminement plus long, plus difficile, mais plus spectaculaire et plus varié. Au col des Bucardos, longer par l'E la crête sud pour atteindre un couloir qui rejoint la crête au point où elle se redresse. Ce couloir est assez aisé à repérer vu qu'il est le seul vraiment visible depuis le col. Couloir en rocher croulant, avec un bloc coincé difficile sur le haut (III+), évitable par la gauche par un cheminement peu visible (II). Suivre ensuite la crête par son versant E (nombreux pas de II) jusqu'au sommet 3205m et crête aérienne jusqu'au sommet 3207m. Pour le retour, descendre par la diagonale S, passer au déversoir de l'estany de Cap de la Vall (2660m), monter au sud sur la croupe (2715m) séparant de l'estany Negre, traverser au-dessus de l'estany Negre vers le col 2672m au NO du cap d'Anglos (ou pic de la Solana d'Anglos), continuer en traversée horizontale sur le flanc O de ce pic pour rejoindre une épaule sur sa crête S et descendre au col des Estanys (2521m). On trouve enfin un sentier (balisé GR11). Descendre au SE vers les lacs de Cap d'Anglos, joliment alignés, jusqu'à l'estany supérieur d'Anglos (2272m), pour remonter au cuello d'Anglos (2429m), dominant le lac de Llauset.

Longueur :** (1100m à 1300m)
Difficulté :*** (hors sentier, éboulis, raide ; escalade II soutenue pour la crête S)
Intérêt :****
Trajet :cartographie
Topos :site défunt http://perso.wanadoo.fr/bertrand.hello
Conditions :1999/06/19, beau, névés 2800m (crampons)
2005/07/11, beau, vent frais

Pic Russell (3207m) en circuit depuis les estanys de Cap d'Anglos

Russell versant sud-est Itinéraire plus détourné que le précédent, justifié en partie par un bivouac aux estanys de Cap d'Anglos. L'estany de Cap de Llauset étant accessible directement depuis le lac de Llauset, le trajet peut être simplifié pour être effectué à la journée. Départ de l'estany de Llauset (2189m) pour passer le cuello d'Anglos (2429m) et rejoindre les estanys de Cap d'Anglos (2330m) pour le bivouac. En soirée, nouvelle visite aux jolis lacs du secteur : Anglos, Fe, Riueno.

Des lacs d'Anglos, monter au col des Estanys (2521m) au-dessus de l'estany de Cap de Llauset. Monter au NNE sur la crête vers le cap d'Anglos jusqu'au point où la crête se redresse brusquement et traverser à gauche dans les pierriers jusqu'au col 2672m au-dessus de l'estany Negre. Monter un peu sur la crête à gauche puis traverser horizontalement vers la croupe séparant de l'estany de Cap de la Vall. Suivre cette croupe entre ces deux superbes étangs et passer au déversoir du Cap de la Vall pour monter à vue vers la petite crête SSE issue la pointe orientale du Russell. Rejoindre cette crête et la remonter en restant généralement plutôt en contrebas du fil, versant ouest (quelques pas de petite escalade, pas de cairns : un peu de flair aide). Aboutir tranquillement à la pointe Orientale de Russell (3046m). Virer ouest pour remonter péniblement la crête, vaste mais encombrée d'énormes blocs où la progression est laborieuse. Parvenir ainsi à l'antécime SE (3205m) puis au pic Russell (3207m) lui-même.

Aneto depuis Russell Descente par la voie normale, facile mais en mauvais rocher : descendre le pierrier sommital à l'ouest vers le début de la corniche signalé par des cairns. Le haut est raide et encombré de rochers instables. Laisser ensuite à gauche les couloirs qui plongent et suivre à droite la trace horizontale (cairns) qui traverse longuement dans la paroi jusqu'à aboutir sur une avancée rocheuse d'où l'on accède facilement à l'immense champ d'éboulis (névés raides en début de saison, époque bien préférable). Repérer au sud le collet herbeux Soler i Coll (2671m) sur la crête de séparation entre les estanys de Llosás et de Vallibierna. Le rejoindre à vue, descendre vers les estanys de Vallibierna (pente herbeuse raide, éviter le haut par un détour à droite). Passer au-dessus des lacs vers 2520m, rejoindre le GR11 pour monter au col nord de Vallibierna (2720m) et continuer par le GR11. On peut rentrer directement au barrage de Llauset, ou dans mon cas, remonter à l'estany de Cap de la Llauset (2458m) et au col dels Estanys (2521m) pour revenir au bivouac.

