Aigüestortes - Encantats

Célèbre massif granitique aux innombrables lacs dominés par de belles pointes. Surfréquenté par endroits, désertique ailleurs, le parc national d'Aigüestortes comporte d'étranges règles : tout bivouac, même sans tente, est interdit mais des taxis 4x4 circulent sur les pistes ; un sac de couchage polluerait-il plus qu'une voiture ? Et pourtant, en évitant la période d'affluence, nul doute que ce massif est l'un des plus beaux des Pyrénées, plus magnifique même (selon ses admirateurs) que le massif du Néouvielle qui lui ressemble beaucoup.

 

Cirque et Gran Tuc de Colomèrs (2936m) en circuit depuis les Banhs de Tredòs

Cirque de Colomers (partie Ouest) Cirque de Colomers (partie Est) Plusieurs possibilités de jolis circuits dans le vaste cirque de Colomèrs, parsemé de lacs. Départ aux banhs de Tredòs (1770m, piste interdite au-delà du 20/06 au 15/09 en 2015, taxis) pour monter au refuge de Colomèrs (2130m). À l'ouest du refuge, le balisage jaune et rouge marque le début de deux circuits. Au-dessus de l'estanh Mòrt, le circuit court, balisé en jaune (non testé), se sépare du circuit long, balisé en rouge. Ce sentier bien balisé longe la bordure occidentale du cirque jusqu'à un vaste plateau émaillé de dizaines de petits étangs, sous le port de Colomèrs. Il monte alors vers l'estanh Gelat au pied du tuc de Pòdo (2710m), piton isolé facilement reconnaissable. Le circuit se boucle en passant au nord du piton pour descendre à l'estanh de Pòdo et rejoindre l'estanh Obago où l'on trouve le GR11 qui ramène (trop) tranquillement au refuge (au déversoir de l'estanh Long, on peut rentrer en passant par les lacs de Clòto).

Pour gravir le Gran Tuc de Colomèrs, quitter le circuit à l'estanh Gelat pour s'élever au SO et rejoindre l'arête nord du tuc Blanc que l'on suit facilement jusqu'au sommet (2884m). Ensuite, une crête découpée (IIinf) conduit à l'E au sommet du Gran Tuc de Colomèrs (2936m). Pour fermer le circuit, descendre au col sud de Colomèrs, puis longer la crête E du Tuc, sans descendre jusqu'aux petits laquets, pour atteindre le portau de Colomèrs (2729m). Descendre vers l'estanh de Ratèra de Colomèrs, puis, au jugé, descendre le large vallon jusqu'à l'estanh Obago.

Punta Alta, Aneto depuis Colomers Outre d'innombrables lacs, le panorama du Grand Tuc de Colomèrs inclut tout le parc d'Aigüestortes, la crête des Besiberri et le massif de l'Aneto à l'ouest, et une vue originale sur les grands sommets ariégeois : Maubermé, Valier, Monts Rouch, massif du Montcalm et les sommets Andorrans.

Longueur :** à *** (850m pour le circuit, assez long ; 1200m pour le sommet)
Difficulté :* à ** (circuit : facile ; sommet : orientation, crête pic Blanc - Colomèrs)
Intérêt :*** (+1 pour les amateurs de lacs)
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome V, topos 708a et 708b
Conditions :2000/10/07, beau, un peu de neige 2700m
2004/09/26, nuageux puis beau
2008/06/29 (voies d'escalade près du barrage), beau puis cumulus, moustiques

Tuc del Port de Caldes (2783m), pic de Travessani (2755m), tuc de Lluçà (2778m), pic de la Tallada Llarga (2751m), tuc de Pòdo (2729m) en circuit par le cirque de Colomèrs

Sommets secondaires centraux, occasion de voir et croiser de multiples lacs. Départ des banhs de Tredòs (1770m) ou du parking de la piste (1970m, piste interdite du 20/06 au 15/09 en 2015, taxis) pour passer à proximité du refuge de Colomèrs et suivre le GR11 vers le port de Caldes. Vers 2230m, laisser le GR qui s'éloigne du ruisseau pour poursuivre le long de celui-ci, dans l'axe de la vallée et monter au coll de Travessani (2671m). Faire un saut au nord au tuc del Port de Caldes (2783m) puis au SO au pic de Travessani (2755m). Des deux sommets, belles vues sur les sommets et sur les splendides lacs du secteur. Besiberri, Pa de Sucre et Punta Alta remarquables.

Pour rejoindre le tuc de Lluçà, passer au sommet E de Travessani (2736m). Par la crête, passages de II aériens et but, les doigts gelés, à une brèche-tunnel étonnante. Descente dans le versant nord, facile (et qu'il aurait été trivial de prendre depuis le sommet E), pour monter au tuc de Lluçà (2778m). Poursuivre en longeant la crête découpée dans le versant S herbeux et revenir sur la crête à un collet herbeux (2700m) d'où l'on monte aisément à l'O au pic de la Tallada Llarga (2751m) et à l'E (petites difficultés) au sommet oriental (2746m), plus ouvert sur les lacs de la branche O du cirque de Colomèrs. Tranquillement, descendre au SE puis vers le bel estanh deth Pòrt de Colomèrs (2413m).

Le sentier du circuit des lacs (balisage rouge) monte à l'estanh Gelat (2589m) et passe au nord du tuc de Pòdo. Pour gravir le tuc, monter à la première brèche (2699m) au sud du tuc. Petite escalade (un pas de II+) et tuc de Pòdo (2729m) pour découvrir de nouveaux lacs. Retour à la brèche, descente E, estanh de Pòdo en tournant les falaises et où on retrouve le sentier. À l'estanh Obago, passage à la cabane et direction le joli lac de Manhèra sans trace ni cairn. Descente assez haut rive droite (aisée sauf un court pierrier) jusqu'au lac de Clòto de Baish.

Longueur :** (1450m)
Difficulté :** (hors sentier, petite escalade pour le Pòdo)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2015/10/10, beau

Creu de Colomèrs (2895m) depuis les banhs de Tredòs

La Creu de Colomèrs est le sommet de belle allure au coin SO du cirque de Colomèrs ; c'est un important nœud d'arêtes délaissé car pénible d'accès et dominé par le pic de Contraix et le Gran Tuc de Colomèrs. Départ des banhs de Tredòs (1770m) ou du parking de la piste (1970m, piste interdite du 20/06 au 15/09 en 2015, taxis) pour passer à proximité du refuge de Colomèrs et suivre le circuit des lacs jusqu'à l'estanh deth Pòrt de Colomèrs (2413m). Le contourner par l'une ou l'autre rive et continuer dans l'axe de la vallée via pierriers et chaos. Un dernier étang (2551m) se cache dans un site sauvage en haut du premier ressaut. Prendre de la hauteur sur sa rive gauche, vers les parois de la Creu de Colomèrs, et se diriger vers le coin SO du petit cirque où un couloir est bien visible (on laissera donc le point bas de la crête plus à gauche). Impossible d'éviter un important chaos de blocs, partiellement enneigé, laborieux. Le couloir est court et facile (35° sur 50m), léger brassage comme avant-goût de l'hiver. La sortie (2804m) ouvre au soleil et sur le splendide estany de Contraix. Virer à droite, une dernière montée pénible dans des gros blocs conduit au sommet (2895m), beau panorama avec les premières neiges automnales. Vent glacial, fuite rapide et retour en visitant quelques-uns des lacs de Colomèrs.

