Massif du Besiberri

La limite ouest du parc national d'Aigüestortes est formé par un intéressant chaînon granitique qui peut être considéré comme un massif à lui seul : le chaînon des Besiberri qui se prolonge infiniment loin au sud et se rattache en Y à la ligne de partage des eaux par le Besiberri Nord. Sans être réellement difficile, on y trouve une véritable ambiance haute montagne et il faudra choisir entre d'immenses pierriers ou des névés nécessitant une bonne technique du cramponnage. On trouve dans ce secteur quelques-uns des sommets pyrénéens sans voie normale facile (punta Passet, Besiberri N, punta d'Harlé, Pa de Sucre..).

 

Cap de Gelada (2447m) depuis Senet

Feixan depuis Gelada Depuis Senet (1300m), le port de Gelada (2070m) est accessible par une longue piste médiocrement carrossable (au moins dans sa partie basse jusqu'à 1500m, la suite était enneigée) qui offre une rapide voie d'accès au cap de Gelada. En hiver, cette piste permet d'atteindre facilement en raquette le mamelon au sud du port de Gelada (pic de les Pales del Port) et une dernière montée conduit au cap de Gelada. Large vue sur le versant sud des Pyrénées, intéressante en hiver.

Longueur :* (400m à 1100m selon l'enneigement et la solidité de la voiture)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 692
Conditions :2002/12/29, grand beau, froid, neige 1600m (raquettes)

Pic de Comaminyana (2629m) depuis la route de Caldes de Boí

Départ 200 mètres en aval de l'usine d'embouteillage de Caldes de Boí (1400m). Prendre un court tronçon de piste et franchir la passerelle sur la Noguera de Tor. Suivre les panneaux « Muntanyeta » pour remonter la rive droite du barranc de la Montanyeta puis rive gauche peu avant une cabane fermée (1860m). Au-delà de celle-ci, suivre les cairns qui retraversent la vallée et conduisent au sentier qui s'élève au sud vers la coma Minyana. Parvenu aux pelouses, remonter tranquillement en se dirigeant vers l'entaille bien marquée au sud, point bas de la crête entre l'Aüt et le pic de Comaminyana. Rejoindre cette brèche (2431m) et suivre la crête O, pic d'Erill (2518m), puis NNO jusqu'au pic de Comaminyana (2629m).

Descendre au NE vers le tuc del Mont et basculer au nord dans les clots de Berillo. Descendre au hasard, à droite sur le bas, pour rejoindre le barranc de la Montanyeta. Suivre quelques cairns, un sentier finit par apparaître rive gauche et ramène à la cabane.

Longueur :** (1250m)
Difficulté :* (hors sentier néanmoins)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Audoubert, 50 balades et randonnées en Val d'Aran et Encantats, page 136 (en sens inverse)
Conditions :2008/09/14, dégagé jusqu'à 11h puis bouché

Pic del Ferro (2579m), pic Roi (2585m), pic de Munyidor (2650m) depuis la Pantà de Baserca (1461m)

Sommets ignorés, trop loin pour une balade, trop bas pour les collectionneurs, intéressants hors saison pour prendre l'air. Départ de l'extrémité nord de la retenue de Baserca (il est moins intéressant de partir du barrage) pour suivre la piste barrée qui longe la rive gauche. Après une cabane à droite et avant le barranc de Baserca, un panneau indique le sentier de la cabana de Fenerui, bien tracé, pas du tout situé là où les cartes l'indiquent : jusqu'à la cabane de Fenerui, il remonte principalement le barranc de Baserca et pas du tout le barranc de Fenerui. Les mauvaises conditions météo avaient arrêté ma première visite à la cabane, la deuxième visite fut plus favorable. De la cabane (1922m), continuer tranquillement rive droite jusqu'au fond de la vallée (2250m env.). Plusieurs cols sont accessibles, le coll de Fenerui (2497m) au NE est le plus facile. De là, une douce crête conduit au SE au pic del Ferro (2579m). Vaste vue, très intéressante vers Comaloforno, vers le massif de la Maladeta par-dessus la vallée des Salenques et vers les sommets d'Aigüestortes. Juste au sud le pic Roi ou pic de Fenerui (2585m) est rapidement atteint. La descente au coll de Senet (2497m) demande de poser un peu les mains ou de passer en terrain raide principalement versant sud. Une montée, un sommet secondaire et voici le pic de Munyidor (2650m), au panorama encore plus ouvert que celui du pic del Ferro.

Retour au coll de Senet, une pente de pierraille assez forte ramène au fond de la vallée. Le retour est rapide, le sentier étant efficace.

Longueur :** (1400m)
Difficulté :**
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2010/06/20 (cabane de Fenerui), averses de grésil, vent
2012/01/14 (sommets), beau, neige irrégulière 2000m (crampons), photos

Punta de Lequeutre (2966m) depuis Caldes de Boí

Itinéraire pour visiter les lacs du secteur, plus varié que l'aller-retour direct par l'estany de Gémena de Baix et plus propice aux rencontres d'isards. Départ du pont après Caldes de Boí (1500m, panneau) pour suivre l'efficace sentier des estanys Gémena jusqu'au planell de Llubriqueto (1990m). Rejoindre la cabane neuve (fermée) et dénicher une quinzaine de mètres au-dessus, en haut du pierrier, la vieille cabane qui menace ruine : le sentier de l'estany de la Llosa passe juste derrière. Une fois dessus, il est assez bien marqué et cairné pour mener tranquillement au large vallon sous la punta de Lequeutre. Traces et cairns disparaissent alors, continuer NO sans monter trop vite à gauche. L'estany de la Llosa se cache tout au nord derrière la croupe qui divise le vallon mais il n'est pas nécessaire d'y passer. Pousser quelques isards et remonter en douceur la croupe vers l'ouest jusqu'à la crête sud de la punta de Lequeutre (atteinte vers 2510m). Suivre la crête facile jusqu'au sommet (2966m) qui n'est en réalité qu'une épaule de la Punta Passet, au point que j'ai douté un instant être au sommet ! Panorama ouvert au sud mais on bute au nord sur Passet - Comaloforno.

Par acquis de conscience je vais voir la crête vers la punta Passet : le dièdre en III à désescalader est moins impressionnant que sur certaines photos mais il était enneigé et inenvisageable sans matériel. Retour par la crête sud jusqu'à l'aplomb du déversoir de l'estany Gémena de Baix que l'on rejoint par l'un des raides couloirs herbeux (tous passent). Pour se balader, traverser au déversoir (2233m), remonter un peu la croupe à l'ouest puis suivre une astucieuse ligne de cairns qui emprunte des banquettes où j'ai surpris une vingtaine d'isards, et parvenir aux Basses d'Estany Roi puis au-dessus à l'estany Roi (2304m) au pied de l'élégant pic de Baserca. Retour au planell de Llubriqueto par le sentier peu marqué sur le haut (il descend rive gauche, assez loin du ruisseau, cairns occasionnels).