Longueur :*** (1300m à 1600m)
Difficulté :*** (hors sentier, éboulis, petite escalade, névés raides)
Intérêt :***
Schéma :voir Tempêtes
Trajet :cartographie
Conditions :2009/06/27-28, beau avec cumulus l'après-midi, névés 2700m (crampons)

Fourche du Vallon Bleu (3028m) depuis le pont de Salenques (1450m)

Randonnée interminable pour un 3000 insignifiant. La vallée de Salenques est jolie mais qu'elle est longue ! Des chaos de blocs énormes où l'on tourne en rond, un ruisseau qui disparaît et reparaît alors qu'on est sur la mauvaise rive, des faux plats tortueux qui n'en finissent pas et tout au loin le col de Salenques qui ne se rapproche jamais. Et encore, des névés recouvraient largement l'immense champ de pierres au-dessus de 2400m, cela doit être démoralisant en plein été. En compensation, sa fréquentation reste évidemment confidentielle. Itinéraire évident jusqu'au col de Salenques (2812m), puis crête facile jusqu'au pied de la fourche dont on évite les dernières petites difficultés par le nord. La fourche du Vallon Bleu (ou forca Estasen, bien moins poétique) a une allure impressionnante depuis le pied du col de Salenques mais ce n'est en fait qu'une portion horizontale de la crête de Salenques, peu individualisée. Vue intéressante sur la muraille Russell - Margalida - Tempêtes - Aneto dans un environnement haute montagne sévère.

Longueur :*** (1600m, 17 km)
Difficulté :** (pierriers, hors sentier)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2012/06/09, beau puis voilé puis gris, névés 2450m/2300m (crampons), photos

Cap d'Anglos (2810m) et pic Soubiron (2815m) en circuit depuis le pont de Salenques (1450m)

schéma Anglos Sauvage et long circuit, dans la partie la moins fréquentée du massif de la Maladeta (sauf les estanys d'Anglos, rapidement accessible depuis le barrage de Llauset). Parti pour le Feixan et n'ayant pas trouvé le cheminement pour l'estanyet de la Tallada (trouvé depuis), j'improvise sans regret ce beau circuit. Remonter la vallée de Salenques aux eaux limpides (au départ par l'une ou l'autre des rives, passerelle en aval du confluent du ruisseau d'Anglos, puis rive gauche). Le sentier dans les bois est agréable et bien tracé. À la sortie des arbres, l'herbe laisse vite place à de grands chaos de blocs parfois énormes où la progression est laborieuse. Heureusement la neige encore présente dans le talweg facilite la progression. Le décor devient austère dans cette longue vallée encaissée. Vers 2100m, une cascade à gauche signale l'arrivée du ruisseau de Cap de la Vall. Quitter la vallée et suivre ce ruisseau (en absence de neige, il semble qu'il faille s'élever en écharpe bien avant la cascade pour franchir le premier ressaut). Passé le ressaut, le terrain devient facile et moins pentu, constitué de dalles granitiques et de zones herbeuses. La vue vers Feixan, Mulleres et Russell s'ouvre. On trouve un refuge fermé (propriété de la couronne d'Espagne) devant un chapelet de laquets (2370m), le ruisseau fait un détour au nord, utiliser la croupe granitique en rive droite et déboucher enfin au grand estany del Cap de la Vall ou lac Russell (2660m). Vue magnifique vers le pic Russell. Russell depuis Soubiron Monter au sud sur la croupe (2715m) qui cache l'autre grand lac du secteur : l'estany Negre ou lac Packe, dont la glace bleutée indique le dégel imminent. Sans perdre d'altitude, traverser au-dessus de l'estany Negre vers le col 2672m au NO du pic de la Solana d'Anglos (ou cap d'Anglos) et monter à ce sommet (2810m). Belle vue vers le pic de Vallibierna. Descendre à l'E au col 2742m et monter au pic Soubiron (2815m) qui offre un meilleur panorama que le précédent. Vue splendide vers Russell, Margalida, Mulleres, Feixan, Besiberri. J'y fus survolé par un gypaète en vol plané. Russell depuis Soubiron Revenir au col et descendre au SSE vers les estanys d'Anglos. Des falaises empêchent l'accès direct aux lacs, ne pas se diriger droit vers le refuge mais légèrement plus à l'ouest. À proximité de l'éperon qui s'avance vers l'estany de l'Obaga d'Anglos (le plus haut des trois lacs d'Anglos), on trouve une pente raide qui conduit au vallon des estanyets de Cap d'Anglos (quelques cairns). Petit refuge sale (2220m) mais joli site au relief doux et herbeux, reposant après la rocaille de la vallée de Salenques. Une courte montée au col au SE permet de découvrir l'estany Fe. La carte Alpina indique un sentier le long du ruisseau issu de ce lac mais c'est sans surprise que je constate son inexistence. Le terrain est d'abord facile puis pénible (gros blocs) avant de retrouver le GR11. La descente rapide vers la vallée de Salenques n'est pas de tout repos mais au moins il y a un sentier.

