Entre Pique et Garonne
Sauvegarde - Entecada - Bacanère

Après les hauts sommets du Luchonnais, la chaîne axiale s'effondre progressivement jusqu'au port de la Picade (2468m). La frontière quitte alors la ligne de partage des eaux pour suivre au nord un chaînon secondaire qui meurt à 18 km de là au pic de Burat (2154m). À l'ouest du port de la Picade, deux sommets assez élevés, le pic de Sauvegarde et le pic de la Mine, encadre l'historique port de Venasque (Benasque). Tous les sommets de ce secteur offrent des vues intéressantes sur la Maladeta et la soudaine découverte de celle-ci au débouché du port de Venasque est un classique de randonneur. En hiver, le chaînon nord offre de nombreuses possibilités de balades faciles.

 

Pic de Sacroux (2676m) depuis l'Hospice de France (1379m)

Belle randonnée passant par le cirque de la Glère, offrant une surprenante (même si assez bouchée) vue au port de la Glère sur la Maladeta et un large panorama au sommet. L'accès au cirque de la Glère se fait par un chemin ombragé presque horizontal (le chemin de l'Impératrice) et constitue une gentille balade familiale. L'accès au port m'a été facilité par la présence de neige (au-delà de la partie la plus raide). L'accès au sommet après le port est un peu fouillis et j'ai à tort suivi le vallon jusqu'au fond pour ensuite atteindre ce qui me semblait être le sommet le plus élevé. Je me suis ainsi retrouvé sur une pointe secondaire à deux ou trois centaines de mètres au sud du Sacroux (non loin du pic de Bounéou, 2666m).

Longueur :** (1350m)
Difficulté :* jusqu'au port de la Glère, ** après
Intérêt :**
Schéma :voir pic de la Mine
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, page 71
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 584
Maes, 50 sommets sans corde dans les Pyrénées, 3ième série, page 95
Conditions :1996/10/30, beau, neige 1800m

Pic de Sacroux (2676m) en circuit depuis l'arboretum de Jouéou (1020m)

Départ au bout de l'arboretum de Jouéou (1020m) pour monter tranquillement au cirque puis au port de la Glère (2367m). Direction le Sacroux par la crête frontière. On ne rencontre que de petites difficultés, on pose un peu les mains pour le plaisir (II-), la crête est parfois assez aérienne au nord. Joli panorama, surtout sur les sommets du cirque du Lys, le Maupas a belle allure.

Retour vagabond par le col de Pinata, le col de Sacroux et le Mail d'Auéran. Suivre la crête au sud, toujours en posant un peu les mains, jusqu'au pic de Bounéou (2666m) et virer à droite vers la tusse de Pinata. Une brèche à contourner, facile sinon (on peut feinter toute la partie rocheuse en prenant, au pluviomètre sous le Sacroux, une sente qui traverse le versant raide, mais c'est dommage pour la vue sur le lac Célinda et les pics d'Estauas). On rejoint le sentier du lac Célinda, le suivre jusqu'au col de Pinata (2152m) et revenir à l'est jusqu'au col de Sacroux (2034m). Plutôt que de rentrer par le cirque de la Glère, direction nord sur la crête du Mail d'Auéran. Une sente de brebis passe à la première bosse (2131m), descend à un col (2011m) et remonte à la seconde bosse (2058m). Position avancée et vue certainement intéressante si les nuages n'étaient pas revenus en force. Du col 2011, on remarque une trace qui descend dans les pelouses vers la piste et la maison forestière d'Esbas, c'est la bonne solution. Pour ma part, j'ai continué la crête jusqu'à la limite des arbres (1866m) puis retour au sud sur une vague sente de sanglier (toute équipée, avec laie et marcassins heureusement partis en sens inverse) dans un sous-bois confus avant de tomber sur un vieux sentier menant au terminus de la piste. Suivre la longue piste pour rentrer.

Longueur :*** (1850m)
Difficulté :** (petite escalade, terrain un peu exposé)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2014/07/31, brouillard sous 1900m puis beau, retour des nuages dès 12h, photos

Pic de la Montagnette (2558m) en circuit depuis l'Hospice de France (1379m)

Étang de la Montagnette Après une heure horizontale sur le chemin de l'Impératrice, brusque changement de ton à l'entrée du cirque de la Glère : un sentier raide longe la rive droite du ruisseau de la Montagnette, pénètre à gauche des cascades dans un couloir qui semble une impasse et s'en échappe à droite pour revenir près du ruisseau qu'il longe jusqu'au lac du Maille (2193m). Rochers caparaçonnés de glace, traversées acrobatiques du ruisseau. Le sentier s'élève à gauche des falaises puis passe en corniche pour aboutir au beau lac de la Montagnette (2332m), le terrain s'apaise, ouf. Contourner le lac par l'ouest et remonter les pentes douces jusqu'au pic de la Montagnette (2558m), joli belvédère peu fréquenté.

Retour vers le lac pour passer au sud et remonter au col de la Montagnette (2421m). Trop simple de rentrer par le refuge. Traverser au pied des falaises du pic de Sauvegarde (éboulis un peu pénibles mais moins qu'en sens inverse) pour rejoindre le chemin du port de Venasque aux lacets terminaux. Retour musardant par le port de la Picade, le pas de l'Escalette et le pas de la Mounjoye.