Longueur :*** (1550m)
Difficulté :** (hors sentier)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 690 (par Gémena)
Conditions :2013/11/09, beau puis cumulus accrochant les sommets après midi, photos

Besiberri Sud (3023m) depuis Caldes de Boí

Estany de Gémena de Baix Estany de Gémena de Baix Itinéraire plus varié et plus intéressant que celui par l'estany de Besiberri. Quand de plus les conditions sont remarquables (neige portante, lacs gelés, ciel bleu sans un souffle de vent, visibilité parfaite), cela constitue une magnifique randonnée. Départ du pont après Caldes de Boí (1500m, panneau) pour monter efficacement au planell de Llubriqueto (ou de de la Cabana) puis aux beaux estanys Gémena (2233m et 2280m) par un cheminement rusé et bien cairné. À l'étage au-dessus, les estanys Gelats de Gémena (ou d'Abellers, 2521m) précèdent le long vallon de la collada d'Abellers (2883m), écrasé par la paroi ouest du Comaloforno. Après le col et la découverte soudaine du Besiberri del Mig, un dernier effort conduit au sommet, avec un panorama intéressant, tant proche sur les crêtes découpées du massif du Besiberri que lointain vers la Maladeta ou vers Aigüestortes.

Longueur :*** (1550m)
Difficulté :** (minimum d'orientation, pierriers ou névés)
Intérêt :****
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 688
Conditions :2003/05/03, grand beau, neige 2150m (crampons)

Pic de Comaloforno (3029m) et punta Célestin Passet (2998m) en circuit depuis le barrage de Cavallers (1780m)

Comaloforno schéma Comaloforno Itinéraire rude et direct pour le Comaloforno, probablement plus agréable en début de saison. À l'extrémité occidentale du barrage de Cavallers, côté lac, démarre le sentier du pas de l'Os. En suivant attentivement les traces et cairns, ce sentier, certes rude, est moins difficile que les topos ne le laissent entendre : il n'y a qu'un seul réel pas d'escalade pour passer sous (ou sur) un bloc coincé (IIsup) et il n'est pas du tout exposé. En traversant le cirque de Comalestorres, les cairns conduisent à l'évident pas de l'Ós (2489m). Ils virent alors à l'ouest et quand on surplombe l'estany Gelat de Baix, il faut franchement partir sud si on ne veut pas rater l'estany Gelat de Comaloforno (2685m). En remontant l'immense champ de pierres (les névés persistants avaient tous disparus fin août 2006 ; et Soubiron qui parle d'un glacier en 1920...), se diriger vers la paroi. De près, c'est un peu la confusion et je suis d'abord parti vers le Besiberri Sud avant de corriger mon erreur. Un couloir raide, croulant (méfiance) mène à la crête, à droite du pic de Comaloforno, que l'on atteint rapidement (pas de II). Belle visibilité, beau panorama et même le Mont Perdu dont la pointe apparaît au loin.

Comaloforno Descendre sans difficulté par le versant ouest à la brèche Passet (2940m). Vue de loin et même en se rapprochant, la pointe Passet semble inaccessible. Ce n'est que sur le seuil de la brèche que le rocher apparaît solide et bien sculpté. Montée directe par le fil en excellent rocher (III puis II aérien, 30mn depuis le Comaloforno). La visite de la pointe Passet ne se justifie pas seulement parce que ce fut un 3000 (mon altimètre, calé au pic de Comaloforno, a affiché son ancienne altitude de 3002m), mais surtout pour voir l'ensemble des lacs de Gémena. Retour à la brèche et descendre à l'est le long couloir raide et croulant (chute de pierres). Pour rejoindre le portell de Comaloforno (2750m) qui permettra de retrouver le cirque de Comalestorres, on peut descendre jusqu'au petit lac (2645m, estanyet de Comaloforno ou de Comalestorres selon les sources ; ce lac a été oublié par Audoubert !). J'ai choisi de traverser les belles dalles peu inclinées pour rejoindre une banquette herbeuse qui conduit directement au portell sans perte d'altitude. Sur la fin, deux nervures compliquées (IIsup exposé) sont peut-être évitables en rejoignant la crête au-dessus. Au portell, descendre le pierrier au NE vers l'entonnoir pour trouver, sur la droite, le passage vers le cirque de Comalestorres où l'on retrouve les cairns de la montée.

Longueur :** (1300m)
Difficulté :** pour Comaloforno (orientation, pierriers, terrain croulant, escalade II), *** pour Passet (escalade III)
Intérêt :*** (mais beaucoup de pierriers)
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 689
Alejos, Pyrénées, guide des 3000 m
Conditions :2006/08/27, beau

Pic de Comaloforno (3029m) et Besiberri Sud (3023m) par l'estany de Besiberri

Comaloforno, Besiberri del Mig Montée par le joli site de l'estany de Besiberri puis des pierriers ou névés. Accessible à tout randonneur endurant jusqu'au Besiberri Sud, à condition que l'accès au col Avellaner (collada d'Abellers) soit déneigé (sinon crampons + piolet + expérience : c'est raide). L'accès au Comaloforno par la crête impose des passages d'escalade II avec un cheminement confus.

Longueur :*** (1600m)
Difficulté :** (pierriers, éboulis et crête finale)
Intérêt :** (sommet dans les nuages)
Schéma :voir Conangles
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 686
Audoubert, 50 balades et randonnées en Val d'Aran et Encantats, page 80
Conditions :1999/07/22, couvert puis dans la crasse

Punta Senyalada (2953m) et Besiberri Sud (3023m) en circuit par l'estany de Besiberri

Monter à l'estany de Besiberri (1985m). À l'extrémité orientale du plat de l'étang, ne pas traverser le ravin du ruisseau issu des estanyets de l'Obaga et remonter sa rive gauche. Éviter un ressaut par un détour à droite et revenir progressivement vers le talweg en cheminant entre les dalles polies en utilisant au mieux les bandes herbeuses. Itinéraire hors sentier, sans difficulté à la montée mais la descente demande un soigneux repérage car il n'y a aucune trace et le rare cairn rencontré est plus réconfortant qu'utile. Parvenir ainsi au premier des estanyets de l'Obaga de Besiberri (2448m), joliment placé en balcon. Passer au deuxième estanyet et se diriger tranquillement au sud vers la collada de Baserca que l'on laisse à droite. Utiliser au mieux les bandes herbeuses pour rejoindre au sud la crête qui mène au pic de Baserca (2873m). Je me suis avancé deux cents mètres au sud pour voir les estanys Roi mais ils sont restés invisibles sous la brume. Suivre la large crête N puis NE jusqu'à la punta Senyalada (2953m), jolie vue sur la muraille des Besiberri. Continuer la crête vers le pic Avellaner (d'Abellers). Arrivé à la portion horizontale, ne pas chercher à suivre le fil (qui devient progressivement difficile et impraticable sans corde, sans aucune échappatoire, j'y ai perdu près d'une heure en devant faire demi-tour pour revenir au tout début) mais descendre d'une cinquantaine de mètres au sud pour tourner le plus haut des estanys Gelats de Gémena vers 2700-2750m et rejoindre la combe d'Avellaner (on peut se demander s'il n'est pas aussi rapide de descendre SE de la punta Senyalada pour passer au déversoir de l'étang, 2578m). En absence de neige, ne pas descendre dans la combe mais rester sur la croupe en rive droite. Au coll Avellaner (2885m), rapide aller-retour au Besiberri Sud. Retour par la voie normale vers l'estanyet de Besiberri en descendant le raide versant nord du col où la première neige de l'automne s'était invitée.