Longueur :** (1000m à 1200m)
Difficulté :** (pierriers et chaos de blocs)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2011/10/26, beau, vent assez fort et froid, neige 2400m, photos

Tuc de Ratera (2861m), tuc del Bergús (2844m), tuc de Crabes (2791m), Saboredo Occidental (2767m) par les estanys de Saboredo

Tour sportif au pays des lacs. Des isards, des marmottes, des perdrix et de l'eau partout. Vu la distance à parcourir, deux jours semblent préférables. Départ de la piste de la vallée de Ruda : cette longue piste se prend maintenant à la sortie est de Baqueira, juste après les barrières d'accès au port de la Bonaigua, et est correcte jusqu'au pont de Locampo (1709m), un peu plus dure pour le 1,7 km suivant jusqu'à la forêt (1855m) où elle cesse d'être carrossable. Suivre la piste puis le chemin du refuge de Saboredo (2298m) et longer les lacs (plusieurs itinéraires possibles pour les visiter tous) jusqu'au port de Ratera (2584m), si vaste que plusieurs lacs l'occupent. Plutôt que d'emprunter la voie normale dans le versant SE du tuc de Ratera, rejoindre à droite la croupe qui descend au port de Ratera de Colomèrs. Suivre plus ou moins cette croupe jusqu'à la crête nord que l'on suit jusqu'au sommet. Il faut souvent poser les mains mais cela reste facile et n'est pas vraiment de l'escalade. Le tuc de Ratera (2861m) est un joli belvédère particulier sur les nombreux lacs vers Colomèrs, Saboredo ou Ratera/Amitges.

Tuc del Bergús Suivre la crête au sud. À l'approche de la profonde brèche nous séparant du tuc de Bergús, la crête devient excessivement compliquée, successions de petites pointes avec des passages aériens (II+), mais tout serait évitable en passant versant est, la brèche étant pratiquement de plein pied sur ce versant. La brèche Ratera-Bergús (2746m) offre un facile passage du cirque de Colomèrs au bassin de Ratera. Escalader la crête au sud, sur un bon rocher. La sortie de la brèche se fait sur des dalles redressées aux petites prises (III sur une vingtaine de mètres puis II). Après une portion horizontale aérienne, on parvient à une double brèche. Éviter le gendarme central par l'ouest (échappatoire vers Colomèrs) et attaquer le mur suivant, vertical mais avec de bonnes prises (III). Une troisième brèche offre encore un passage de même style, peut-être un peu plus facile mais bien plus aérien (II+/III). On parvient soudainement au vaste plat dont le tuc de Bergús (2844m), au SO, est le point culminant. On y découvre de nouveaux lacs et une meilleure vue vers le sud.

Parcourir le plateau vers l'est (mignon laquet) et monter facilement au tuc de Crabes (2791m), à l'extrémité NE. Encore de nouveaux lacs et de belles parois. Revenir un peu vers l'ouest et descendre au nord un large couloir d'éboulis, assez raide, pour rejoindre le vaste chaos (heureusement encore bien enneigé) qui descend à l'estany del Port de Ratera ou estany Glaçat de Ratera (2470m).

Pour monter au Saboredo occidental ou punta Estasen (anonyme sur certaines cartes), deux cheminements possibles : par le versant nord, plus rapide mais pénible, ou par le sud, plus tranquille. Par le versant nord, repasser au port de Ratera et suivre la crête vers l'est jusqu'aux parois. Longer celles-ci par le nord (pierrier) et emprunter un couloir croulant pour retrouver la crête (2702m). Emprunter le versant herbeux, assez raide, pour monter à l'est à la punta Estasen (2767m). Revenir à la brèche (on peut faire un saut à l'ouest à l'insignifiante pointe 2720m, escalade II, peu d'intérêt) et descendre le versant sud herbeux. En tirant à droite, on trouve le sentier venant du refuge d'Amitges que l'on suit jusqu'au port de Ratera, pour descendre tranquillement aux étangs de Saboredo.

Longueur :*** (1700m en 2 jours)
Difficulté :*** (escalade III)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Jolis i Simó, Pallars - Aran
Conditions :2010/07/10 (estany de Dalt de Saboredo), beau, quelques nuages en soirée
2010/07/11, beau le matin, averses puis orage après 13h, photos

Puis de Gerber (2746m) et tuc de Pishader (2539m) en circuit depuis le pont de Locampo

Les puis de Gerber sont un sommet dentelé dont seule la pointe sud est facile d'accès et le point haut difficile à identifier tant qu'on n'est pas dessus. Ajoutez-y de la neige et il fallut plus d'une heure de recherche, errances, hésitations et escalade dans une paroi de moins de cent mètres de haut. Du pont de Locampo (1709m, piste correcte à la sortie est de Baqueira, juste après les barrières d'accès au port de la Bonaigua), monter au refuge de Saboredo (2298m) et au coll de l'Estany Gelat (2586m). Suivre la crête au nord, éviter quelques rochers et poser un peu les mains pour atteindre le sommet sud des puis de Gerber (2738m). On aperçoit alors le véritable sommet au-delà d'une profonde brèche et de deux aiguilles. Avec la neige, descente impraticable à la brèche (et il n'est pas certain que j'aurais pu continuer au-delà). Retour en arrière et traversée dans le versant SO. Plusieurs nervures et couloirs, impossible de déterminer où est le point haut. Tentative dans un couloir facile pour aboutir à une pointe nord (2746m mais pas le point culminant), greuh. Retour en arrière, nouveau couloir plus difficile (deux pas de III mais peut-être plus facile sans neige ?) et gros blocs en II, enfin le véritable caillou sommital, particulièrement inconfortable.

Retour via le couloir de montée puis en descendant directement vers l'estany Gelat, visite des lacs de Saboredo (estany Major, lac deth Miei, lac de Baish (2267m)) et sentier pour le còth deth Tuc Gran de Sendrosa (2451m). Crête raide mais facile (sente) pour monter au tuc de Pishader (2539m). Descente en pente douce vers le lac de Sendrosa de Naut (ou estany de Pishader) puis traces horizontales et cairns pour le lac de Sendrosa de Baish (2248m). Jolis lacs en balcon, site paisible. Suivre le vallon principal pour rejoindre la cabane inhabitable (2150m). Passer à gauche (nord) et descendre le vallon herbeux. Des cairns indiquent l'indispensable sentier qui part à gauche sous les arbres pour plonger en lacets raides jusqu'à un plateau (1832m) au-dessus du riu de Ruda d'où l'on retourne tranquillement au pont de Locampo.