Longueur :*** (1500m, > 15 km)
Difficulté :** (largement hors sentier, pierriers et gros blocs)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Conditions :2005/05/28, beau, névés discontinus -/2200m

Pic de la Solana de Llauset, pointe SE (2634m), voie A. C. Valdric

Voie d'escalade D- de 275 mètres en six longueurs (dont deux en 4/5) pour aboutir à la pointe 2634m sur la crête SE du pic de la Solana de Llauset (dernière pointe avant le col d'Anglos). Joli cadre au-dessus des lacs d'Anglos et de Cap d'Anglos.

Difficulté :**** (alpinisme D–)
Intérêt :** (+1 pour le cadre)
Topos :Alfonso & Buxó, Roca Caliente en los Pirineos, volume III
Conditions :2007/08/25-26 (bullage au lac de Riueno et repérage, 1ère longueur), mitigé puis beau
2007/09/08-09, temps splendide

Tuca de Mulleres (3010m) depuis l'Hospital de Benasque

Aigualluts Russell - Aneto Aneto depuis Mulleres Bel itinéraire printanier, classique et facile mais dont il ne faut pas négliger la longueur. Au printemps, le départ s'effectue au parking (1710m) précédant l'hospital de Benasque. Plus tard en saison, le parking final de la Besurta (1880m) devient accessible (libre d'accès jusqu'à fin juin puis navettes) et économise 8 km (aller-retour) mais l'itinéraire n'est plus nécessairement en condition à ski. Même depuis la Besurta, il y a encore 15 km AR pour aller au Mulleres. Au-dessus du plan dels Aigualluts (2033m), la vallée de l'Escaleta alterne étroits goulets et vastes cuvettes. Enfin, après la cuvette (2320m) au pied du coll des Aranesos, la pente se redresse un peu et l'on gagne de l'altitude sans difficulté pour déboucher sur un immense plateau ondulé bordé au SO par le pic des Salenques, bien plus remarquable que le Mulleres. En tournant le Mulleres par l'ouest, parvenir skis aux pieds au sommet. Panorama magnifiquement enneigé sous un soleil resplendissant. Début de la descente à 12h, premiers virages un peu gelés puis excellente neige de printemps. Belle descente facile jusqu'à la cuvette 2320m, puis de longs passages légèrement descendants entrecoupés de plats assez lassants sur la fin. Malgré cela, une merveilleuse journée.

