Aran central - Moredo

Le val d'Aran, source de la Garonne, est totalement situé versant nord des Pyrénées mais rattaché à la Catalogne. Au contact de l'Ariège au nord, d'Aigüestortes au sud et de la Haute-Garonne à l'ouest, on y trouve deux régions montagneuses intéressantes pour le randonneur : d'une part la partie centrale, particulièrement avec le Montlude, d'altitude modeste (2534m au tuc des Armèros), au relief assez doux sillonné de pistes, intéressante au printemps ou à l'automne ; d'autre part l'intrigant massif oriental culminant au pic de Moredo (2762m), inconnu et isolé bien qu'enclavé entre la route du port de la Bonaigua et la piste de Montgarri. Hélas, les autorités aranaises semblent décidées à dégrader durablement l'image de leurs montagnes, en autorisant tous les loisirs motorisés. De plus en plus d'héliski, quads, motos, 4x4, partout. Bientôt une copie de l'Andorre ?

 

Montpius (2274m) depuis Casau

Tuc d'Auba, Forcanada À l'entrée de Casau (1110m), suivre la longue piste qui s'élève en lacets dans la forêt (ou feinter plus ou moins laborieusement ces lacets). Quand les arbres s'éclaircissent (1700m) et au plus tard juste après le carrefour 1750m, s'élever sur la croupe en direction OSO. Le paysage se dégage rapidement et on aperçoit tout au fond la petite pyramide du Montpius qu'il suffit de viser. Beau panorama, tant sur la Maladeta que sur tout le val d'Aran : c'est un belvédère hivernal de premier ordre.

Longueur :** (1200m ou moins si on monte la piste en voiture)
Difficulté :*
Intérêt :** (+1 en hiver pour la vue)
Trajet :cartographie
Conditions :2009/03/08, beau, chaud, neige 1110m (skis)

Tuc de Coma Salies (2572m) depuis les granges de Soberado

Aneto L'itinéraire du tuc de Coma Salies ou malh de Fishan Barrat (ou tuc d'Auba parfois), point culminant de la sèrra d'Auba, est un superbe voyage : le paysage est dégagé au-dessus de la forêt, le cirque ondulé des plans d'Auba est étonnant et le panorama du sommet est magnifique. Dans la vallée de l'Artiga de Lin, moins d'un km avant l'Ermita de Mair de Diu, prendre à gauche la piste de Soberado (à pied ou en voiture sur 300 mètres) et franchir le pont sur l'Arriu Joeu (1148m). La piste effectue un grand lacet au sud (on peut le couper) puis fait un grand lacet au nord en traversant deux fois le barranc de Montpius. Elle s'achève devant le barranc dera Montanha de Delà (1408m) qu'il ne faut pas traverser, et des coupes lui succèdent dans toutes les directions. Commencer par celle qui monte à gauche et s'élever de manière un peu confuse sur la croupe en empruntant toujours la coupe la plus raide. On trouve des traces, quelques rares cairns insuffisants et des arbres à terre qui perturbent le cheminement. Comme la pente est modérée, on parvient néanmoins facilement à s'extraire de la forêt et peu après on découvre la cabane de Corta ou de Delà de Casau (1745m). Continuer à l'est et rejoindre le sentier le plus élevé pour contourner le haut du barranc dera Montanha de Delà et rejoindre les Plans d'Auba. Prendre doucement de la hauteur en se dirigeant au SO pour atteindre la crête vers 2050-2100m bien à droite des falaises (on laisse en contre-haut à gauche la cabane d'Auba (1990m), invisible à l'aller, mais où on peut passer au retour). Remonter tranquillement au sud cette large croupe qui à la descente semble suspendue en plein ciel. Parvenir au sommet nord (2548m) et, malgré les apparences, sans difficulté au sommet principal (2572m). Depuis la cabane de Corta, l'Aneto et la Maladeta sont présents dans le paysage, mais du sommet, leur apparition est encore plus spectaculaire. Forcanada, Gerbosa, Feixan, Besiberri, Montardo ne sont pas de reste, et au NE, la vue s'étend jusqu'aux sommets du Couserans (Maubermé, Valier).