Longueur :** (1350m)
Difficulté :*** (?, gros blocs, pas de III, plus simple sans neige ?)
Intérêt :*** (avec le circuit par les lacs de Sendrosa)
Trajet :cartographie
Conditions :2016/10/15, beau, neige 2300m

Pic de Saboredo (2833m) par la vall de Gerber

Pic de Peguera Itinéraire direct, surtout comparé au suivant. Du parking vers 1900m sur la route du port de la Bonaigua (départ de télésiège), suivre le bon sentier de l'estany Gerber. Prendre de la hauteur rive droite pour passer aux estanys Llong et Redó avant d'arriver au refuge Gerber Mataró. Partir ouest vers le coll de l'Estany Gelat en l'attaquant par la croupe à sa droite, puis suivre la crête au sud avant de rejoindre le col (occidental) d'Amitges (2750m) d'où on monte sans histoire au tuc de Saboredo, au beau panorama.

Longueur :** (1000m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie (à ski)
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome V, topo 715
Ratio, Ski randonnées I
Conditions :2010/05/24, beau, neige 2100m (skis, crampons), photos

Pic de Saboredo (2833m), pic d'Amitges (2851m) et pic de Bassiero (2903m) en circuit depuis le port de la Bonaigua

estany Major de Saboredo schéma Bassiero Au port de la Bonaigua (2070m), derrière la tour de télécommunications (la « boule »), démarre un sentier qui descend dans la vallée de Saboredo et rejoint la piste vers 1800m. La montée est facile mais longue jusqu'au lac Major de Saboredo (2340m), avant de poursuivre à l'est vers l'estany Gelat et le coll de l'Estany Gelat (ou de Gerber) puis au sud jusqu'au col (occidental) d'Amitges (2750m). À droite, on atteint le tuc de Saboredo (belle vue sur les lacs de Saboredo) et à gauche le pic d'Amitges (large vue sur le parc d'Aigüestortes et sur le haut du val de Gerber).

Rejoindre la Bassiero n'est pas évident, la crête est découpée jusqu'au col suivant (col de Bassiero ou col oriental d'Amitges), avec deux brèches profondes. Pour éviter cette partie, descendre au sud puis piquer à gauche par un couloir herbeux raide pour rejoindre le couloir de la première brèche, le descendre puis traverser et remonter au col (occidental) de Bassiero (ce passage délicat peut être évité en revenant au col occ. d'Amitges et en contournant l'éperon sud du pic d'Amitges). Du col, un cheminement bien cairné remonte sans réelle difficulté l'arête (d'abord versant nord puis versant sud, escalade Isup) jusqu'au pic de Bassiero, escarpé de tous les côtés. La vue devient très large vers l'est, au-delà de la pique d'Estats. La deuxième pointe, à peine plus basse, semble inaccessible. Je passe une vingtaine de minutes à tenter d'atteindre la profonde brèche entre les deux pointes (le pic est ceinturé d'une courte barre de 4-5 mètres sans la moindre faiblesse). La seule solution trouvée est d'emprunter le couloir nord immédiatement à l'ouest du sommet (très croulant, chute de pierres, dangereux), pour rejoindre dès que possible l'éperon nord et cheminer au mieux jusqu'à la brèche (désescalade II). Je n'ai pas le courage de chercher un cheminement vers la pointe orientale et je descends au nord le large couloir pas trop pentu mais pénible. Cette longue descente se conclut à l'estany de l'Illa sous le refuge Gerber Mataró, facile à repérer avec sa couleur orange. Le sentier bien tracé et balisé passe auprès de deux jolis étangs avant de dévaler vers le remarquable estany de Gerber. Il mène ensuite à un parking vers 1900m sur la route du port de la Bonaigua. Avant qu'il n'oblique vers ce parking, à hauteur d'une cabane en ruine, le quitter pour remonter dans les pelouses jusqu'au point de départ.

estany Llong de Gerber Remarques :

Longueur :** (1300m, assez long)
Difficulté :* sans le Bassiero, ** avec
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome V, topos 713, 716, 718, 715
Audoubert, 50 balades et randonnées en Val d'Aran et Encantats, page 109
Conditions :2003/08/06, beau

Pic de Xemeneies (2828m), los Tres Puis (2797m, 2811m, 2824m), Bassiero oriental (2897m) en circuit par la vall de Gerber

Estanyol de Gerber Sur le versant Gerber, le pic de Xemeneies est défendu par un important chaos de blocs. Du parking vers 1900m sur la route du port de la Bonaigua (départ de télésiège), suivre le bon sentier de l'estany Gerber. Pour tenter d'éviter la partie basse du vallon de Xemeneies, j'ai continué le sentier jusqu'au moment où il part en balcon au-dessus de l'estany de Gerber. Partir alors vers l'est pour trouver un plat tourmenté et descendre d'une cinquantaine de mètres pour rejoindre le vallon (cela doit être aussi rapide d'attaquer le vallon à l'estanyol précédant l'estany de Gerber). Peu pentu, chaotique, encombré de gros blocs, on s'y traîne interminablement jusqu'au coll de Xemeneies (2572m). Du col, suivre la crête facile mais elle aussi chaotique dans sa partie basse jusqu'au pic de Xemeneies (2828m). Magnifique panorama, tant sur les lointains très dégagés que sur les beaux lacs des vallons de Gerber et de Cabanes.

Suivre au sud la crête, sans difficulté mais accidentée et laborieuse jusqu'aux Tres Puis. Vues magnifiques tout du long sur les lacs des deux versants, l'estany de Bassiero versant Cabanes est particulièrement beau. Descendre au coll de Bassiero (2740m) et remonter au Bassiero oriental (2897m). Vue intéressante au sud vers les sommets d'Aigüestortes mais ça manque de lacs...

Retour au coll de Bassiero, descendre le raide vallon à l'ouest et suivre la sente bien cairnée qui laisse à gauche l'estany de l'Illa avec le refuge Mataró et rejoint plus bas le sentier de Gerber.