Longueur :*** (1300m, > 23 km)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 658a
Ratio, Ski randonnées I, page 152
Conditions :2008/04/26, grand beau, chaud, neige 1750m (skis)

Tuca de Mulleres (3010m) depuis l'hospital de Vielha (1620m)

Aneto depuis Mulleres Crête de Salenques Randonnée assez longue, avec de nombreux passages sur pierriers. Après deux heures de marche, on découvre le site des estanhots de Mulleres (2365m), surplombé par la crête SE du Mulleres, celui-ci étant visible dès le départ. Ensuite, cela a été un peu plus chaotique, d'autant que la neige masquait les cairns. Longue montée jusqu'au col de Mulleres, à quelques minutes du sommet. Du sommet, panorama splendide sur la crête Russell - Aneto d'un côté et sur les Besiberri à l'est. On reconnaît aussi le Vallibierna derrière le pic Russell et le Maupas au loin. L'environnement est impressionnant et austère (crêtes effilées et éboulis).

Si l'enneigement le permet, il est possible de descendre rapidement des estanhots à la pleta Naua en profitant des névés de la rive droite, exposée nord : de l'étang le plus bas, passer rive droite et traverser en perdant progressivement de l'altitude pour rejoindre une pente raide (35-40°) et exposée (barres en bas) au pied du contrefort nord du Feixan. En bas de cette pente, un petit détour à droite permet de franchir la dernière barre.

Longueur :*** (1400m, 13 km)
Difficulté :**
Intérêt :**
Schéma :voir Mulleres
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 658
Conditions :2000/06/17, beau, neige 2400m
2012/05/28, beau puis quelques cumulus, neige 2350m/1950m (crampons), photos

Tuca de Mulleres (3010m) en circuit depuis l'Artiga de Lin

schéma Mulleres Aneto - Maladeta depuis Mulleres Cheminement original et intéressant : monter au col du Toro (ou còth deth Hòro, 2235m), par un sentier clair et finalement facile qui escalade l'imposante muraille qui ferme l'Artiga de Lin (1460m). Après avoir admiré la Maladeta, rejoindre le ruisseau de l'Escaleta pour le suivre par le cheminement abondamment cairné de la HRP. Le décor devient vite exclusivement minéral et les croupes granitiques, peu pentues et polies par le défunt glacier de Mulleres, permettent de progresser rapidement. Si on ne connaît pas le secteur, on se laisse facilement attirer vers le col entre le tuc de Mulleres et le pic de Salenques plutôt que vers le col de Mulleres, peu remarquable, mais ce n'est pas un problème : le sommet est à quinze minutes à l'est. Pour le retour, descendre la vallée de l'Escaleta pour rejoindre le col des Aranesos (còth des Aranesi, 2448m) et l'estanhon des Pois (lac dels Puis, 2054m), d'où un sentier bien marqué descend énergiquement (quelques passages potentiellement impressionnants, sur du calcaire facilement glissant).

Longueur :*** (1600m)
Difficulté :* (par temps sec pour la muraille de l'Artiga de Lin)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, page 125 (circuit des cols)
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos 658a+660
Conditions :2001/08/19, beau puis nuageux

Tuca d'Aiguallut (2702m), tuca de Barrancs (2889m), pico de Salenques (2995m) en circuit depuis l'Artiga de Lin

Pic de Salenques - écureuil De l'Artiga de Lin (1460m), monter au col du Toro (2235m), descendre à peine pour traverser la vallée de l'Escaleta et rejoindre en face une vallée secondaire. Dépasser les laquets et obliquer progressivement à droite pour rejoindre la crête qui domine la vallée de Barrancs au pied de la tuca d'Aiguallut. Escalader le final rocheux (II/IIsup) ou l'éviter par une corniche un peu aérienne sur le versant Barrancs. Sans surprise au vu de la carte, la tuca d'Aiguallut (2702m) est un magnifique belvédère sur l'Aneto, de la crête de Salenques à la crête des Portillons. Revenir au pied de la tuca et suivre au sud la crête sans difficulté. Traverser la tuca de Barrancs (2889m) dont le bloc sommital ne doit pas souvent être gravi et finir au pic de Salenques (2995m) avec son étonnant écureuil. Jolie vue, similaire à celle du Mulleres, plus intéressante sur les murailles du massif. Retour en descendant tranquillement la vallée de l'Escaleta, franchir le col des Aranesos (còth des Aranesi, 2448m) et rejoindre l'estanhon des Pois (lac dels Puis, 2054m) où son rude sentier ramène à l'Artiga de Lin.