Longueur :*** (1800m)
Difficulté :** (hors sentier, pierriers)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Conditions :2009/09/26, brume puis éclaircies puis cumulus envahissants, traces de neige

Pic d'Abellers (2983m), punta Senyalada (2953m) et tossal d'Escobedieso (2764m) en circuit par l'estany de Besiberri

Version inverse de l'itinéraire précédent : montée au pic d'Abellers (vu la grisaille autant changer du Besiberri sud) par l'estany de Besiberri, l'estanyet et la collada d'Abellers. Retour au col, descente du vallon au sud avant d'obliquer ouest pour passer au déversoir de l'estany Gelat supérieur (2578m). Remonter la longue crête ESE de la punta Senyalada (2953m) et descendre au col (2826m) devant le pic de Baserca (on doit pouvoir feinter la pointe mais c'est dommage pour la vue). Descendre vers le vallon des estanyets de l'Obaga de Besiberri, passer à la collada de Baserca (2610m) et longer la crête sans histoire qui mène au tossal d'Escobedieso (2764m). Descendre par la crête NE jusqu'à son extrémité et rejoindre facilement les estanyets de l'Obaga. La descente demande ensuite du flair, les quelques cairns étant plus pour le moral que pour guider (ça aide d'y être déjà passé). Suivre le ruisseau rive droite puis passer rapidement rive gauche. S'éloigner progressivement du ruisseau, la pente augmente. On parvient à une zone de grandes dalles coupées de bandes herbeuses au-dessus d'un bosquet de pins. Rejoindre celui-ci en zigzaguant grâce aux bandes, le terrain devient un peu plus facile mais toujours aussi raide. Poursuivre en revenant vers le ruisseau, éviter quelques petites barres, et hop c'est gagné, ça descend tout doux jusqu'au sentier.

Longueur :*** (2050m)
Difficulté :** (hors sentier, pierrier)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2016/06/12, gris puis voilé, vent frais, névés 2450m/2550m (crampons)

Besiberri del Mig (2996m) par l'estany de Besiberri

Estany de Besiberri Encore une visite à l'estany de Besiberri, toujours splendide, et première marmotte de l'année. Au printemps, quand la neige s'accroche à la muraille des Besiberri à l'est et à la pointe du Feixan à l'ouest, le site est encore plus beau. À partir de l'Estanyet, comblé par les avalanches, la neige a le bon goût de recouvrir les pierriers et les dalles rébarbatives. Le détour par le NE (cf Besiberri N) est inutile, montée droit à l'est avant d'obliquer progressivement au sud vers la combe du col d'Abellers, puis couloir raide (40-45°) jusqu'au pas de Trescazes (2909m) où le soleil m'accueille. Besiberri Nord La neige est bien molle sur le versant est, des dizaines d'escargots s'enfuient à mon passage, le double sommet du Besiberri del Mig est tout proche. Est-il moins visité depuis qu'un recalcul d'altitude lui a enlevé neuf mètres ? Enneigement exceptionnel pour une fin-Mai, vaste panorama, similaire aux autres Besiberri ; situé au milieu de la muraille des Besiberri, ce sommet offre en outre un point de vue remarquable tant vers le Besiberri N que vers le Besiberri S et le Comaloforno, ainsi que sur les parois du pic Abellers et de la punta d'Harlé. À l'ouest, le val du Besiberri et son étang s'alignent avec le Feixan et l'Aneto.

Longueur :*** (1550m)
Difficulté :** (pierriers, couloir raide)
Intérêt :***
Schéma :voir Conangles
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos 686+685b
Conditions :2004/05/23, beau, neige 2150m (pas de regel mais sous-couche portante)

Besiberri Nord (3008m) par l'estany de Besiberri

Besiberri Nord et del Mig Depuis le refuge de Conangles (1550m), une piste suivie d'un chemin clair amène à l'estany de Besiberri (1960m) puis à l'Estanyet (2165m). Ne pas monter à l'est le long du canal de l'Estanyet (terrain complexe) mais faire un détour au NE dans une entaille bien marquée pour contourner les barres inférieures avant de rejoindre vers 2400m l'immense pierrier qui borde la muraille des Besiberri (nombreux cairns). Besiberri Nord, face O Rejoindre le pied du massif éperon ouest du Besiberri del Mig. Le laisser à droite et s'élever dans les cailloux et éboulis vers le Besiberri Nord. Plusieurs couloirs peu engageants rayent sa face O. Repérer l'endroit où le pierrier remonte le plus haut (un peu au sud de l'aplomb du sommet) et d'où part un profond couloir en oblique vers la gauche. Rejoindre ce point (2840m environ) où l'on découvre à gauche un deuxième couloir, bien caché derrière un grand piton, et qui semble plus praticable. Remonter ce couloir croulant. Quand il disparaît dans la face, rejoindre à gauche une petite brèche et, en enjambant un puits impressionnant qui conduit directement sur le pierrier 100m plus bas, contourner un petit éperon (il est aussi possible d'escalader le petit mur au-dessus du puits) et découvrir un petit cirque suspendu (c'est le seul de la paroi ouest) que l'on traverse pour rejoindre en face un nouveau couloir. Ce couloir se termine sur un éperon ouest du Besiberri Nord (difficile à distinguer d'en bas) qu'il suffit de remonter en bon rocher (si!) pour déboucher sur la crête à proximité du sommet (on peut aussi le longer par un couloir au nord). Les différents couloirs ne présentent guère de difficulté d'escalade mais leur terrain est vraiment médiocre et il est difficile de ne pas déloger des rochers. Estany de Besiberri Au sommet, très belle vue, à l'est vers Aigüestortes et la Punta Alta, au nord vers les sommets ariégeois (Maubermé, Valier), à l'ouest vers la Maladeta, au sud sur la crête jusqu'au Comaloforno, avec des lacs de tous côtés (lac de Mar, lac Tòrt de Rius notamment)

Longueur :*** (1550m)
Difficulté :** (pierriers et éboulis, escalade Isup, terrain médiocre et dangereux)
Intérêt :***
Schéma :voir Conangles
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 683, décrit un autre couloir plus au nord
Conditions :2001/10/14, beau, se chargeant l'après-midi, vent

Besiberri Nord (3008m) en circuit depuis le pont de Ressec

Montée classique depuis le pont de Ressec (1390m), par le refuge de la Restanca (2008m), le lac de Mar (2240m), le petit étang au sud (2410m), la brèche Peyta (2765m) dont le couloir nord est raide mais court (la brèche n'est visible que tardivement, ne pas confondre avec celle au pied de la Punta d'Harlé). Contournement de la crête par le sud avant d'y remonter au pied du Besiberri nord. Cairns nombreux, guère d'hésitation, ça grimpe sérieusement avec beaucoup de II et quelques mètres de III, sommet farouche.