Longueur :** (1500m)
Difficulté :*
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Lafforgue, Les Pyrénées en raquettes
Conditions :2010/11/13, beau, neige 1950m (crampons), photos

Montpius (2274m) et sèrra d'Auba (2572m) en circuit depuis la vallée de Riu Nere

Parcours de la longue sèrra d'Auba, du Montpius à la passada des Neres, culminant au tuc de Coma Salies ou malh de Fishan Barrat (ou tuc d'Auba parfois). Départ de la piste de la vallée de Riu Nere (1355m), 500m après l'embranchement de la route du tunnel, au point où une piste secondaire démarre à droite vers une belle grange en pierre. Suivre cette piste secondaire et devant la grange, prendre le bon sentier qui s'élève rapidement dans les bois. Il en sort vers 1600m devant une cabane-étable (cabana de Pomàrola). Il ne reste plus qu'à suivre la longue croupe à l'ONO (parfois par le versant nord) jusqu'au Montpius (2274m). Soleil matinal et panorama déjà intéressant. Suivre au sud la crête facile, franchir la ròca de Tolosa (2345m) et atteindre le còth de Salies (2252m). La crête présente alors une raide section rocheuse d'une soixantaine de mètres de haut. Feuillets fragiles empilés à 45°, prises toutes cassantes, escalade II en légèreté (évitable par un lointain détour à l'ouest). On parvient ensuite au tuc de Coma Salies (2572m) au remarquable panorama notamment sur la Maladeta mais dont j'ai été vite chassé par des chèvres trop intéressées par mon pique-nique.

Poursuivre la crête au sud. Elle est longue et étroite, il n'y a que quelques courts passages en II mais on pose les mains en continu jusqu'au sommet sud (2536m) : il faut rester bien concentré pendant plus de 1,3 km. Nombreuses échappatoires à l'est vers un joli plateau qui permettrait d'éviter facilement l'intégralité de la crête. Le panorama reste beau tout du long, et deux mignons laquets au pied. De la toute dernière bosse, descendre à l'ouest à la passade des Neres (2356) puis au sud vers le lac deth Hòro (2050m), visite au véritable trou deth Hòro que les guides luchonnais, paresseux, ont déplacé plus près de Luchon (le gouffre n'est pas à la hauteur de la légende : peu profond, on peut y descendre prudemment sans corde et il n'y a pas d'or au fond), et retour par le sentier (framboises et groseilles, miam) puis 2,5 km de piste.

Longueur :*** (1550m)
Difficulté :*** (crête étroite, longue petite escalade avec pas de II, facilement évitable)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2014/09/27, beau

Montlude (2518m) depuis Vilamòs

Bacanère depuis Vilamòs Maladeta depuis Vilamòs Remarquable belvédère, le Montlude prend en hiver l'ampleur d'un grand sommet. Depuis Vilamòs (1250m), emprunter la piste qui conduit aux pâturages à 2000m (carrossable mais médiocre, pour ce que j'en ai vu jusqu'à 1400m où je me suis garé), ou suivre le balisage blanc-jaune qui coupe les lacets de la piste. Au lacet 1540m (abreuvoir), le balisage abandonne la piste pour continuer au NE dans le val de Varradòs avant de rejoindre directement la passada de Simonet (2122m) par le flanc sud (avec la neige, j'ai perdu le balisage à la sortie des bois mais la direction est claire). Une courte descente vers l'estanh Long de Vilamòs avant la montée finale (l'estanh Redon invisible sous la neige) et la récompense au sommet : vaste panorama, dominé par la Maladeta que l'on a admirée pendant toute la montée, mais aussi le cirque du Lis, les montagnes d'Aran (Montardo, Besiberri) et d'Ariège (Crabère, Maubermé), tout en plongeant près de deux mille mètres plus bas sur la Garonne naissante. Maladeta depuis Montlude

Longueur :** (600m à 1400m selon le départ)
Difficulté :*
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome V, topo 749
Ratio, Ski randonnées I, page 55
Conditions :2004/02/08, beau puis léger voile, neige 1550m (crampons)

Montlude (2518m) depuis Les

Bacanère versant E Accès par le NO, plus austère que celui depuis Vilamòs qui se déroule en versant sud mais plus longtemps en crête. À la sortie de Les, prendre la piste (en cours de goudronnage en février 2008) qui parcourt le versant O du Montlude avant de pénétrer dans la vallée de Canejan. Après 7 à 8 km, à 1340m, suivre à droite la piste carrossable avec panneau « Portet » puis prendre à gauche un embranchement serré pour parvenir à une cabane (1530m). Se garer au plus tard ici. Suivre la piste abandonnée pour atteindre un collet (1782m) avec cabane sur la crête N du tuc des Neres. Au-dessus de la cabane, trouver le bon chemin qui s'élève à flanc E de la crête. Trois possibilités pour rejoindre la crête :

Ensuite crête au SE puis E jusqu'au sommet du Montlude. Pendant tout le parcours de la crête, belle vue sur la Maladeta et le cirque du Lis. Retour conseillé par le même itinéraire. Audoubert décrit un circuit qui passe par le còth dera Barracomica (2238m), descend le vallon au nord puis traverse vers 1900-2000m tout le versant nord du Montlude. Malheureusement, la dernière partie, à partir du laquet (1840m) sous le tuc des Neres jusqu'au collet 1782m fut extrêmement pénible : pas de sentier trouvé, pente boisée assez raide, bien plus long qu'il n'y paraissait et en prime neige croûtée.