Longueur :*** (1800m)
Difficulté :** (hors sentier, pierriers)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Conditions :2012/06/30, beau, vent turbulent, quelques névés, photos

Tuca de Bargues (2634m) et tuca Blanca de Pomèro (2699m) en circuit depuis l'Artiga de Lin (1460m)

Tuca Blanca de Pomèro schéma Bargues-Pomèro Objectif : visiter la crête qui va du port de la Picade au col du Toro (còth deth Hòro). Cette crête n'est jamais difficile mais présente une continuité de passages d'escalade facile, parfois légèrement aériens. Pendant près de trois heures sans guère de répit, il faut faire attention où l'on met les pieds et les mains. Jusqu'à la tuca de Bargues, certaines portions de la crête sont évitables en flanc SO (raide et herbeux, dangereux si humide) ; nombreuses échappatoires vers le bom de Lunfèrn. Après le col de Bargues (d'où je ne pense pas que l'on puisse descendre au lac de Pomèro), la crête devient plus effilée et à l'approche de la tuca Blanca de Pomèro, elle devient, comme le nom l'indique, calcaire. On trouve deux échappatoires vers le lac de Pomèro : à la brèche avant la montée à la première pointe calcaire 2645m (impressionnante vue depuis le Bargues mais finalement facile) et au pied de la tuca Blanca, avant les dernières difficultés (les plus sérieuses à mon avis, vu la qualité déplorable du terrain). Au sommet, je croise un renard, tout aussi surpris que moi. La descente vers le col du Toro (2236m) ne présente pas de difficultés. La récompense de ce long parcours est dans les magnifiques vues sur la Maladeta. Comme on progresse parallèlement sur près de quatre kilomètres, on découvre sans cesse de nouvelles perspectives. La vue est aussi ouverte vers le NO (Posets, Perdiguero, pic de la Mine) et vers le NE et E (sommets ariégeois, Montardo, Forcanada...)

Forcanada Mais la visite ne s'arrête pas là ! Compte tenu de l'enneigement bien visible depuis le parking, la descente du col du Toro ne paraissait pas envisageable. D'où passage par le col de Aranesos (còth des Aranesi, 2448m) et l'estanhon des Pois (lac dels Puis, 2054m), pour admirer de près la Forcanada. La descente enneigée n'est cependant pas de tout repos (heureusement la neige était parfaite) mais en bénéficiant des dépôts avalancheux, je parvins à descendre très rapidement jusqu'à 1700m avant de pénétrer dans le bois massacré par les avalanches.

PS: la prairie face à la cabane de Pomèro, au pied de la montée au port de la Picade, est splendide au printemps : couverte de jonquilles, boutons d'or et autres fleurs...

Longueur :*** (1700m)
Difficulté :*** (escalade II, un peu aérien parfois, longueur des passages demandant de l'attention)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Conditions :2003/05/18, beau puis cumulus, neige 2300m/1700m, crête déneigée (heureusement !)