Retour moins classique par le circ de Tòrt. Repassage de la brèche Peyta, puis aux premières herbes sous la moraine (2575m env.), partir plus ou moins horizontalement NNO pour longer une petite barre en direction de la crête qui porte la colhada de Lac de Mar. Juste avant cette crête, on tombe sur un couloir qu'il faut remonter à gauche sur une soixantaine de mètres pour atteindre la crête vers 2615m. La descendre un moment vers la colhada de Lac de Mar mais bien avant on peut descendre à gauche vers le circ de Tòrt. Rejoindre l'estanh dera Colhada et le sentier venu du col, poursuivre jusqu'au beau lac Tòrt de Rius (2350m) mais quitter rapidement le sentier pour s'élever à droite d'une cinquantaine de mètres vers la croupe qui borde le lac. Au point bas de cette croupe (2390m), tirer fortement à droite (est) jusqu'à dominer un bâtiment desservi par un large chemin muletier dont les lacets se voient parfaitement (vestiges des aménagements hydro-électriques). Rejoindre ce bâtiment, suivre le chemin jusqu'au GR11 près de la ribèra de Rius, l'emprunter et le quitter quand il remonte vers la Restanca pour suivre rive gauche du ruisseau le sentier qui descend à la piste.

Longueur :*** (1800m)
Difficulté :*** (longue escalade II avec qq mètres en III, retour hors sentier)
Intérêt :****
Trajet :cartographie
Topos :Alejos, Pyrénées, guide des 3000 m
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 682
Véron, 100 Randonnées en Catalogne
Conditions :2015/07/01, beau, chaud mais vent agréable, névés discontinus 2500m (crampons), photos

Tuc dera Canau de Rius (2812m), tossal Pla (2883m), tossau de Lac Tòrt (2843m), tuc des Estanhets (2887m) par le refuge de Besiberri

Estany de Besiberri Estany de Besiberri Visite d'une crête portant de beaux sommets rarement visités. De bonnes conditions, la douce lumière de l'automne, un peu de neige pour masquer partiellement les rochers et étonnamment pas un souffle de vent même en altitude. Après une nuit au confortable refuge de l'Estanyet de Besiberri (2221m), montée par le canal de Rius, bientôt occupé par un chaos de blocs comme il se doit dans ce secteur. Arrivée sans histoire au còth dera Canau de Rius (2686m), en contournant par la droite le mamelon (2559m) plutôt que par le raide goulet direct. Un peu de neige, ce n'est pas plus mal (30° env.).

Aller-retour au tuc dera Canau de Rius (2812m) : s'élever à proximité du fil, raide, facile mais en mauvais rocher, puis plus simple jusqu'à la crête sommitale. Le sommet peu défini se trouve au centre de la crête orientée N/S sur 150 mètres (petite escalade pour y arriver). Pour la vue, le pointement nord est plus intéressant. Sommet au final assez insignifiant, écrasé par le Besiberri Nord tout proche, sauf à vouloir étudier de près la crête NO de celui-ci.

Besiberri Nord Retour au col, suivre la crête horizontale puis éviter par l'un ou l'autre versant (nord plus simple) quelques pointes et emprunter la grande pente qui mène au tossal Pla ou de Molar Gran (2883m). Panorama bien plus intéressant, divers lacs, vue dégagée à l'ouest et au nord, punta d'Harlé et Pa de Sucre remarquables, et bien sûr la muraille des Besiberri.

Suivre la crête au nord vers le tossau de Lac Tòrt. Certaines difficultés sont évitables mais on rencontre aussi du II obligatoire, principalement en désescalade, bon rocher. Le bloc sommital du tossau de Lac Tòrt (2843m) est par contre surprenant, escalade III acrobatique pour s'y hisser (je suis resté à califourchon à son sommet, n'envisageant pas de me mettre debout). Descendre facilement à l'ouest à la colhadeta del Molar Gran (2762m) et suivre la crête facile jusqu'au tuc des Estanhets (2887m). Belle vue, j'ai bien fait d'y revenir.

Retour au refuge : voir visite antérieure.

Longueur :*** (750m+1000m)
Difficulté :*** (escalade II, totalement hors sentier et sans trace)
Intérêt :***
Schéma :voir Conangles
Trajet :cartographie
Conditions :2010/10/27 (refuge), beau
2010/10/28 (sommets), voilé puis beau, traces de neige

Tuc des Estanhets (2887m) en circuit depuis l'hospital de Vielha

Mulleres versant est Sommet clairement peu fréquenté : pas de trace et le rare cairn croisé est un événement. À l'hospital (1620m), suivre le GR11 puis la piste rive gauche du vall de Conangles jusqu'à son terminus. S'élever hors sentier au sud en se guidant sur le principal ruisseau (quelques cairns au début) jusqu'à découvrir l'estanhon de Conangles (2450m), au pied d'une belle crête. Virer franchement à gauche pour passer au-dessus des petites barres et rejoindre le còth de Conangles (2667m). J'ai de nouveau tenté de suivre la crête mais je ne suis guère allé plus loin que ma tentative hivernale : la crête est constituée d'imposants monolithes et de belles flèches de granite, plus ou moins aisément contournables au début mais ça ne dure pas. Demi-tour pour rejoindre les pentes herbeuses du versant est qui permettent de rejoindre un vallon sous la crête (un peu délicat) puis remontée dans des éboulis vers l'étroite brèche juste à gauche du sommet, que l'on atteint facilement. Belle vue, similaire à celle depuis le Besiberri Nord, avec la muraille des Besiberri en prime.

Retour par la vall de Besiberri. Zéro cairn ou trace mais des isards. Revenir à la brèche et continuer horizontalement jusqu'à découvrir l'estanyet del Molar Gran. Descendre alors sur la croupe semi-herbeuse puis, en douce descente, virer à gauche comme pour contourner le tossal Pla (ou tossal de Molar Gran). Quand on aperçoit l'estanyet de Besiberri, descendre dans sa direction. La descente est facile, en zigzaguant au mieux parmi les portions herbeuses entre les rochers moutonnés, mais surtout sans perdre la direction de l'étang. À chaque instant, on se demande si ça va continuer ainsi, et chaque fois ça passe. Rejoindre à gauche le canal de Rius un peu avant les premiers pins par une pente herbeuse facile ou persister en direction du refuge que l'on découvre très tardivement (la première solution semble préférable). Sous le refuge, on trouve le bon sentier de l'estany de Besiberri qui descend dans la vallée. Suivre le GR11 pour remonter à l'hospital de Vielha.