Longueur :** (1300m, 15 km)
Difficulté :** (long pierrier, crête chaotique)
Intérêt :** (pierrier trop pénible)
Trajet :cartographie
Conditions :2012/08/02, beau, photos

Bassiero oriental (2897m) depuis la Bonaigua de Baix

estany Negre de Cabanes Itinéraire assez peu évident avec de la neige, plus simple en été, pour visiter un vallon inconnu avec de nombreux lacs. Passer à la Bonaigua de Baix (1450m) et suivre l'ancienne route qui franchit le riu de la Bonaigua et fait une épingle (1510m) où l'on se gare en été. Suivre le large chemin qui remonte la rive gauche du riu de Cabanes, assez loin au-dessus du ruisseau. Avec la neige, je l'ai perdu quand il est devenu un simple sentier mais on circule facilement dans la forêt. Vers 1650m, s'orienter progressivement au SO sans traverser le ruisseau (c'est la partie la plus confuse sous la neige). À 1875m, la forêt s'ouvre et une passerelle permet de passer rive droite. Un long ressaut faiblement boisé se présente laissant à droite la gorge du ruisseau encombrée de gros blocs. Le sentier d'été revient sur le haut dans la gorge alors qu'en hiver il vaut mieux passer plus haut à un collet 2243m où l'on aperçoit de l'autre côté de la vallée l'estany Negre de Cabanes (2179m) que l'on rejoint par une grande courbe. Pics de Bassiero Continuer ONO vers le pic de Xemeneies puis, à 2350m, virer S en suivant un petit vallon. Passer une cuvette et au plus facile, monter doucement SO pour atteindre l'estany Blau (2473m). Le Bassiero oriental est enfin bien visible. Se diriger vers le coll de Bassiero et monter la longue pente jusqu'au sommet. Jolie vue, bien qu'un peu masquée à l'ouest par le Bassiero principal.

Revenir sous le coll de Bassiero et, à ski, prendre un étroit vallon à l'E sous la crête découpée qui relie le Bassiero et le Montsaliente. Ce vallon mène au petit estany des Abadies (2280m). Virer N et suivre le ruisseau qui ramène à l'estany Negre de Cabanes.

Longueur :*** (1500m)
Difficulté :*
Intérêt :** (+1 à ski)
Trajet :cartographie
Topos :Faura y Longás, Pirineos en esquís - 150 itinerarios
Conditions :2010/03/14, beau, vent froid au sommet, neige 1500m (skis)
2012/11/02 (estanys Negre et Llong), brouillard en vallée, beau au-dessus, neige (qq cm) 2000m

Montsaliente (2890m) et puig Pla (2831m) depuis la Bonaigua de Baix

Estany Negre de Cabanes Itinéraire à faire au printemps quand la neige recouvre les vastes champs de gros blocs (c'était le cas heureusement). Départ à l'épingle 1510m sur l'ancienne route de la Bonaigua de Baix. Bon sentier balisé jusqu'à l'estany Negre de Cabanes (2179m), encore partiellement glacé et très joli au matin. Longer la rive sud (chaos, ça commence) et remonter au sud le joli vallon (comblé de blocs, hi hi) jusqu'au mignon estany de les Abadies (2280m). Continuer sud sous la serra de les Agudes (euh, des blocs ?) et, de manière évidente, obliquer progressivement vers la grande pente SE du Montsaliente. Après 150m raide, on parvient sous un collet (2775m), d'où l'on atteint facilement le Montsaliente (2890m). Vaste panorama similaire à celui du Bassiero, sans obstacle.

Revenir au collet et continuer sud. Des gros blocs (secs et laborieux, j'imagine ce qu'aurait été toute l'ascension sans neige), puis un peu d'herbe et enfin le pui Pla (2831m). Vue plongeante sur l'estany de Sant Maurici, les Encantats à portée de main, Bassiero (pics et aiguilles) remarquables. Le pui Pla est le complément indispensable au Montsaliente. Poursuivre la crête facile jusqu'au coll de Pui Pla (2649m) et descendre nord vers la coma Negra, amphithéâtre chaotique juste effleuré à la montée au Montsaliente (note: les deux Agudes d'Espot occidentales, dont la culminante, semblent faciles). Avant l'estany de les Abadies, passer à l'est un léger collet (2347m) pour basculer dans la coma de l'Estany Llong. Longer la rive ouest de l'étang et prendre au déversoir le sentier balisé qui rejoint celui de l'estany Negre.

Longueur :*** (1500m)
Difficulté :** (grands chaos de blocs ; +1 en neige, 35°/150m)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Faura y Longás, Pirineos en esquís - 150 itinerarios
Conditions :2015/05/09, beau, neige 2200m/2150m (crampons), photos

Estanys de Tumeneia (2320m) depuis le barrage de Cavallers (1780m)

Reflet de Harlé - Sucre Aiguilles de Travessani Les deux lacs de Tumeneia sont situés hors des sentiers du bassin de Travessani et par conséquent peu visités. Montée par le sentier du refuge Ventosa i Calvell puis hors sentier (cairné) le long du ruisseau issu de l'estany de Tumeneia de Baix. Le lac inférieur (2285m) est mignon et offre un bel emplacement pour le campement (interdit dans le parc d'Aigüestortes : pour dormir, la réglementation impose d'utiliser les refuges). Coucher de soleil magnifique sur la Punta Alta et les aiguilles de Travessani et lever tout aussi beau sur la Punta Harlé et le Pa de Sucre. Au-dessus, l'estany de Tumeneia de Dalt (2320m), plus sauvage et encore partiellement gelé, surprend par sa taille.

Le lendemain, échec double à la Tumeneia N, largement rattrapé les jours d'après par le Pa de Sucre et le tuc des Monges.

Longueur :* (500m)
Difficulté :* (hors sentier, cairns)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2006/05/25 (estanys), beau
2006/05/26 (Tumeneia N), beau

Punta Alta (3014m) en circuit depuis le barrage de Cavallers

Estany de Colieto Depuis le barrage de Cavallers (1780m), un rude sentier casse-pattes bien cairné monte en deux heures aux étangs de Comalesbienes (2580m), encore gelés début juin. Monter au pic de Comalesbienes avant d'atteindre le sommet par la crête un peu aérienne. Le retour en circuit se fait par l'estany de la Roca (avec un gros rocher au milieu), les estanys de Colieto et le refuge Ventosa i Calvell, dont l'excellent chemin d'accès ramène au barrage. Estany Negre Besiberri Même si la montée est rude, il est préférable, à mon avis, de faire le circuit dans ce sens : le retour est long (plus de deux heures à la descente pour les 400m séparant les étangs de Colieto du barrage) et la montée doit être décourageante ; le cheminement Colieto - Roca - col intermédiaire m'a semblé un peu brouillon (le sommet n'est pas visible) ; on peut enfin effectuer tranquillement de longues pauses aux magnifiques étangs qui font la réputation de ce secteur, sans être pressé par le temps.