Longueur :** (1000m à 1300m selon le départ)
Difficulté :** (hors sentier)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Audoubert, Les plus beaux sommets des Pyrénées
Conditions :2005/11/06 (A/R par la crête), beau, neige 1800m (qq cm au sommet)
2008/02/23 (circuit), beau, neige irrégulière 1600m

Montlude (2518m) et Uishèra (2339m) en circuit depuis la bassa d'Arres

Accès confidentiel au Montlude, sur de vieux sentiers discontinus. À Arres de Sus, suivre la piste de la mine Victoria (panneaux) et se garer à la mare de la bassa d'Arres (1563m). Prendre la piste de la mina Margalida, d'abord horizontale puis faiblement descendante. Le départ du sentier, peu visible, se trouve une dizaine de mètres après les bâtiments ruinés (1503m). Ce sentier n'est plus guère fréquenté, il monte en lacets, passe au pied de falaises, traverse le haut d'un ravin (barranc der Auet) en devenant de plus en plus discret et se perd dans un vallon herbeux en haut duquel se trouve une ruine (1933m). Monter sur la croupe en haut du vallon, on aperçoit le fond du vallon principal (barranc de Margalida), ne pas y descendre mais continuer à s'élever doucement jusqu'à sortir définitivement de la forêt. On découvre alors le Montlude au NE. Monter nord dans les pelouses faciles pour atteindre la crête ouest du Montlude vers 2395m et la suivre jusqu'au sommet (2518m).

Descendre la crête est, dépasser largement l'aplomb de l'estanh Redon de Vilamòs pour trouver une pente herbeuse pas trop raide qui descend vers le second étang. Passer à droite de l'estanh Redon et suivre le sentier qui mène aux cabanes de l'estanh Long. Ignorer la piste, descendre au sud pour traverser le ruisseau (2010m env.) et rejoindre la sente bien marquée qui s'élève en écharpe rive gauche. Ce sentier conduit à l'ouest aux deux cuvettes de Sassèuba où se trouve une cabane en ruine (2086m). Monter au col (2221m) sur la crête nord de la montanha d'Uishèra et faire un rapide aller-retour sur ce sommet (2339m), intéressant belvédère complétant bien le Montlude. Revenir au col, d'où le parking est visible. La raide pente herbeuse à l'ouest est striée par les lacets encore bien marqués d'un sentier abandonné et l'on descend confortablement jusqu'à 1900m. Quand on aperçoit la cabane de Piusseca, il n'est pas clair s'il vaut mieux descendre dans le ravin herbeux, pas trop raide, ou suivre le sentier qui s'échappe à gauche dans la forêt (je ne sais pas s'il revient vers Piusseca, je l'ai perdu dans une clairière et suis revenu vers le ravin par des sentes d'animaux). À la cabane de Piusseca (1671m), prendre la piste qui ramène au parking.

Longueur :** (1300m)
Difficulté :** (hors sentier, orientation)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2010/10/23, beau, doux, photos

Tuc de Cauilha (2351m) par les estanhs de Cauilha

Départ du fond de la vallée de Canejan, en suivant la médiocre piste 3,9 km au-delà du refugi dera Honderia. Le sentier démarre dans la portion horizontale de la piste, vers 1300-1350m, dans un petit coude. Non signalé mais bien marqué et sans ambiguïté, ce sentier traverse à flanc la forêt jusqu'à rejoindre le vallon d'Arbaet qu'il remonte (sentier bien marqué et cairns). Peu après une mare (1816m) et des ruines, le sentier abandonne le vallon principal barré par un escarpement pour une pente à gauche en haut de laquelle se trouvent les deux estanhs de Cauilha (1956m). Monter à l'est au coret de Cauilha (2096m) et juste avant le col, emprunter la combe au sud et enfin la raide croupe couverte de rhododendrons qui conduit au sommet.