Longueur :** (1400m, 14 km)
Difficulté :** (hors sentier, ni trace ni cairn)
Intérêt :**
Schéma :voir Conangles
Trajet :cartographie
Conditions :2007/07/12, beau

Tuc de Contesa (2778m) en circuit depuis l'hospital de Vielha (1620m)

Itinéraire pour aventurier où l'on ne perd pas d'énergie à chercher les cairns : il n'y en a pas quelque soit le versant, pas même une trace de passage, qui monte au tuc de Contesa ? Suivre la piste rive gauche de la vall de Conangles jusqu'à la seconde épingle à gauche (1890m). 100 mètres après, et 50 mètres avant une étroite ravine, s'élever au mieux au sud, en terrain raide et confus (petites barres à contourner, végétation parfois envahissante). Bientôt (2100m) on y voit plus clair, la pente reste raide mais il n'est plus nécessaire de s'accrocher aux branches pour monter et la crête NO fait son apparition à droite. La suivre ou la rejoindre (son fil est chaotique, il est préférable de la longer versant N) jusqu'au sommet (2780m). Joli panorama (mais le tuc des Estanhets est mieux).

Tentative sur la crête E vers le tuc des Estanhets : 20 minutes pour parvenir péniblement à la seconde brèche 50m plus bas, et ce n'est que le début, la suite est bien pire, avec de gigantesques flèches qui me font renoncer. Direction l'estany de Besiberri. De ma brèche, une descente délicate m'a permis de rejoindre la grande pente herbeuse au sud (du sommet lui-même, il faut probablement suivre la raide crête au S avant de traverser vers cette pente). Descendre longuement droit vers l'estany, repérer à gauche le ravin principal mais ne pas le rejoindre (il ne passe pas), et insister dans l'axe quand de petites barres apparaissent. Zigzaguer entre ces barres par des zones herbeuses jusqu'à buter sur une dernière grande barre, une centaine de mètres au-dessus du lac. Cette barre est infranchissable, partir à gauche (est) pour rejoindre la partie basse du ravin principal. Ouf, enfin le lac, son sentier et bientôt le balisage du GR11 pour revenir à l'hospital. Note : vu d'en bas, la descente sur l'estany semble aussi passer plus à l'ouest pour aboutir au déversoir, mais vu d'en haut, mystère.

Longueur :** (1300m)
Difficulté :** (totalement hors sentier, terrain raide, flair nécessaire, temps sec indispensable)
Intérêt :**
Schéma :voir Conangles
Trajet :cartographie
Topos :Véron, 100 Randonnées en Catalogne, page 199 (crête NO)
Conditions :2011/09/11, progressivement voilé, vent turbulent

Còth de Conangles (2667m) et port de Rius (2348m) en circuit depuis l'hospital de Vielha

Pa de Sucre, Punta Harlé schéma Besiberri De l'hospital de Vielha (1620m), s'enfoncer dans la vall de Conangles en suivant la piste. Pour monter à l'estanhon et au còth de Conangles, Ratio indique d'aller tout au fond du val pour prendre à droite une banquette inclinée au pied du tuc de Conangles. Si les conditions d'enneigement sont bonnes, il est plus rapide de monter en diagonale (longue pente assez raide) pour rejoindre l'itinéraire normal au-dessus de 2250m. L'itinéraire, dominé par une belle crête acérée, est ensuite évident jusqu'au col.

Mon objectif était le tuc des Estanhets (2887m). La crête est compliquée et la neige ne simplifie rien. Après 1h20 d'effort, j'atteins la pointe 2818m après m'être faufilé sous une dalle formant caverne ; le soleil a largement ramolli la neige et la crête qui reste est encore bien longue et semble plus difficile (une nouvelle visite l'a confirmé). Abandon et retour au col en moins d'un quart d'heure. Du point atteint, la vue est déjà intéressante, en particulier à l'ouest vers le val de Mulleres et la Maladeta et à l'est vers la serra de Tumeneia et le Besiberri N.

Retour en circuit par le port de Rius : du col de Conangles, descendre vers le lac Tòrt de Rius. D'en haut et avec la neige, il n'est pas évident de trouver un passage qui aboutit facilement au lac (mais il y en a en cherchant bien). En cas de doute, partir franchement à droite (SE). Le lac étant bien gelé, je le traverse directement jusqu'à son extrémité NO en ignorant son contour tortueux. À l'approche du port de Rius, le vent s'est renforcé et s'engouffre dans l'interminable antichambre du col, c'est bien péniblement que je l'atteins. Pas de trace de descente sous le port mais heureusement je connais la descente, peu évidente enneigée (aller loin à l'ouest pour éviter les barres sous le col).

Longueur :** (1100m pour col de Conangles)
Difficulté :**
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Ratio, Ski randonnées I, page 63 (col de Conangles par l'ouest)
Conditions :2006/03/26, beau se voilant fortement après midi, vent devenant fort, neige 1750m (raquettes)
2011/03/19, quelques nuages puis beau, neige 1650m (skis), photos
2013/04/07 (AR direct au col de Conangles), beau, neige 1650m (skis), photos
2015/03/29, alternance voilé - beau, neige 1750m (skis, crampons), photos

Tuc de Conangles (2784m) depuis l'hospital de Vielha

De l'hospital de Vielha (1620m), monter au port de Rius (2348m) par le GR11, puis direction SE en terrain ondulé puis une pente régulière pour le tuc de Tòrt (2657m). Perdre une vingtaine de mètres et remonter à flanc pour rejoindre le couloir N (35°) qui mène à proximité du sommet du tuc de Conangles (2784m) pour finir dans les gros blocs. Retour en passant au lac de Rius (2300m env.) pour monter au coret deth Lac Redon (2440m), passage au déversoir du lac Redon et sentier à flanc (prudence si enneigé) pour revenir au GR11.

Longueur :** (1200m+200m)
Difficulté :** (chaos de blocs sans neige, 35° en neige)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2015/12/13, beau, neige 1750m (crampons), photos

Sèrra dera Pleta Naua (2558m) et tuc deth Pòrt de Vielha (2606m) en circuit depuis l'hospital de Vielha (1620m)

Feixan face nord-est Aneto - Maladeta La sèrra dera Pleta Naua est la crête face au Feixan, visible depuis l'hospice de Vielha et qui débute au port Vielh deth Hòro. Accès facile au sommet oriental (2558m) par le sentier du port de Vielha jusqu'au port Vielh (2287m) puis une douce pente jusqu'au sommet. On y découvre l'Aneto et ses satellites. La crête est ensuite découpée et ni elle ni son versant nord plus facile ne sont accueillants en hiver. Déçu de ne pouvoir continuer, retour au port Vielh et montée au tuc deth Pòrt de Vielha (2606m) au panorama bien supérieur. Descente de la large crête est, une courte pente raide à droite et contournement du lac Redon par l'ouest pour prendre sous son déversoir le sentier d'accès (normalement impraticable en hiver) qui rattrape le GR11 descendant du port de Rius.