Longueur :*** (1300m, long circuit)
Difficulté :** (éboulis raides, crête finale)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome V, topos 701, 702
Conditions :2001/06/02, beau, neige versant nord 2300m (crampons)

Pics de Comalespada (2832m) et punta Alta (3014m) en circuit depuis le barrage de Cavallers (1780m)

Contraix - Comalespada Face au refuge Ventosa i Calvell, les pics de Comalespada sont profondément entaillés par le canal central de belle allure. Voie directe mais pas la plus simple. Plus que la pente régulière avec deux sections étroites (40° sur 500m), la principale difficulté fut la traversée du ruisseau sous le refuge : obligé de se déchausser et se déshabiller pour traverser une eau glaciale avec de l'eau au-dessus des genoux ! Les pics de Comalespada sont trois : vers le haut du couloir, rejoindre à droite la brèche occidentale (2818m) d'où le sommet NO (2832m) est rapidement accessible. Revenir à la brèche, monter au sommet central (2829m) par quelques mètres d'escalade facile, puis rejoindre la brèche orientale (2793m) pour monter au sommet NE (2830m) par le versant sud. Étonnamment, aucune des pointes n'a de cairn.

La jonction avec la punta Alta est assez longue : descendre le couloir raide issu de la brèche orientale ou les pentes herbeuses à l'ouest de celui-ci, pour rejoindre une petite cuvette (2630m env.) et remonter en face un couloir assez raide (40°) en laissant à droite une spectaculaire brèche. Une traversée horizontale conduit au coll Arenós (2791m) où passe la voie normale de la punta Alta. Remonter la pente facile pour aboutir au sommet.

Retour direct par les étangs de Comalesbienes. Sous ceux-ci, ignorer des cairns malveillants qui entraînent à droite vers un immense pierrier et suivre ceux près du ruisseau ou sur la moraine. Ce n'est que sous 2300m environ qu'il faut s'éloigner franchement du ruisseau. Le sentier est rude et diablement rapide.

Longueur :*** (1600m)
Difficulté :*** (couloirs de neige 40°/500m + 35-40°/100m)
Intérêt :****
Trajet :cartographie
Topos :Jolis i Simó, Pallars - Aran
Conditions :2012/06/02, beau, quelques cumulus après 12h, neige 2250m/2550m (crampons), photos

Pic de la Pala Gespadera (2875m), bony d'Aigüissi (2876m), Pala Alta de Sarradé (2983m) depuis le barrage de Cavallers

Sommets oubliés et peu fréquentés, faciles d'accès tant qu'on ne s'obstine pas à vouloir suivre la crête qui les relie, à faire assez tôt pour profiter des névés. De Cavallers (1780m), monter par le rude sentier aux beaux estanys de Comalesbienes, encore partiellement glacés. Passer rive gauche sous le grand étang (2583m), le longer un peu et s'élever au SE sur un rognon rocheux pour éviter les éboulis qui le bordent. En virant progressivement SO, une longue pente un peu herbeuse mais surtout pierreuse conduit sans histoire au pic de la Pala Gespadera (2875m). Le point haut, le bony d'Aigüissi (2876m) est une centaine de mètres au SO, au bout d'une crête effilée mais en fait facile (seul le premier gendarme nécessite de poser les mains). Revenir au premier sommet et descendre la pente à l'est. On parvient à un collet (2798m, un cairn) qui permet de basculer au sud (notez l'information !). Pour ma part, j'ai poursuivi la crête facile pour atteindre une première pointe (2831m). Descente de plus en plus raide sur la brèche qui suit pour buter, juste au-dessus du seuil, sur un petit mur vertical et exposé. Hésitations, recherches, descente délicate versant nord par un couloir secondaire pour revenir au pied du couloir de la brèche. Couloir pourri, escalade II+, brèche (2804m). Reprise de la crête, nouvelle pointe raide mais encore peu difficile (2840m), nouvelle descente raide puis verticale. La crête au-delà de la seconde brèche est clairement difficile, abandon. Retour à la première brèche pour basculer versant sud (ah !). Dans ce versant SO de la Pala Alta de Sarradé, on trouve un important éperon herbeux, bordé à gauche par un large couloir croulant. À gauche de ce couloir se cache un second couloir facile et en meilleur terrain. Le remonter, ne pas poursuivre jusqu'à la crête (encore difficile, troisième fourvoyage) mais traverser vers le haut du couloir croulant et de l'éperon herbeux. Une pente raide (gispet par endroit) conduit au sommet de la Pala Alta de Sarradé (2983m). Vaste panorama, particulièrement sur la moitié sud d'Aigüestortes.

Suivre la crête au NE qui présente de petites difficultés sur 200 mètres (passages de II, aérien) jusqu'à l'antécime NE (2975m), descendre la large pente d'éboulis vers l'estany Gelat de Comalesbienes (2740m), suivre le ruisseau vers le second étang, traverser au déversoir et remonter un peu à l'ouest pour prendre le vallon secondaire où passe la voie normale de la Punta Alta de Comalesbienes, descendre enfin l'expéditif sentier jusqu'au parking.

Longueur :** (1400m)
Difficulté :** (pierriers, pentes raides, petite escalade, +1 avec les fourvoyages)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2013/07/30, beau, rares névés, photos

Pic de Sarradé (2942m) et pic de Contraix (2958m) depuis la vall de Sant Nicolau

estany de Sarradé d'Amont Secteur étonnamment peu fréquenté à proximité de la piste à taxis d'Aigüestortes. Du parking d'entrée (palanca de la Molina, 1381m), emprunter le sentier rive gauche jusqu'à l'estany de Llebreta (1619m, 3,5 km peu passionnants). Suivre la piste rive droite de l'étang, et au plat à l'est, prendre le sentier (panneau) qui monte rudement rive droite du ruisseau de Sarradé, avant de passer rive gauche à la sortie des bois. À l'estany de Sarradé (2123m), le sentier cesse. Remonter la vallée en faisant un grand détour à l'est pour surmonter des barres, en rusant avec les zones herbeuses pour éviter les pierriers et parvenir à l'estany de Sarradé d'Amont (2466m). Virer plein est pour monter vers la crête en empruntant une zone herbeuse entre deux ravines. Parvenu à la crête (2838m), suivre la crête vers le nord. Il faut à peine poser les mains pour s'extraire de la première brèche puis la crête devient large et facile (mais encombrée de blocs) jusqu'au pic de Sarradé (2942m). Joli panorama. Descendre au nord au coll de Sarradé (2812m) et remonter au pic de Contraix par des gros blocs (2958m). Vaste panorama, de l'Estats à l'Aneto et tout Aigüestortes, plus intéressant que celui du Sarradé qui ne présente finalement que peu d'intérêt. L'estany de Contraix et les estanys du vall de Colieto sont jolis.

Pour rentrer directement, descendre au SO vers le coll de Colieto (qu'il n'est pas nécessaire d'atteindre) puis descendre vers le petit étang et suivre le talweg qui zigzague pour revenir à l'estany de Sarradé d'Amont. Descente directe dans l'entaille du torrent, guère plus rapide que le grand détour de la montée.