Note : je suis descendu à l'est du coret de Cauilha jusque vers 1900m pour voir si l'on pouvait rentrer par le lac de Comatroja. Échec, l'escarpement semble infranchissable vu d'en haut. (information extérieure : ça passe mais raide, broussailleux et pas agréable).

Longueur :* (1000m)
Difficulté :* (hors sentier pour la fin)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Respyr n°52 (estanhs)
Conditions :2010/08/15, gris, brouillard occasionnel, rares éclaircies

Tuc de Guilhèm (2393m) en circuit depuis Mont

schéma Guilhèm Beau circuit varié, avec un magnifique panorama similaire à celui du Montlude, en plus intéressant sur Aigüestortes, et un vaste cirque inattendu. À Mont (1237m), suivre soit la piste (carrossable) débutant à l'est du village et qui fait deux lacets, soit le balisage blanc-jaune, pour atteindre un réservoir (1415m). Prendre derrière le réservoir une piste abandonnée, en tournant à chaque épingle. Peu après la troisième, vague chemin à droite. La pente boisée étant devenu une croupe assez bien définie, le cheminement est clair malgré la neige. Traverser une petite clairière puis une plus grande avec cabane rustique (1740m) et une superbe vue sur la Maladeta. Sans ambiguïté mais bien plus rudement, continuer sur la croupe jusqu'à un premier mamelon (2196m) où l'on vire au nord pour monter au cap de Cròdos (2328m) d'où l'on découvre à l'est l'immense cuvette de pâturages et déjà un beau panorama. Continuer sans histoire par la crête jusqu'au tuc de Guilhèm (2421m). Magnifique panorama (Néouvielle, cirque du Lis, Posets, Maladeta, Besiberri, sommets nord d'Aigüestortes, Maubermé, Montlude).

Pour faire un circuit, continuer par la crête vers l'est jusqu'au col suivant et descendre vers l'entrée de l'oule (je suis passé par la cabane dera Tuta dera Vop et l'estanh dera Solana puis, profitant de la neige, je suis descendu dans l'entaille même du ruisseau mais on peut passer partout). Sous le confluent marquant l'entrée des pâturages, la vallée se rétrécit, s'encaisse et s'effondre ; passer assez haut à flanc rive droite pour trouver le sentier qui devient un large chemin et plus bas une piste. En hiver, ce chemin traverse des pentes raides coupées de couloirs d'avalanche et j'ai préféré, au moins partiellement, rester dans l'entaille du ruisseau (laborieux même enneigé). Le chemin suit le ruisseau jusque vers 1600m où il l'abandonne pour partir à flanc dans les bois et revenir tranquillement au captage du début.

Longueur :** (1300m)
Difficulté :* (orientation)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Audoubert, 50 balades et randonnées en Val d'Aran et Encantats, page 41 (cap de Cròdos)
Conditions :2006/02/11, beau, neige 1400m (raquettes)

Tuc de Guilhèm (2393m) et tuc de Somont (2508m) depuis Mont

De Mont (1237m), emprunter la piste carrossable qui débute à l'est du village, fait deux lacets et passe devant un réservoir (1415m). À 1475m, elle est généralement coupée par une avalanche au printemps et cesse de toute façon d'être carrossable peu après. Suivre la piste à flanc qui finit par rejoindre le ruisseau. Continuer rive droite (pentes exposées à des coulées) au-dessus du ruisseau encaissé jusqu'à l'ouverture soudaine du paysage. Le terrain est un peu confus et la carte n'éclaire pas grand chose, mais on peut passer où l'on veut. Suivre au NO une ravine, continuer O au pif et rejoindre finalement la crête Cròdos - Guilhèm que l'on remonte jusqu'au tuc de Guilhèm. Superbe panorama.

Descendre sud puis partir est pour contourner toute l'oule en oscillant autour de 2100m (on passe non loin de la la cabane dera Tuta dera Vop) de manière à rejoindre le vallon qui conduit droit au tuc de Somont. Pour finir, l'atteindre par sa crête ONO ou sa crête SO. Panorama tout aussi beau. Redescendre par le vallon et revenir à l'entrée de l'oule où l'on retrouve l'itinéraire de montée.