Malh dera Artiga (2712m) en circuit depuis l'Artiga de Lin (1460m)

Comme sa voisine la tuca Blanca de Pomèro, le malh dera Artiga est un magnifique belvédère sur le massif de la Maladeta ainsi que sur la Forcanada sous son plus sévère versant. Suivre le sentier de l'estanhon des Pois (2054m) et monter au còth des Aranesi (2448m) en passant au pied de la Forcanada et de son couloir NO. Du col, ne pas prendre tout à droite le couloir herbeux (très raide) mais à gauche la cheminée évidente (II peu soutenu, bon calcaire). On parvient sur un replat (2551m) où l'on mesure la longueur du parcours jusqu'au sommet. Après une longue pente herbeuse, la crête devient schisteuse mais en bon rocher, découpée et souvent étroite. Il y a trois pointes avant le sommet, la neige m'a compliqué la vie, j'ai esquivé (souvent par le versant ouest, parfois par l'est) certains des passages d'escalade, il restait du II obligatoire. Au sommet (1h30 depuis le col), la vue est superbe, la Forcanada plâtrée a une allure andine.

La voie normale semble passer par la brèche S mais la raide pente herbeuse en dessous était enneigée et certainement glissante. D'où descente par la crête ouest, souvent à flanc nord (rochers et gros blocs recouverts d'un peu de neige, une patinoire chaotique) avant de rejoindre au sud la pente herbeuse devenue moins raide. La descendre en tirant assez tard à droite pour parvenir au còth deth Hòro (2239m) d'où le rude mais rapide sentier ramène à l'Artiga de Lin.

Longueur :** (1300m)
Difficulté :*** (escalade II parfois exposée)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Llanes & Timoneda, La couronne du Val d'Aran
Conditions :2007/01/28 (estanhon des Pois), beau, neige 1400m
2011/10/09, beau, un peu de neige 2200m, photos

Forcanada (2881m) par la vallée de Riu Nere

Forcanada La Forcanada ou Mall dels Puis, montagne calcaire en périphérie du massif granitique de l'Aneto, possède une architecture originale et offre un panorama splendide, assez similaire à celui du Mulleres, accompagné de vues plongeantes sur le fond des vallées. Dans la montée au tunnel de Vielha, prendre la piste rive gauche de la vallée de Riu Nere. Se garer peu après les granges (1420m) quand elle redevient trop mauvaise ou à son terminus (1506m, -30mn AR). Ne pas désespérer devant les grandes pentes d'éboulis, un bon sentier conduit au lac deth Hòro (ou lac de Toro, 2050m, 1h30), avec une soudaine apparition de la Forcanada. Remonter sans hésitation le vallon vers le col d'Alfred (Tonnellé), même si le sentier s'efface peu à peu et si les cairns se raréfient. Quand le vallon se redresse et se rétrécit (névé probable), il est possible de s'élever directement à l'ouest dans le flanc à droite. Atteindre ainsi les lacs glacés (2520m) situés sous le col d'Alfred (le second est caché au sud). Laisser largement en contrebas le grand lac et se diriger NNO vers la brèche sud de la Forcanada. De la brèche, une escalade facile en terrain peu rassurant conduit au sommet sud puis au sommet nord, un peu plus élevé.

Longueur :** (1450m)
Difficulté :** (escalade I, terrain peu sûr)
Intérêt :***
Schéma :voir Mulleres
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 661
Conditions :2001/10/31, grand soleil, traces de neige

Forcanada (2881m) par le couloir NO

Le couloir NO de la Forcanada est traître : on ne le découvre que tardivement, parvenu à son pied; il semble alors tout court alors qu'il y a 400 mètres de dénivelé; la difficulté n'est pas dans son ascension mais dans l'accès final au sommet et dans le retour qui impose de le descendre aussi ! Ceci dit, c'est un itinéraire perdu et sauvage pour un sommet élégant. De l'Artiga de Lin (1460m), emprunter le rude itinéraire de l'estanhon des Pois (lac dels Puis, 2054m). Continuer vers le col des Aranesos et en haut du ressaut, vers 2400m, on découvre enfin le couloir NO. Le remonter jusqu'à la petite brèche sud (2799m) où l'on rejoint la voie normale du sommet. La suivre, généralement versant sud, pour traverser le sommet sud (2871m) et atteindre le sommet nord, point culminant. Parcours en rocher pourri, peu rassurant, compliqué par la présence de neige qui imposait les crampons.