Longueur :*** (1750m)
Difficulté :** (hors sentier, gros blocs)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2009/10/17, beau, vent frisquet

Pic de Dellui (2802m), pic de Nariolo (2857m) et pic Fosser (2742m) depuis la vall de Sant Nicolau

Du parking d'entrée (palanca de la Molina, 1381m), rejoindre le planell d'Aigüestortes (1820m env., 1h30 à 2h sans intérêt, effectué de nuit pour ne pas s'en apercevoir). 500m après le parking des taxis, sur la piste principale, suivre les panneaux Morrano pour dénicher le sentier pas toujours évident qui dénivelle rapidement (poteaux peints puis cairns). Il sort de la forêt à un collet (2121m). Laisser en face les cairns de la vallée principale (itinéraire du retour) et suivre à gauche d'autres cairns en direction d'un faux col. Pas de sentier et bientôt plus de cairns mais itinéraire évident. On parvient au bel estany de la Collada (2453m). Ne pas négliger un saut à la collada (2490m) pour découvrir la vallée de Dellui aux jolis lacs (il aurait été plus varié de monter par là). Monter au SE la pente puis la crête sans histoire versant estanys de Morrano jusqu'au pic de Dellui (2802m). Panorama admirable, tant sur les sommets que sur les lacs, Morrano et Dellui magnifiques, et tous les lacs captés de la vall Fosca étaient pleins et beaux ainsi. Sans difficulté, descendre au sud au col (2667m) et remonter au pic de Nariolo ou Mariolo (2857m). Beau panorama, plus vaste sur le lointain, toujours des lacs partout.

Retour le plus simple par les estanys de Morrano ; passons donc ailleurs : descendre SE à la collada de Nariolo (2633m), faire une visite au pic Fosser (2742m) tout au bout de la crête pour découvrir encore de nouveaux lacs, y compris le barrage de Sallente. De la collada de Nariolo, descendre O à un plat de confluence (2515m env.), remonter O puis N à la collada de Morrano (2633m). Contraste entre le doux versant herbeux au sud et le chaos de blocs au nord qui nous attend. Descendre vers l'estany de la Ribereta en négociant au mieux un important chaos avant un peu d'herbe. À l'estany de la Ribereta (2354m), nouveau chaos, on cherche l'herbe en sautant plusieurs fois le ruisseau. Le terrain devient plus agréable avec plats herbeux et petits ressauts, une ligne de cairns et même un vague sentier apparaissent soudain au détour d'un arbre, être sinon attentif à abandonner le ruisseau pour revenir au collet 2121m. Reste la descente au planell d'Aigüestortes et la punition du retour au parking, bien plus pénible qu'à l'aller.

Pour mémoire : départ 5h30, Dellui 9h20, Nariolo 10h10, Fosser 11h, sieste.

Longueur :*** (1850m, > 26 km)
Difficulté :** (hors sentier, chaos de blocs)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Véron, 100 Randonnées en Catalogne
Conditions :2015/08/10, beau, un peu de vent, photos

Pic del Pessó (2892m), pic des Mussoles (2876m), pic de Morrano (2814m), cap de Reguera (2797m), el Castell de Rus (2776m) en circuit depuis Taüll

Des sommets importants, de beaux paysages, de mignons lacs et pourtant pas une trace, pas un cairn (5 en tout, hors les cairns sommitaux, pendant 7h entre l'estany del Pessó d'Amont et le port de Rus), sentiment de découverte. Depart du pont de Sant Martí (1692m) pour monter facilement aux estanys del Pessó (2490m). Contourner le grand lac par le sud et monter au collet (2707m) au pied de l'arête NO du pic del Pessó. La remontée de cette arête impose des passages en II+, certains sont évitables à flanc (tantôt nord, tantôt sud) mais plusieurs sont obligatoires. Le Gran pic del Pessó (2892m) offre un beau panorama sur le versant sud d'Aigüestortes, un peu éloigné cependant.

Descendre par la raide crête à l'ENE au collet Pessó-Mussoles (2746m) où passe un itinéraire évitant l'arête NO. La crête vers le Mussoles est compliquée ; en descendant à peine, rejoindre au sud de la crête une épaule, traverser dans les pelouses sous les rochers, remonter un couloir raide et s'en échapper à droite pour rejoindre les dernières pelouses menant au pic des Mussoles (2876m). Panorama tout aussi intéressant, la Dent des Mussoles a belle allure.

Poursuivre par la crête au NE avec une dalle facile (importantes barres sous la pente herbeuse à droite de la crête). Quand la crête devient découpée, la longer facilement par le versant sud dans l'herbe au-dessus du pierrier, avec une remontée raide de quelques dizaines de mètres pour rejoindre le bizarre plat (2716m) sous la cap de Reguera, un terrain de foot parfait. Laisser le cap à droite pour rejoindre directement le collet (2695m) au nord et faire un aller-retour au pic de Morrano (2814m). Le plus beau panorama du circuit, plus près des sommets. Sous le Nariolo, le balcon des lacs de Morrano est étonnant, de grands lacs perchés à 2500m.

De retour au collet (2695m), montée directe au cap de Reguera (2797m ou 2800m), bien placé pour le pique-nique. Descendre au mignon laquet (2628m) au sud du sommet. La descente à l'estany de Ribanegra est moins simple (ni cairn ni trace, comme toujours). Descendre d'abord rive droite non loin du ruisseau, puis au niveau d'un plat, je suis parti loin à droite mais ça m'a imposé la traversée d'un chaos d'énormes blocs au bord de l'étang (en fait, il semble possible de passer rive gauche au plat intermédiaire). Sous l'étang encaissé et malheureusement capté, partir SO pour rejoindre l'estany de Francí de Dalt (2333m) sans descendre à l'estany de Francí, joli et assez grand. Remonter paisiblement les pelouses au SO en laissant à droite la caillasse vers le colladó del Pessó. Le terrain reposant conduit naturellement à un mignon lac au milieu des pelouses (estany Conca, 2472m), joli point de vue tant vers Pessó-Mussoles que vers l'est. Remonter le plus longtemps possible sur l'herbe rase puis finir par une éprouvante pente de caillasse croulante pour aboutir sur la crête 150 m au SE du coll Roi (même altitude, 2719m). Atteindre en quelques minutes au S el Castell de Rus (2776m, parfois à tort cap de les Raspes Roies), large vue. Poursuivre au sud pour atteindre le port de Rus (2617m) où l'on trouve enfin chemin, cairns et balises (GR11) pour rentrer tranquillement au parking. Pas vu une seule personne de la journée, même au loin.

Pour mémoire : départ 7h15, Pessó 10h15, Mussoles 11h, Morrano 12h, Reguera 12h30, Castell de Rus 14h30.