Longueur :** (1400m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Satgé, Ski de randonnée - Pyrénées Centrales (Guilhèm)
Conditions :2012/03/24, beau, chaud, neige 1700m/1800m (skis)

Tuc des Armèros (2534m) en circuit depuis la vallée de Canejan

Serre Haute versant sud schéma Armèros Itinéraire détourné pour gravir le grand frère du Montlude. Départ au fond de la vallée de Canejan pour suivre la piste quelques minutes au-delà du refugi dera Honderia et se garer à l'embranchement d'une piste secondaire à gauche (1100m). Suivre cette piste secondaire avec un discret balisage rouge-blanc, rive gauche jusqu'à un petit barrage sous lequel on passe rive droite. Emprunter alors un ancien chemin de mine, bien tracé et régulier, qui repasse rive gauche à 1620m et effectue de nombreux lacets dans la vallée encaissée. Il débouche sur une première cuvette (2180m) avant de virer E entre le tuc de Güèrri et la pica Palomèra pour atteindre le vaste altiplano de Liat et les nombreuses ruines des bâtiments des mines. Passer au déversoir de l'estanh de Pica Palomèra (2290m), à proximité du refuge de Liat et franchir un col à peine marqué (2330m) pour découvrir enfin l'objectif, invisible jusque là. Une pente un peu raide conduit sans difficulté au sommet. Le panorama est similaire à celui du Montlude, dominé au nord par la crête Canejan - Serre Haute - Maubermé, immense au sud sur les sommets d'Aigüestortes, intéressant vers l'ouest (Maladeta, Lis et Posets, Néouvielle). Retour identique jusqu'à la première cuvette et utiliser à gauche un autre chemin de mines (aussi balisé en rouge-blanc) qui remonte un peu pour passer au-dessus du còth de Güèrri (2320m) et descend dans l'étroite vallée de Bedreda, pour finir dans un joli bois.

Longueur :*** (1500m)
Difficulté :* (sentier bien tracé sur pentes raides)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2004/10/30, beau puis quelques nuages, neige 2000m/2150m

Pica Palomèra (2477m) en circuit depuis la vallée de Canejan

Lac deth Potz Variante un peu plus courte de l'itinéraire du tuc des Armèros, tout aussi intéressante. Très nombreuses fleurs. Suivre l'itinéraire précédent jusqu'à la cuvette (2180m env.). Peu après on parvient à l'embranchement (panneau) d'où part le sentier de la vallée de Bedreda. Quitter alors les chemins pour monter au sud, hors sentier, en direction de la pica Palomèra qui nous domine. Tirer à droite pour utiliser des pentes herbeuses faciles qui conduisent à l'extrémité occidentale de la longue crête. Parvenir rapidement à un sommet (300 mètres à l'est, un second sommet est exactement à la même altitude et le nom de pica Palomèra lui serait attribué selon l'ICC). Superbe vue sur l'estanh Nere de Güèrri et vaste panorama similaire au Montlude et l'Armèros. Pour rentrer, descendre la crête à l'ouest puis virer NO pour passer au cap de Bedreda. On rejoint rapidement le chemin qui descend la vallée de Bedreda.

Longueur :** (1400m)
Difficulté :* (sentier bien tracé sur pentes raides, un peu de hors sentier)
Intérêt :**
Schéma :voir Armèros
Trajet :cartographie
Conditions :2008/08/03, beau, chaud

Pica Palomèra (2477m) en circuit depuis le Saut deth Pish (1558m)

Départ au bout de la partie goudronnée de la route de Varradòs, au pont sous le Saut deth Pish (1558m). Le sentier débute une trentaine de mètres avant le pont, le suivre rive droite du barranc de Sièsso jusqu'à la sortie des bois où se trouve la cabane de Sèrra Sascorjada (1863m). Virer ouest et repérer les cairns qui signalent le sentier peu fréquenté qui s'élève doucement à flanc avant de rejoindre un large vallon suspendu qu'il remonte. Obliquer NE pour rejoindre la croupe qui mène directement au point culminant de la sèrra Sascorjada (2446m). Vaste panorama, similaire à celui du Montlude ou de l'Armèros. Suivre tranquillement la large crête à l'E, à cheval entre les abîmes de Canejan et le balcon suspendu des lacs de Güèrri, et atteindre la pica Palomèra (2477m), éventuellement en feintant par le S la petite partie rocheuse au-dessus du col dominant l'estanh Nere de Güèrri.

Continuer SE puis E sur la crête jusqu'au-delà de l'estanh de Pica Palomèra et rejoindre le coret dera Ansa dera Caudèra (2350m), au pied du tuc des Armèros. Descendre le barranc de Sièsso à l'ouest, d'abord rive droite, puis rive gauche sous le plat 2228m et repasser enfin rive droite pour revenir à la cabane.