Revenir à la brèche sud et descendre le couloir (les autres voies envisageables, par le coret des Pois au nord de la Forcanada ou le col Alfred au sud, empruntent des pentes voyant le soleil très tôt). Plutôt que de rentrer par l'itinéraire de montée, monter au col des Aranesos (còth des Aranesi, 2448m), avec une vue parfaite sur le couloir parcouru. Descendre au NO vers la vallée de l'Escaleta, rejoindre le còth deth Hòro (2239m) et suivre l'itinéraire cairné qui plonge sur l'Artiga de Lin (passages raides, délicats en présence de neige).

Longueur :*** (1550m)
Difficulté :**** (alpinisme neige PD+, neige 40-45°/400m)
Intérêt :****
Trajet :cartographie
Topos :Mousel, Pyrénées, courses mixtes, neige et glace
Camptocamp.org
Conditions :2011/04/27, beau, neige 2500m/1600m (crampons), photos

Cap deth Hòro (2975m) et tuca de Mulleres (3010m) par la vallée de Riu Nere

Forcanada Suivre l'itinéraire pour la Forcanada jusqu'aux lacs glacés (2520m). Rejoindre le col d'Alfred (2870m), soit en descendant un peu pour passer à l'ouest du lac, monter la combe en face puis faire un lacet sur la gauche; soit en suivant la croupe au SE pour faire une grande courbe au pied de la crête Gerbosa - Hòro. Depuis le col, pour le cap deth Hòro, suivre la crête facile au sud pour aboutir au sommet, avec un panorama similaire à celui du Mulleres mais il lui manque vingt-cinq mètres pour être visité. Pour la tuca de Mulleres, rejoindre en traversée le col de Mulleres et le sommet (ou le tourner par la droite pour y parvenir skis aux pieds).

Longueur :*** (1550m)
Difficulté :** (hors sentier, pierriers ou névés)
Intérêt :**
Schéma :voir Mulleres
Trajet :cartographie
Conditions :2009/05/31 (cap deth Hòro), chargé dès 10h, belles éclaircies et une averse, neige 1900m (crampons)
2011/04/16 (Mulleres), beau, neige 1900m/1800m (skis), photos
2014/04/13 (Mulleres), beau puis quelques cumulus, neige 1500m (skis), photos

Tuc dera Gerbosa (2846m) par la vallée de Riu Nere

Forcanada, lac deth Hòro Un étang inconnu, un sommet peu remarquable, un circuit compliqué, du terrain médiocre, quelle idée ! Suivre l'itinéraire (groseilles, framboises, myrtilles) de la Forcanada jusqu'au lac deth Hòro (2050m) où la Forcanada est toujours aussi belle. Revenir à peine en arrière au plat précédent (laquet au printemps) et remonter le couloir encaissé au-dessus, tardivement enneigé. Deux pas acrobatiques (III ?) pour franchir une pile de blocs coincés, un second gros bloc coincé facile puis le couloir s'évase. Le longer par l'une des rives pour atteindre l'estanh Nere (2344m) fourchu et jamais visité. Monter à l'ouest vers la croupe et continuer doucement vers le tuc dera Gerbosa bien visible. Après une seconde croupe, vers 2500m, on pourrait facilement rejoindre la ribéra deth Nere et les étangs glacés. Continuer à monter, laisser à gauche la crête granitique et se diriger vers un long couloir oblique, à la limite entre granite et calcaire. Remonter ce couloir croulant jusqu'à la brèche (2712m). Un ressaut facile en mauvais rocher puis une pente d'herbe assez raide mène à une antécime (2789m). La crête s'effile, première brèche avec désescalade II+ exposée versant nord (ou rappel versant sud), seconde brèche plus courte II versant sud, une dernière pente raide et enfin l'étroit sommet (2846m). Je craignais un panorama sans intérêt mais ce n'est pas si mal (mais moins bien que Forcanada ou Mulleres bien sûr).

Retour par la voie normale : emprunter au SO, à gauche de la fine arête, un facile couloir un peu croulant puis descendre au nord (névés, pierriers) aux lacs glacés (2500m env.) où l'on trouve les cairns de l'itinéraire de la Forcanada qui retournent au lac deth Hòro.