Longueur :*** (2000m)
Difficulté :** (hors sentier, orientation, escalade II+ évitable en n'empruntant pas l'arête NO du Pessó)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Jolis i Simó, Pallars - Aran (pour l'inspiration)
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome V (Pessó, Mussoles)
Conditions :2014/10/19, beau, chaud en vallée, vent frais en altitude

Pic petit del Pessó (2792m) depuis Taüll

Erill la Vall Accès facile et clair aux estanys del Pessó depuis le pont de Sant Martí (1692m) avec pour objectif le pic del Pessó. Le vent qui arrache des embruns au grand lac (2490m) et la fine couche de neige qui recouvre les blocs des pierriers ne sont guère favorables. Je change d'objectif vers le Pessó Petit en remontant le facile vallon vers le collado del Pessó (2689m) où le vent manque de me renverser. Les derniers mètres vers le sommet sont de plus en plus difficiles et même à quatre pattes, j'ai du mal à conserver l'équilibre... Je renonce à quelques mètres du cairn sommital et je profite de cette courte sortie pour revoir les remarquables églises du val de Boí.

Longueur :** (1100m)
Difficulté :*
Intérêt :* (à refaire par beau temps)
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome V, topo 739
Conditions :2003/10/05, petites chutes de neige et timides éclaircies, vent violent

Pui de Linya (2870m), pic de Fonguero (2884m), pic de Monestero (2877m), pic de Peguera (2980m), tuc de Saburó (2906m) en traversée depuis Espot

Estany Tort de Peguera, refuge Josep Maria Blanc Parcours de la longue crête panoramique entre la vall de Peguera et la vall de riu Escrita. Du parking 3 km en amont d'Espot (prats de Pierró, 1640m), prendre à gauche la piste conduisant au refuge Josep Maria Blanc. Suivre cette longue piste jusqu'à ce qu'elle passe une crête (2067m) où elle descend en deux lacets dans la vall de Peguera. Quitter la piste pour remonter la crête à l'ouest. Terrain facile mais prendre son temps, c'est long. Sur le haut, passer dans la combe à droite. La pente ne se couche que tout près du pui de Linya (2870m). Panorama très ouvert vers l'est, vers Monteixo - Estats mais aussi vers Ratera - Amitges. Parcourir tranquillement les pelouses au SO, au-dessus du mignon estany de Fonguero, pour passer au pic de Fonguero (2884m). De sérieuses difficultés apparaissent à l'extrémité SO du plateau : la crête devient dentelée et assez difficile. Nombreux passages de II et plusieurs III, multiples aller-retour pour progresser, tantôt sur le fil, tantôt à gauche, tantôt à droite, hésitations répétées. J'ai buté à la descente sur la plus profonde brèche, obligé de passer à flanc sud (délicat), ainsi qu'à la dernière aiguille (idem). Au final, beaucoup de temps et d'énergie pour quelques 300 mètres linéaires. Il semble possible d'éviter les difficultés par un très large détour au sud.

La crête redevient paisible pour rejoindre le pic de Monestero (2877m). Suivre les premiers cairns de la journée pour descendre à la collada de Monestero (2715m) et direction le pic de Peguera. Il existe plusieurs cheminements dans la face E. J'ai suivi une trace bien cairné montant doucement au SO en restant sous les éboulis. Les cairns mènent à un contrefort bien au sud du sommet, d'où l'on grimpe (II) sur la crête SE qui conduit au sommet (gros blocs en II) du Peguera (2980m). Plus haut sommet du secteur sud d'Aigüestortes, panorama immense de l'Estats à la Maladeta.

Descente par la voie normale qui longe un peu la crête sud avant de plonger vers le coll de Peguera. Quitter bientôt les cairns pour partir à flanc au sud, franchir un épaulement et, traversant sous les rochers de la crête, rejoindre le pied de la brèche Peguera - Saburó (2800m). Remonter un peu le couloir herbeux avant de partir à droite pour rejoindre le versant facile du Saburó. Reprendre la crête à proximité du sommet, gros blocs faciles, jusqu'au tuc de Saburó (2906m). Descendre la crête facile vers le Saburó inferior (passer versant nord est le plus rapide). À la brèche, j'hésite : fatigue + crête semblant bien compliquée, je rechigne à galérer. Descendre vers l'estany del Cap de Port. Une zone de barres complique la descente, plusieurs passages possibles mais peu lisibles vus d'en haut. À l'étang, on trouve le sentier balisé et cairné qui descend au refuge Josep Maria Blanc. En fin de journée, un peu las, j'ai eu l'impression qu'il serpentait exprès pour visiter l'intégralité des lacs et laquets du secteur, certes bien jolis. Le refuge Josep Maria Blanc (2310m) est remarquablement situé au bord de l'estany Tort de Peguera, un petit paradis.

Pour mémoire : départ 7h, Linya 10h, Fonguero 10h45, Monestero 12h30, Peguera 13h30, Saburó 14h40, refuge 17h.

Longueur :*** (+2000m, -1300m)
Difficulté :*** (orientation, hors sentier, escalade II/III sans doute évitable ; sinon +1 pour Fonguero)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Jolis i Simó, Pallars - Aran
González, Crestas del Pirineo II, Cataluña y Andorra (crête Peguera - Linya)
Conditions :2014/09/12, beau, vent frais, bourgeonnements dans l'après-midi, photos

Pic de Mar (2842m), pic dels Vidals (2904m), pic de Tort (2886m), pic Morto (2902m), pic de Subenuix (2950m) en traversée depuis le refuge Josep Maria Blanc

Pique d'Estats Poursuite de la découverte du versant sud d'Aigüestortes. Du refuge Josep Maria Blanc (2310m), suivre le bon sentier balisé jusqu'à la collada de Saburó (2668m). Paysage superbe au petit matin, les sommets rougeoyants illuminent lacs et laquets. Le sentier m'a paru bien plus logique et beau que la veille en fin de journée ! Du col, descendre vers l'estany de Saburó (2500m env.), le contourner (par l'est si le niveau est bas) et remonter au NO en direction du pic dels Vidals, évident. Passer au coll de Mar pour monter au pic de Mar (2842m), mal identifié et guère un pic. Jolie vue sur la vallée de Monestero. En quelques minutes, monter au pic dels Vidals (2904m), magnifique belvédère sur les lacs du versant sud, descendre à l'ouest à la collada de Carboneres (2799m) et remonter au pic Tort (2886m), indispensable complément du Vidals.

Retour à la collada de Carboneres, descendre au nord en suivant les cairns (appuyer à gauche) puis viser le plus haut des estanys de Carboneres (2534m). Juste au-dessus, emprunter un long plat herbeux sous le pic de Sobremonestero jusqu'au ruisseau issu des estanys de la Montanyeta. Passer aux étangs et monter au large col (2789m) à l'ouest du pic Morto. L'accès au pic Morto n'est pas simple : suivre versant sud une bande herbeuse, facile mais qui devient étroite et exposée (cette bande est bien visible de loin). Quand elle cesse, remonter un raide couloir herbeux pour rejoindre la crête. Basculer alors versant nord pour passer sous le sommet jusqu'à une brèche au NE du pic. Prendre là une étroite corniche qui repart à l'ouest dans la face N, à l'étage au-dessus, pour revenir sur la crête ouest. Finir enfin par le versant sud. Trois cairns en tout. Le pic Morto (2902m) est un très beau belvédère, Subenuix et Peguera sont impressionnants.