Note : la route du val de Varradòs est non déneigée et tardivement coupée par des avalanches. Dans mon cas, arrêt 3,6 km avant le Saut deth Pish. Un des intérêts de cette balade est la découverte des nombreux laquets du balcon de Güèrri ; raté avec la neige qui les couvrait encore.

Longueur :** (1100m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Audoubert, 50 balades et randonnées en Val d'Aran et Encantats, page 33 (sèrra Sascorjada)
Conditions :2010/04/17, beau se couvrant lentement, neige 2000m/1800m

Tuc des Armèros (2534m) depuis Bagergue

Par le nord comme par le sud, le timide tuc des Armèros reste invisible jusqu'au dernier moment ; et pourtant quelle jolie vue ! Itinéraire d'hiver depuis Bagergue (1440m) : monter au còth de Varradòs (2049m) en coupant les lacets de la longue piste. S'élever au N en terrain mamelonné pour franchir la crête au fond entre les deux bosses les plus marquées. On découvre enfin le tuc des Armèros que l'on atteint par sa crête SE, un peu plus raide que le reste.

Longueur :** (1100m, 17 km)
Difficulté :* (orientation)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Faura y Longás, Pirineos en esquís
Conditions :2011/12/27, beau, neige 1450m (skis), photos

Tuc de Pincèla (2536m), tuc d'Arenho (2523m), tuc Nere (2511m), tuc de Somont (2505m) en circuit depuis le coret de Varradòs

Tuc de Parros Maubermé Facile circuit au-dessus des pâturages, à recommander pour ses magnifiques panoramas : Luchonnais, Posets, Maladeta splendide, Besiberri, Aigüestortes, Moredo, Maubermé. Du coret de Varradòs (2045m, 8 km de piste moyenne depuis le pònt de Varradòs), monter droit dans la pente au SO pour rejoindre la crête qui ondule jusqu'au tuc de Pincèla (2546m). Continuer au SO jusqu'au tuc d'Arenho (2523m). En traversée, revenir vers le coret de Vilac (2330m), un petit tour aux étangs tout proches (d'où l'on peut revenir à la voiture) et monter au tuc Nere (2511m). Nouveau collet (2390m) et tuc de Somont ou de Samont (2505m). Descendre (soit directement, soit par le collet) aux estanhets de tuc Nere (2170m), franchir la croupe à droite et rentrer au col en traversée en passant à l'étang inférieur de Pincèla, envahi par les herbes.

Longueur :* (900m)
Difficulté :* (mais totalement hors sentier)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, page 121 (Pincèla)
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome V, topo 750 (Pincèla)
Conditions :2006/07/30, beau puis cumulus bourgeonnants

Tuc dera Pincèla (2536m) depuis Bagergue

Val de Moredo Maubermé Itinéraire d'hiver depuis Bagergue (1440m) : suivre la piste du corret de Varradòs en coupant les lacets. En vue de la cabane de Moredo, à 1830m, abandonner la piste et remonter, assez haut rive droite, le vallon à l'ouest puis sud-ouest. Laisser le plat 2000m bien en contrebas et rejoindre le colhada des Clòts de Monnàs (2392m) au fond du vallon, sur la crête E de la Pincèla. En allant chercher la crête SO, le tuc dera Pincèla est tout proche. La montée est jolie, sous le contrôle du Maubermé et du Parros, et le panorama au sommet est vaste et ouvert comme pour tous ces sommets centraux du val d'Aran. Une neige de cinéma, un ciel bleu, un panorama magnifique, pas une trace, que faut-il de plus pour être heureux ?

Longueur :** (1100m)
Difficulté :*
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Faura y Longás, Pirineos en esquís
Laurens, 52 balades à skis dans les Pyrénées centrales
Conditions :2010/11/27, beau, froid, neige 1460m (skis), photos

Tuc de Parros (2727m) depuis le plan de Beret

Maladeta depuis Parros Maubermé Itinéraire classique qui s'évade rapidement et, étonnamment, ne souffre pas du proche environnement mécanique de la station de Baqueira (au moins quand elle est fermée). Du grand parking (1850m), monter O puis NO pour tourner le tuc deth Miei par le sud, laisser le tuc de Costarjàs en contre-haut et se diriger vers le cap des Clòsos (2418m) qui est déjà une jolie balade (on peut aussi le tourner le tuc deth Miei par le nord). Petite descente au N vers les estanhons des Clòsos (2240m env.), continuer N pour franchir un collet (2454m) et atteindre la croupe dominant l'estanh Nere de Parros. Rejoindre à gauche la crête qui mène à l'antécime SO (2706m) où s'arrêtent souvent les skieurs (moi inclus). Sommet isolé, vaste panorama.