Longueur :** (1300m)
Difficulté :**
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 679b
Ratio, Ski randonnées I, page 61
Conditions :2007/01/06, grand beau, neige 2200m

Tuc deth Pòrt de Vielha (2606m) et tuc de Sarrahèra (2634m) en circuit depuis l'hospital de Vielha (1620m)

schéma Sarrahèra Feixan face nord-est Sans histoire pour le port Vielh deth Hòro (2287m), le pòrt de Vielha (balisage rouge-blanc) et le tuc deth Pòrt de Vielha qui le domine. Descendre la large crête vers l'est. J'espérais pouvoir continuer pleine crête au-dessus du lac Redon mais la présence de neige et corniches et surtout le vent fort m'en dissuadent (je pense que ça passe, petite escalade aérienne mais il faudrait vérifier). Juste avant le col, prendre une croupe au SO pour contourner le lac Redon, passer à son déversoir (2230m), monter dans le premier vallon à l'est du lac, avant de basculer dans le deuxième sous la crête pour atteindre un col au pied du tuc de Sarrahèra. Les derniers mètres pour atteindre le sommet sont raides. Revenir au col, passer à l'est de la crête, côté lac de Rius, et rejoindre le port de Rius pour suivre le GR11 jusqu'à l'hospital (pas évident en cas de neige). Surpris par la qualité du panorama (bien enneigé) de ces deux sommets qui se complètent bien : paroi nord du pic Feixan (Tallada), Forcanada devant la Maladeta, lacs de Rius et Tòrt de Rius devant le Tossau de Mar, Montardo sous son meilleur profil, la crête découpée du tuc des Estanhets devant le Besiberri Nord, le versant sud des sommets du Couserans...

Longueur :** (1400m)
Difficulté :**
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos 678, 679b
Audoubert, 50 balades et randonnées en Val d'Aran et Encantats, pages 49 et 77
Ratio, Ski randonnées I, pages 61 et 62
Conditions :23/03/03, grand soleil, vent de sud assez fort, neige dure 1800m

Malh de Rius (2634m), tuc de Sarrahèra (2634m) et tuc deth Pòrt de Vielha (2606m) en circuit depuis l'hospital de Vielha (1620m)

Hospital de Vielha (1620m), port de Rius (2384m). Contournement par le nord du lac de Rius dont la glace grondait et grognait avec l'apparition du soleil en prenant progressivement de la hauteur pour passer au pied de la passada deth Nebot (2506m) et rejoindre la brèche (2574m) juste à l'ouest du malh de Rius (brèche franchissable au nord). Traverser horizontalement la raide pente herbeuse suspendue (prudence) en passant sous une espèce de grotte puis monter vers les rochers. S'élever prudemment, ne pas se laisser attirer à droite par des rochers semblant faciles mais conduisant à la crête difficile et traverser une nervure à gauche pour prendre une corniche devenant raide couloir (passage peu difficile mais exposé) qui mène droit au sommet (deux-trois cairns). La sévère dent du malh de Rius (2634m) est repérable de loin et inversement son panorama est vaste, de l'Ariège au Luchonnais en passant par Besiberri et Maladeta.

Retour détourné en profitant de la neige couvrant les pierriers : traversée sous la passada deth Nebot, montée au tuc de Sarrahèra (2634m), tout aussi intéressant que le malh de Rius mais de moindre allure. Descente vers le lac Redon par un vallon paisible. Au point où le vallon plonge (2350m env.), traversée au-dessus du lac (diverses sentes dans un versant herbeux assez raide) et montée au tuc deth Pòrt de Vielha (2606m). Retour par le pòrt de Vielha en coupant la grande boucle du sentier historique.

Longueur :*** (1450m, assez long)
Difficulté :*** (malh de Rius : court II exposé, temps sec nécessaire)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Muntanya Viva (malh de Rius)
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topos 678, 679b, 680b
Conditions :2016/12/29, beau, neige 2300m (crampons)

Tuc deth Pòrt de Vielha (2606m) depuis la sortie N du tunnel de Vielha

De l'usine d'incinération (1380m) à l'entrée nord du tunnel de Vielha, suivre la piste carrossable qui passe au-dessus du tunnel, puis les panneaux (1442m) qui signalent la cabana deth Pontet (1590m) et le port de Vielha (2448), d'où l'on monte au sommet. Pour le premier parcours, je me suis arrêté quelque part juste sous le port de Vielha (probablement, ou alors j'étais totalement perdu), du fait du brouillard depuis 2200m. Début de descente épique : jour blanc, aucune visibilité, aucun repère, je regardais la pointe des skis pour savoir si j'étais à l'arrêt ou en mouvement ! Virage, virage, suis-je arrêté ? Ok on recommence ; virage, virage, tiens je recule, c'est louche ; virage, virage, c'est où la pente ? Heureusement dès que j'y vois plus clair, agréable neige froide.

Beau temps pour la deuxième visite, c'est plus facile. Panorama toujours aussi intéressant et bonne neige.

Longueur :** (1200m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Laurens, 52 balades à skis dans les Pyrénées centrales, page 31
Faura y Longás, Pirineos en esquís - 150 itinerarios
Conditions :2009/04/19, bouché, neige 1450m (skis)
2010/04/05, beau, chaud, neige 1675m (skis)

Sèrra de Horno (2387m) depuis la sortie N du tunnel de Vielha

Agréable vallon secondaire moins connu que le tuc deth Pòrt de Vielha, intéressant à ski. De l'usine d'incinération (1380m) à l'entrée nord du tunnel de Vielha, suivre la piste qui passe au-dessus du tunnel, puis les panneaux (1442m) qui signalent la cabana deth Pontet (1590m). De la passerelle, monter ouest au plus facile, sans ambiguïté, pour atteindre tout au fond la sèrra de Horno à un col (2327m) qui donne sur un petit plateau inattendu. Le point culminant (2391m) est au NE mais à ski, il est plus intéressant de monter au SO au pointement 2387m. Belle vue plongeante sur la vallée de Riu Nere, avec Forcanada, Maladeta et Aneto en arrière-plan, et le val d'Aran bien visible. La descente était si bonne que je suis remonté de la passerelle au laquet 2064m.

Longueur :** (1000m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Román, Val d'Aran - esquí de montaña y raquetas
Conditions :2014/03/02, beau, neige 1400m (skis), photos

Tuc de Bargadèra (2585m) depuis la sortie N du tunnel de Vielha

De l'usine d'incinération (1380m) à l'entrée nord du tunnel de Vielha, suivre la piste carrossable qui passe au-dessus du tunnel. Après le deuxième ruisseau, sous une résidence secondaire, prendre à droite un large chemin. L'abandonner alors qu'il est horizontal et que la forêt à gauche devient clairsemée. En s'élevant dans la pente herbeuse, rejoindre au-dessus l'ancien sentier abandonné. Le longer jusqu'à la cabane de Sarrahèra de Baish (1650m). Le ressaut suivant se passe en hiver par la rive gauche en laissant en contrebas la cabane de Sarrahèra de Naut, alors qu'en absence de neige un vague sentier abandonné existe rive droite. On retrouve le vallon principal au niveau d'un grand plat (1946m). Remonter tranquillement le vallon principal avec une succession de « tubes ». Juste avant le còth de Bargadèra (2464m) qui semble se manifester à plusieurs reprises, virer ouest et remonter une pente qui se redresse fortement sur la fin. Vu les conditions de neige, j'ai préféré monter à l'antécime nord (2568m), plus facile, qu'au sommet lui-même.