Longueur :** (1350m)
Difficulté :*** (escalade II+, temps sec indispensable, pierriers, hors sentier)
Intérêt :**
Schéma :voir Mulleres
Trajet :cartographie
Conditions :2013/09/21, beau, photos

Pic Feixan (2955m) en circuit depuis le pont de Salenques (1450m)

Feixan schéma Feixan Le pic Feixan (ou pic Feixant ou tuc de la Tallada) ne doit guère être gravi et peut-être même l'est-il plus en hiver qu'en été, par ses couloirs et goulottes. Quand à l'estanyet de la Tallada, c'est sans doute le lac le moins visité que je connaisse. Ni sente ni cairn, pentes raides, végétation envahissante, progression laborieuse, seul le randonneur expérimenté et en bonne forme pourra apprécier ce circuit.

Remonter le val de Salenques par l'une ou l'autre rive (rive gauche en période de framboises). Au bout de quarante cinq minutes, peu après la passerelle sur le rio de Salenques, le sentier de la rive gauche passe dans une zone déboisée, dominée par une profonde entaille où s'écoule le ruisseau issu de l'estanyet de la Tallada. Remonter au mieux vers cette entaille (laborieux) puis rive gauche dans la pente herbeuse raide (pénible). À l'approche des grandes dalles, j'ai trouvé trois cairns bien solitaires. Contourner ces dalles par la gauche à proximité de la gorge (Audoubert les contourne par la droite ; comment ?). On parvient à un point où la gorge est accessible. Passer par celle-ci (terrain péteux, pente herbeuse raide et exposée puis escalade II), ou mieux, remonter à droite une cheminée herbeuse et parvenir au balcon où se niche le petit estanyet de la Tallada (2220m ou 2280m selon les sources). Si la raideur de la pente ne vous achève pas, ça dénivelle vite (deux heures depuis la voiture). J'ai ensuite rejoint la crête sud du pic Feixan un peu trop bas avant d'y remonter au-delà d'une « pince de crabe ». Plus de difficulté jusqu'au sommet. Panorama admirable sur Russell-Aneto-Maladeta, sur la muraille des Besiberri, sur le Vallibierna et la Forcanada. Un beau sommet isolé.

Russell - Aneto depuis Feixan Descendre à l'est au col de la Tallada (2621m). Le couloir N peut être plus ou moins en neige ou glace selon la période ; équipement alors nécessaire (40°). Dans mon cas (début août d'une année sèche), la moitié supérieure était déneigée et le bas en glace noire partiellement couverte d'éboulis (idem début octobre d'une année plus neigeuse). Pierraille très instable, descente délicate, chutes de pierres garanties. Plus bas, une rimaye latérale m'a permis de rejoindre la couverture d'éboulis et finir sans difficulté la descente jusqu'à la moraine. Joli cirque glaciaire dominé par les impressionnantes murailles des pics Feixan et del Mig de la Tallada. Les difficultés ne sont pas finies : il s'agit de rejoindre le val de Mulleres. Deux gorges infranchissables coupent la pente, l'une issue du cirque glaciaire, l'autre plus à l'ouest. Parti trop à droite, je me suis retrouvé au-dessus de falaises et j'en ai été quitte pour remonter pratiquement à la moraine. Il existe en fait deux passages : le long de la rive gauche de l'entaille centrale (passage peu détectable vu d'en haut) ; sur la rive gauche de l'entaille occidentale (un peu plus évident, je suis passé par là). On rejoint enfin le sentier qui conduit à l'hospital de Vielha d'où il reste encore 4 km pour retrouver la voiture (par le GR11 plutôt que par la route).

Longueur :*** (1500m)
Difficulté :*** (pour randonneur très expérimenté)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Audoubert, Les plus beaux sommets des Pyrénées (Feixan par le sud)
Conditions :2006/08/02, beau puis quelques cumulus
2009/10/03 (AR par le sud), beau