Longueur :** (1250m)
Difficulté :* (sentier ?)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Camptocamp.org
Ratio, Ski randonnées I, page 73
Laurens, 52 balades à skis dans les Pyrénées centrales, page 33
Conditions :2008/11/15, beau, neige 1850m (skis)

Pic de Bacivèr (2644m) et tuc de Marimanha (2662m) en circuit depuis Beret

Bacivèr schéma Marimanha Long circuit, permettant, sinon de visiter, du moins d'admirer la quasi-totalité des lacs de ce massif oublié à l'extrémité est du val d'Aran. Il faut se dépêcher de le parcourir avant que l'appétit vorace des remontées mécaniques de Baqueira ne l'ait totalement grignoté. Départ du parking de l'Orri (1850m), suivre le sentier de l'estanh de Bacivèr (2105m) et des estanys del Rosari de Bacivèr (ou lacs de Naut de Bacivèr, 2310m). Joli site. D'entre les deux étangs, monter ONO pour franchir une croupe et atteindre la combe du col deth Clòt der Os. Rejoindre le pic de Bacivèr (2644m). Revenir par la crête vers l'est, passer un sommet 2604m, descendre au collada de Bacivèr (petite escalade évitable à flanc NO), monter au cap de Marimanha (2629m). Il a ensuite semblé préférable de quitter la crête découpée en descendant au sud via le collada de Marimanha et rejoignant en traversée un des couloirs de la crête sud du tuc de Marimanha (le couloir normal est à mi-chemin du pic de Rosari mais on peut utiliser d'autres couloirs raides plus proches du sommet). Le tuc de Marimanha (2662m) offre un joli panorama entouré de lacs et une vue inhabituelle (pour un Toulousain) sur le versant sud des sommets ariégeois. On peut arrêter la balade ici (éventuellement en faisant une visite au pic de Rosari) mais on peut aussi effectuer un long détour intéressant. Suivre la crête vers l'est (collet, deuxième pointe 2660m, petit lac original dans un cratère) jusqu'au coll d'Airoto (2590m) au-dessus du grand lac d'Airoto. Descendre au sud et partir vite O puis SO en visant le pic de Rosari. On croise ainsi plusieurs étangs dont les estanys dels Plans. Suivre le ruisseau issu de l'estany Superior del Rosari jusque vers 2100m et, sans descendre totalement jusqu'à l'estany del Rosari d'Arreu, monter à l'estany de Garrabea et atteindre enfin à l'ouest la forqueta d'Arreu (2402m). On passe encore un petit étang (lac de Coret de Bacivèr) avant de rejoindre le chemin de l'aller au lac de Bacivèr.

Longueur :*** (1400m, 18 km)
Difficulté :** (crête un peu aérienne, hors sentier, orientation, bonne visibilité pour le circuit)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome V, topo 753 (Bacivèr et Marimanha directs) + pas mal d'imagination
Conditions :2003/05/01, voilé puis nuageux, neige 1950m, crêtes déneigées

Cap de Marimanha (2629m) et tuc de Beret (2595m) en circuit depuis Beret

Montardo Les cartes ne nomment pas toujours ces deux sommets : le cap de Marimanha est entre le tuc de Bacivèr et le tuc de Marimanha, nœud des vallons de Marimanha, Bacivèr et Clòt der Os ; le tuc de Beret est juste au sud du portillon de Marimanha. Départ du parking de l'Orri (1850m) pour monter à l'estanh de Bacivèr (2105m) puis aux estanys del Rosari de Bacivèr (ou estanys de Dalt de Bacivèr, 2312m). Au fond du cirque, au NE, repérer le seul passage aisé juste au pied du cap de Marimanha. Rejoindre le col (2580m) par une pente raide sur 50m. De là, faire un saut à gauche au cap de Marimanha, d'où la vue lointaine est belle mais le proche paysage est celui de la station de ski.

Valier depuis cap de Marimanha Descendre au N vers les lacs de Marimanha par un joli vallon parsemé de pins. Passer le premier grand lac, deux laquets et juste avant (2271m) le dernier lac, monter au NO vers un proche collet pour rejoindre le vallon derrière que l'on remonte. Au niveau d'un plat (2410m), quitter le vallon et monter N pour rejoindre la crête E du tuc de Béret que l'on suit jusqu'au sommet. Descendre facilement au NO puis virer progressivement SO pour passer près de l'arrivée d'un télésiège (2200m env.). Continuer à descendre SO en visant un collet où passe une piste. Vers 2110m, attaquer une douce montée, passer le collet (2146m), continuer sensiblement horizontalement en passant sous un télésiège et en visant au loin l'arrivée du télésiège (2162m) issu du parking de l'Orri d'où une piste descend au parking. Le retour depuis le tuc de Béret n'a d'intérêt que si la station est fermée.