Longueur :** (1200m)
Difficulté :** (hors sentier)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Román, Val d'Aran - esquí de montaña y raquetas
Conditions :2011/02/06, beau, doux, neige 1650m/1875m (skis)

Colhada de Lac de Mar (2501m) en circuit par les lacs de Mar et de Rius depuis le pont de Ressec (1390m)

Lac de Mar depuis Besiberri N. Joli circuit en montant par la Restanca au lac de Mar, immense lac avec île, baies et plages, dominé par le Besiberri Nord. Une sèche montée conduit au colhada de Lac de Mar (2501m), magnifiquement situé face à la crête découpée de la punta d'Harlé et du Pa de Sucre, et dominant au nord-ouest les trois lacs de Rius (estanh dera Colhada, lac Tòrt de Rius, lac de Rius plus d'innombrables laquets) qui forment un des plus beaux ensembles lacustres des Pyrénées. Le retour en suivant le lac Tòrt de Rius permet d'en appréhender le découpage et d'apercevoir la Maladeta par-dessus le port de Rius, avant de plonger par le canal de Rius jusqu'à la piste de départ (sans repasser au refuge de la Restanca).

Longueur :** (1200m, les contournements des lacs sont longs)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2003/07/12, beau devenant orageux

Tossau de Mar (2739m) en circuit depuis le pont de Ressec

Tossau de Mar couloir O Ascension par le couloir ouest, raide mais pas trop (40-45°), et retour par la voie normale. À faire enneigé. Du pont de Ressec (1390m), suivre la piste puis le sentier du port de Rius. Vers 2050m, la vallée s'élargit. Virer S par la large pente (35°) à côté d'un bâtiment perché et contourner l'arête NO du tossau de Mar vers 2500m pour entrer dans le couloir O qui débouche à une petite brèche (2727m). L'officiel tossau de Mar (2739m) se trouve au sud (un pas d'escalade) mais le point culminant (2750m) se trouve au NE, au bout d'une crête étroite (un peu délicate enneigée). Retour évident depuis la brèche, SE puis E par la large croupe qui borde le lac de Mar et se poursuit jusqu'au barrage de la Restanca.

Longueur :** (1350m)
Difficulté :*** (40° en moyenne sur 200m, final 45°)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2016/04/27, beau au-dessus d'une mer de nuages matinale, vent froid, neige 1900m (crampons)

Montardo d'Aran (2833m) depuis le pont de Ressec

Temps glacial au Montardo En novembre 2000, première tentative d'accès au Montardo, avec de la neige fraîche dès le départ au pont de Ressec (1390m). J'ai atteint le col d'Oelhacrestada (ou de Güellacrestada ou de Olnacrestada ou même de Crestada tout court) à 2475m mais il n'était pas envisageable de continuer (vent fort, brouillard à partir du col et journée déjà trop avancée). Le lac de la Restanca (2010m) commençait à geler et le lac de Cap de Port (2240m) était intégralement gelé (même si j'ai jugé plus sage de ne pas m'aventurer dessus).

Montardo La deuxième tentative en décembre 2001 se conclut au sommet, dans des conditions nivologiques similaires (30cm de neige fraîche à 2200m, lac de Cap de Port gelé et traversé) mais avec des raquettes et un grand soleil ; la face sud du Montardo était en outre irrégulièrement enneigée. La vue au sommet est belle et vaste, même si elle n'atteint pas celle du Besiberri Nord, plus dominateur, ou celle de la Punta Alta, plus central pour le parc d'Aigüestortes.

Longueur :*** (1450m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, page 127
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 699
Audoubert, 50 balades et randonnées en Val d'Aran et Encantats, page 60
Conditions :2000/11/18 (col de Oelhacrestada), brouillard, vent fort, neige 1400m
2001/12/29 (sommet), grand soleil, neige 1400m (raquettes)

Tuc de Ribereta (2675m) et Montardo (2833m) par les lacs de Ribereta et de Saslòsses

Estany des Mangades Circuit prétexte à visiter des lacs. Le parcours de crête entre le tuc de Ribereta et le Montardo, sans être difficile, demande un peu d'attention mais offre une belle variété de vue sur le bassin de Travessani. Le retour par le lac de Saslòsses, bien que hors sentier, est facile, rapide et ignoré de la majorité des ascensionnistes du Montardo. Départ du pont de Ressec (1390m) pour suivre à l'est le GR11, avec d'abord une longue piste. À mi-chemin entre l'estanh de Montcasau et la passada de Ribereta, prendre au sud le sentier cairné qui mène à l'estanh de Ribereta de Baish. Cairns et sentes s'éparpillent, monter rive droite de la vallée jusqu'à la vaste échancrure donnant sur Colomèrs. Ne pas rejoindre le pòrt de Caldes mais monter en diagonale dans le flanc du tuc deth Cap deth Pòrt de Caldes pour rejoindre le collet juste au sud du tuc de Ribereta, d'où l'on monte sans difficulté au sommet.

Suivre la crête à l'ouest. Nombreuses échappatoires sur les deux versants. La première pointe (2623m) est la seule vaguement sérieuse, attaquée d'abord à droite via des couloirs semi-herbeux raides, puis sur les blocs près du fil (II peu exposé). Suit un tronçon plus facile mais assez aérien. J'ai feinté la pointe 2658m où la crête fait un coude vers le nord. La pointe suivante présente une amusante escalade II en bon rocher et on rejoint la voie normale du Montardo sous le sommet (1h30 depuis le Ribereta).

Du Montardo, descendre à la première des Basses deth Montardo, et, sans passer à la suivante, franchir à l'est une vague selle (2672m). On y trouve une ligne de cairns, généralement suffisants mais ne dispensant pas de réfléchir. Descendre d'abord vers l'est en rejoignant un ravin et à 2530m, sur un replat, quitter le ravin en partant plein nord pour faire en grand arc de cercle autour du lac de Saslòsses (invisible jusqu'assez tard). Dans le doute, rester haut en tirant à gauche. On rejoint ainsi la tranquille croupe de retenue du lac après avoir tourné les barres. Passer au déversoir (2160m), remonter un peu sur la croupe en face et descendre par un couloir raide et arrosé (c'est le seul couloir à l'est de la ravine du lac ; rochers glissants) pour rejoindre bientôt un vieux chemin des travaux hydroélectriques qui, devenu horizontal, ramène au GR11 sous le barrage de Montcasau. En sens inverse, le départ de ce sentier se situe après la remontée de l'ancien monte-charge, quand le GR11 emprunte temporairement le chemin horizontal.