Retour au col, passer la pointe 2892m (inutile d'espérer la feinter) et rejoindre le col sud de Subenuix (2860m). Suivre trace et cairns pour atteindre le pic de Subenuix (2950m), grand sommet élancé à la vue encore plus intéressante que celle du Peguera (plus central). Les deux Encantats sont enfin bien visibles, première fois depuis le Linya la veille !

Retour au col sud pour descendre au nord un infâme pierrier. Les cairns indiquent néanmoins un cheminement empruntant au mieux les quelques passages herbeux. Aux premier pins sous les moraines, le sentier devient bien marqué, il passe près du bel estany de Subenuix (2190m) et descend sur l'estany de Sant Maurici où l'on retrouve bientôt la foule.

Pour mémoire : refuge 7h20, Mar 9h50, Vidals 10h00, Tort 10h30, col O de Morto 12h10, Morto 12h35, Subenuix 13h20, parking 17h.

Longueur :*** (+1500m, -2200m)
Difficulté :** (orientation, hors sentier, pierriers ; Morto : +1)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Jolis i Simó, Pallars - Aran
Conditions :2014/09/13, beau, cumulus après 15h, photos

Pic de Sudorn (2711m), les Picardes (2782m, 2802m), Muntanyó (2781m), pala Pedregosa de Llessui (2882m) en traversée depuis Espot

En bordure du massif, plusieurs sommets secondaires à gravir en route vers la région des lacs. Du parking en amont d'Espot (prats de Pierró, 1640m), prendre à gauche la piste conduisant longuement au refuge Josep Maria Blanc (2310m) dans son charmant site. Poursuivre à l'estany Negre (2338m) et quitter le chemin pour contourner le lac par l'est (trace cairnée). Suivre la trace qui s'élève le plus pour passer au-dessus d'un grand pierrier et atteindre le collet (2613m) au NE du pic de Sudorn. Crête sans histoire jusqu'au pic de Sudorn (2711m), aussi nommé Muntanyó sur certaines cartes. La crête sud constituée de gros blocs empilés m'a laissé perplexe avec mon gros sac : d'abord un peu versant E puis beaucoup plus bas versant O pour rejoindre le collet (2654m) au sud du pic (collet directement accessible en restant sur la trace inférieure à l'estany Negre). Un terrain croulant mène au coll de Muntanyó (2748m) sur la crête principale. De là, un saut à l'E au bony de les Picardes (2782m), au S aux Picardes (2802m), à l'O au Muntanyó (2781m), le plus intéressant des quatre sommets.

Descente herbeuse aux estanys de la Mainera, peu connus. À l'estany Xic de la Mainera (2415m), source et pause. Remontée paisible au SO à la collada de la Coma d'Espòs (2638m) en suivant la frontière granit blanc - schiste rougeâtre. Du col, aller-retour à la pala Pedregosa de Llessui (2882m). Montée par la crête (un peu les mains au début, puis longtemps herbeux puis des gros blocs sur la fin, le point culminant étant comme toujours à l'autre extrémité du faîte horizontal), retour plus herbeux à flanc O. Beau panorama sur le versant sud d'Aigüestortes et ses lacs.

De la collada de la Coma d'Espòs, descente en divaguant dans les pelouses, source vers 2410m. Plutôt que de descendre à l'estany Gento (2140m), trop bas et trop aménagé, on peut couper la crête issue de la pala Pedregosa à 2325m, exactement au point où la crête devient herbeuse (enclos ruiné). Petit passage nécessitant les mains pour descendre dans la combe puis montée à l'estany Frescau ou de la Frescal (2421m) en croisant une ruine. Bel étang délaissé, étonnant comme il n'y a aucune trace hors des itinéraires de jonction entre les refuges. Poursuivre O pour passer au refugi de Colomina (2420m) où il serait logique (et légal) de dormir. Poursuite par le sentier très fréquenté, estany Tort (2294m) dont le contournement est interminable et bivouac à l'abri sous roche à l'estany de Nariolo (2304m, 5-6 places, sol dur et plafond bas). Le lendemain, retour par le pic de Sobremonestero.

Pour mémoire : départ 6h30, JM Blanc 8h40, Sudorn 10h, Picardes 11h05, Muntanyó 11h30, estany de la Mainera 12h00-12h45, Pedregosa 13h50, Colomina 15h45, bivouac 17h.

Longueur :*** (2100m)
Difficulté :** (hors sentier)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Jolis i Simó, Pallars - Aran
Véron, 100 Randonnées en Catalogne (Picardes)
Conditions :2016/08/02, beau

Pic de Sobremonestero (2880m) en traversée depuis l'estany de Nariolo

Suite de la veille. Plein de beaux lacs, un itinéraire astucieux et direct passant par un sommet central ignoré : belle découverte. Du refuge de Colomina (2420m) ou de l'abri à l'estany de Nariolo (2304m), visite des lacs : estany Tort (joli car plein), estany de Nariolo (paisible), estanys de Cubieso - Eixerola (vides et moches) où l'on laisse le sentier du refuge d'Estany Llong, estany de Castieso (beau site au pied du Subenuix) où l'on laisse l'itinéraire du collado dels Gavatxos, fin des traces et à peine quelques cairns, estany Morto (2388m, le plus joli de tous). Sans ambiguïté, le sommet étant visible depuis longtemps, remonter le vallon à l'E, laisser au N le ruisseau des estanys de la Montanyeta et atteindre un collet (2770m). Le pic de Sobremonestero (2880m) n'est qu'à une quinzaine de minutes au sud. Magnifique panorama tant sur les lacs que sur les sommets, presque aussi beau que celui du Subenuix (et bien mieux que le Peguera). Un pin à crochets s'accroche quelques mètres sous le sommet, record battu !

Retour au collet (2770m). Descendre au NE la pente de pierraille, négocier le chaos de gros blocs (pas si terrible en rejoignant à droite des zones herbeuses) et retrouver l'herbe. La suite demande un peu d'attention. Passer à droite de l'aiguille (2545m), suivre un peu le ruisseau puis le laisser à droite pour rester sous l'aiguille, il y a des barres dans l'axe. Tirer à gauche en restant sous les rochers de l'aiguille, on trouve ainsi une pente d'herbes et pierrailles qui descend à un beau plat herbeux (2256m) où le ruisseau méandre sous les parois des pics alentour. Paisiblement, suivre le ruisseau (vague trace) et au plat suivant (2195m), on rejoint le sentier du val de Monestero, idéal d'Aigüestortes avec ses arbres plantés au milieu des blocs, ses jasses fleuries où le ruisseau serpente et ses ressauts où les cascadent chantent.

Longueur :** (600m, 13 à 16 km)
Difficulté :** (hors sentier, pente raide, flair)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Conditions :2016/08/03, beau