Longueur :** (1200m, 14 km)
Difficulté :** (orientation)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Satgé, Ski de randonnée - Pyrénées Centrales
Conditions :2012/05/01, beau, se chargeant par le sud, neige 1850m (skis), photos

Pic de Rosari (2608m) depuis le parking d'Orri (1850m)

estanh de Bacivèr Version plus courte de l'itinéraire précédent, à faire juste après la fermeture de la station de ski de Baqueira pour profiter en toute sérénité d'une jolie balade enneigée sans difficulté. Monter au lac de Bacivèr en zigzaguant au milieu des sapins puis par où l'on veut aux estanys del Rosari de Bacivèr. Monter ensuite à la collada dels Estanys del Rosari, à gauche du sommet, et au sommet lui-même.

Longueur :* (800m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Schéma :voir Bacivèr - Marimanha
Trajet :cartographie
Topos :Ratio, Ski randonnées I, page 71
Conditions :2008/04/12, beau puis un peu nuageux, excellente neige 1850m (skis)
2012/12/29, beau, doux, neige 1850m (skis)

Tuc de Bonabé (2723m) et pic de Moredo (2762m) en circuit depuis le pont de Marimanha

schéma Bonabé-Moredo Naut de Marimanha Joli circuit dans un secteur bien peu fréquenté. Une biche, un chevreuil, un lièvre, des isards en pagaille, deux sangliers et leurs quatre marcassins, mais pas un humain. Accès au pont de Marimanha (1600m) depuis le plan de Béret par 5 km de bonne piste (piste de Montgarri) puis 2 km de piste moyenne. Cent mètres après le pont, dans le virage à gauche, monter vers le haut du pré pour trouver une trace qui se dirige vers la vallée suivante. Peu après, cette trace se divise, suivre la branche qui repart à droite vers la vallée de Marimanha. Le sentier devient vite bien marqué et remonte longuement la vallée par la rive droite. Après une grosse résurgence, le sentier s'efface. À 2100m, être attentif à partir à gauche dans la vallée secondaire, en se tenant bien au-dessus du talweg. Après le premier étang (2201m), remonter au flair SSE vers ce qui semble être le col d'Airoto mais est en fait la rupture de pente portant les estanhons de Naut de Marimanha (2440m). Le terrain est facile si le flair est bon. Au col d'Airoto (2509m), suivre la crête à l'est. Finir l'accès au sommet soit par la crête chaotique, soit par le versant sud, herbeux et raide. Jolie vue sur de nombreux lacs, dont l'estany d'Airoto. La crête vers le Moredo est sans difficulté. Descente sur des blocs puis longue portion horizontale (2600m env.). Une sente à gauche évite les rochers de la crête. On remonte, toujours plutôt à gauche, en particulier pour éviter un imposant piton, avant d'arriver à l'étonnant sommet calcaire du pic de Moredo, justement surnommé roca Blanca. Abords rocailleux mais immense panorama, de Estats et Saint-Barthélemy au Néouvielle et surtout tout Aigüestortes où je désespère de reconnaître les sommets.

estany del Ras Revenir en arrière jusqu'au pied de l'imposant piton. Plonger alors dans la raide pente d'herbe et rochers, droit dans la pente vers l'estany del Ras (c'est le seul passage). Au mignon estany del Ras (2318m), franchir le collet au NO et descendre prudemment le petit ressaut de calcaire délité. Suivre ensuite tranquillement la rive gauche de la paisible vallée de Llançanes. Parcourir de douces pelouses, les arbres apparaissent peu à peu et vers 1950m, la forêt prend le dessus et le terrain devient plus confus. Continuer la descente (rive gauche dans mon cas) en se guidant au bruit du ruisseau, sans difficulté (sous-bois inexistant). À 1750m, j'ai croisé un sentier bien marqué qui filait à l'ouest et m'a ramené au pré du départ.

Longueur :** (1300m)
Difficulté :** (hors sentier, orientation)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Topos :Véron, 100 Randonnées en Catalogne, page 173 (Moredo par Llançanes)
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome V, topo 754a (Bonabé)
Conditions :2008/08/24, beau