Longueur :*** (1650m)
Difficulté :** (hors sentier, flair, petite escalade II)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Éric Visentin (pour l'inspiration)
Conditions :2011/08/16, beau, chaud, cumulus l'après-midi

Tuc des Monges (2699m) en circuit depuis l'estany de Tumeneia de Baix (2285m)

Estany des Mangades Autant que le sommet, l'objectif est de visiter tranquillement les lacs du bassin de Travessani. Après le grand estany de Travessani (2245m) au pied des célèbres aiguilles, monter à l'estany des Mangades (2380m), divisé en deux par une presqu'île. Il est intéressant de pousser jusqu'à l'estany del Port de Caldes (2410m), surtout pour la vue offerte sur l'estany des Mangades, alors partiellement glacé. Ensuite, monter à l'estany des Monges (2420m) au pied du Montardo. Punta Alta Passer à son déversoir et monter sèchement à vue vers le tuc des Monges. Jolie vue sur les lacs du secteur et la face sud du Montardo. Pour revenir aux estanys de Tumeneia, descendre S puis SO sous la serra de Tumeneia mais sans descendre jusqu'au lac supérieur : au plus tard au bel abri sous roche (2400m env.), virer SE pour utiliser la croupe qui forme plus bas la séparation entre les deux lacs, puis à vue vers l'étang inférieur.

Longueur :** (600m depuis l'estany de Tumeneia, 1100m depuis le barrage de Cavallers)
Difficulté :** (hors sentier et orientation pour le sommet)
Intérêt :** (+1 pour les amateurs de lacs)
Trajet :cartographie
Topos :Audoubert, 50 balades et randonnées en Val d'Aran et Encantats, page 83
Conditions :2006/05/28, beau et chaud devenant orageux l'après-midi, névés -/2400m

Tumeneia (2783m) et Pa de Sucre (2863m) depuis le pont de Ressec (1390m)

Pa de Sucre Au plat 2100m entre Restanca et Mar démarre un itinéraire cairné qui mène à la brèche NE de Tumeneia (2604m) qu'il est inutile d'atteindre (sauf pour prendre un but sur la crête NE du Tumeneia ; où ai-je lu qu'elle était facile ?). Rejoindre la croupe à l'O, à l'opposé de la brèche, et monter par des rochers couchés (II en adhérence, un cairn indique le meilleur départ) au pierrier sous le Tumeneia. Grimper au Tumeneia (2783m) en attaquant la paroi à droite et en cheminant au mieux (quelques passages de II, plus ou moins selon les choix, éviter de rejoindre la crête trop au sud).

Retour au pierrier et en longeant la crête (cairns), descente facile à la bretxa de Pauss (2699m). Remonter au SO pour franchir la brèche (2736m) entre un rognon déporté à droite et la crête principale à gauche. Perdre une trentaine de mètres pour rejoindre le grand chaos du cirque NO du Pa de Sucre. Sur la crête au S, repérer deux importants gendarmes : viser la brèche marquée à l'E. Trois mètres sous la brèche, des cairns indiquent un cheminement ascendant dans la paroi (II). Il s'achève par un court dièdre en III+ ou, caché à droite, un passage en II+ qui permet de l'éviter. Derrière, un cheminement facile mais parfois exposé monte par le flanc sud au Pa de Sucre (2863m).

Retour au chaos du cirque NO. Rejoindre aussi vite que possible la croupe à droite et descendre N le vallon sous la bretxa de Pauss pour parvenir à l'extrémité NE du lac de Mar.

Longueur :*** (1600m)
Difficulté :*** (hors sentier, blocs, escalade II (Tumeneia) et II+/III (Sucre))
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2016/09/04, beau puis nuageux

Pa de Sucre (2863m) depuis l'estany de Tumeneia de Baix (2285m)

Punta Harlé, Pa de Sucre De l'estany de Tumeneia de Baix (ou du refuge Ventosa y Calvell), monter à l'estany de Tumeneia de Dalt (2320m), le laisser à sa droite pour s'élever vers le tuc de Roques Negres. Contourner celui-ci par le sud dans un interminable chaos de gros blocs (rares cairns insuffisants) et revenir au collet (2480m env.) entre l'estany de Tumeneia de Dalt et l'estany Cloto (2325m). Le Pa de Sucre nous domine de toute sa masse et les deux lacs gelés et encaissés dans leurs falaises n'adoucissent guère le décor. Rejoindre la brèche (2728m) entre la punta d'Harlé dentelée et l'imposant Pa de Sucre. Extraordinaire apparition du Besiberri Nord au travers d'une deuxième brèche parfaitement placée dans l'alignement.

Besiberri N L'accès au pa de Sucre évite la crête par un cheminement en général peu difficile (nombreux II en terrain peu sûr et exposé), d'abord versant sud jusqu'à la brèche du « hibou », puis versant nord jusqu'à une brèche assez difficile d'accès (passage clé : III+ d'après la littérature) puis de nouveau versant sud. Un névé tardif occupe le versant nord. Le panorama du pa de Sucre est magnifique, similaire à celui du Besiberri Nord, avec un premier plan spectaculaire de crêtes acérées et des lacs de tous côtés.

Longueur :*** (700m depuis l'estany de Tumeneia, 1200m depuis le barrage de Cavallers ; long)
Difficulté :*** (escalade AD, pas de III+)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 696
Conditions :2006/05/27, beau devenant orageux en soirée, névés 2500m

Punta d'Harlé (2885m) depuis le pont de Ressec (1390m)

Besiberri N crête des Besiberri Grand frère du Pa de Sucre, un peu plus facile d'accès mais tout aussi spectaculaire. Du pont de Ressec (1390m), monter au lac dera Restanca puis au lac de Mar (2251m). À l'extrémité sud du lac, suivre quelques instants l'itinéraire du Besiberri Nord par la brèche Peyta et s'en éloigner pour remonter la pente herbeuse à gauche du ruisseau, en laissant loin à droite les petits étangs gelés (2410m). Suivre cette agréable pente jusqu'à la spectaculaire entrée du cirque du coll d'Harlé : deux superbes piliers encadrent le vallon, que ferme au fond la crête dentelée de la punta d'Harlé. La neige recouvre les pierriers, facile montée au coll d'Harlé (2747m). Des cairns indiquent le cheminement pour le sommet : zigzaguer versant est de la crête, sans réelle difficulté (plusieurs pas de II) mais en mauvais terrain exposé. Sur le haut, rejoindre la crête constituée d'énormes blocs dont le franchissement est parfois acrobatique (pas de III, peu exposé). Le sommet n'est qu'un empilement de blocs en tout sens et le point haut est l'une des élégantes flèches qui s'en détachent : les grands parviendront à effleurer le sommet mais son escalade est beaucoup moins évidente. J'ai ensuite tenté de suivre l'arête SO vers le Besiberri mais j'ai vite buté sur une profonde brèche où un rappel est indispensable.

Longueur :*** (1600m)
Difficulté :** (escalade II en terrain médiocre, pas de III)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 694
Conditions :2008/07/05, beau puis quelques cumulus, névés 2550m/2250m