Longueur :*** (1250m+250m)
Difficulté :** (sentier raide pour l'étang de la Montagnette)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2013/11/01, de plus en plus voilé, vent sur les crêtes, neige 2100m (qq cm), photos

Pic de Sauvegarde (2738m) par le port de Venasque (2444m) depuis l'Hospice de France (1379m)

Panorama du Port de Venasque La vue depuis le port de Venasque est une des plus grandes et belles surprises des Pyrénées et mérite largement les quelques efforts nécessaires. L'accès au pic de Sauvegarde permet d'élargir la vue. Une des grandes (et guère difficiles) randonnées, à ne pas manquer. Par conséquent, un défaut : la foule !

Plutôt que faire l'aller-retour par le port de Venasque, il est intéressant de rentrer par le port de la Picade. Au pas de l'Escalette, suivre le sentier des crêtes ou descendre par les étangs de la Frèche.

Longueur :** (1350m+150m)
Difficulté :* (passage de qq dalles)
Intérêt :*** (avec le circuit)
Schéma :voir pic de la Mine
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, page 65
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 586
Maes, 50 sommets sans corde dans les Pyrénées, 3ième série, page 97
Conditions :1996/08/08 (AR direct), beau
2002/06/15 (port de Venasque), beau, névés discontinus 2200m
2009/06/21 (circuit par la Frèche), beau en altitude, brumes dans les vallées françaises

Port de la Picade (2468m) et port de Venasque (2444m) en circuit depuis l'Hospice de France (1379m)

Boums du Port pic de la Maladeta Circuit assez parcouru en été, effectué deux fois avec la première neige de l'hiver et alors beaucoup moins fréquenté. Montée au pas de l'Escalette soit par les étangs de la Frèche (sentier n°24) soit par le plateau de Campsaure et le soum de l'Escalette (2466m, joli panorama), puis port de la Picade (2468m). Un petit aller-retour sur la crête sud au point 2522m pour admirer le massif de la Maladeta (ainsi que les Posets, le Perdiguère et le val d'Aran) avant de rejoindre le port de Venasque. À l'automne, alors que la neige recouvre le paysage, les profonds boums du Port de Venasque tardent à être pris par la glace.

Longueur :** (1300m)
Difficulté :*
Intérêt :***
Schéma :voir pic de la Mine
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, page 65
Ratio, Ski randonnées I, page 48
Conditions :2003/10/25, beau, neige 1400m
2011/11/12, beau, vent turbulent, neige 2100m, photos

Pic de la Mine (2708m) et pic de la Montagnette (2558m) en circuit depuis l'Hospice de France (1379m)

schéma Mine-Sauvegarde Première partie originale et intéressante, seconde partie moins convaincante. Étangs de la Frèche, pas de l'Escalette, port de la Picade (2468m). Du port, rejoindre au nord le sarrat de la Frèche pour monter au pic de la Mine par sa crête E. Facile au début, la fin demande un peu d'escalade peu difficile (II) et aérienne (compliquée par un vent fort). Le rocher est moyen mais à côté de celui de la voie normale (à l'ouest), c'est un délice. Belle vue sur les aiguilles de la crête nord. Les montagnards prêts à se lancer dans la voie normale du pic de la Mine devraient essayer cette crête orientale : elle est légèrement plus difficile mais beaucoup plus sûre (par contre, les randonneurs éviteront totalement ce sommet). Le panorama est bien évidemment splendide tout du long. Descente par la voie normale puis le couloir qui plonge sur le Boum Supérieur (terrain pourri, chutes de pierres inévitables).

Pic de la Mine Remontée au col de la Montagnette (2421m) pour découvrir le lac de la Montagnette (surpris par sa grande superficie) et douce montée à vue au pic de la Montagnette (2558m). Le retour logique serait par le col de la Montagnette ou par le lac du Maille mais je cherche à continuer vers l'ouest. Immédiatement au SE du pic s'ouvrent deux étroits couloirs très raides, l'un rocailleux, l'autre herbeux, qui se rejoignent sur le bas et mènent à deux petits étangs (ibones de la Montañeta, 2211m). Je descends le premier, qui ressemble plus à une faille qu'à un couloir. Plusieurs blocs coincés imposent des désescalades en IIsup, terrain instable, névé tardif encore présent fin juillet. Couloir délicat, difficile à conseiller. À côté des étangs, on trouve le sentier qui conduit au lac des Gourgoutes et au port de la Glère (2367m). Retour par le cirque de la Glère et le chemin de l'Impératrice.

Longueur :*** (1900m)
Difficulté :*** (escalade II et IIsup, aérien et exposé, terrain médiocre, chutes de pierres)
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Conditions :2004/07/23, beau puis voilé, vent fort

Pic de la Frèche (2616m) et sarrat de la Frèche (2627m) en circuit depuis l'hospice de France (1379m)

Sentier du port de Vénasque puis chemin du clot des Layrous, site sauvage pourtant si proche d'un site fréquenté. Une sente conduit au pied du col de la Frèche puis terrain croulant. Pour le pic de la Frèche, prendre la branche nord (le col est au sud). De la brèche, monter d'abord à gauche en raide terrain à isard et finir par la crête facile en schistes dressés, tranchants et fragiles, mauvais terrain. Pic de la Frèche (2616m), vue plongeante sur les boums du Port. Revenir à la brèche nord, ne pas chercher à rejoindre le col au sud et descendre à l'est dans le gispet en tirant à droite. On pourrait alors rejoindre tranquillement l'étang de la Frèche. Mieux, rejoindre le contrefort herbeux issu du sarrat de la Frèche et monter facilement à la crête (pic des Pessons, 2627m). Les glaciers de la Maladeta font pitié. Parcourir la frontière vers l'est, on trouve d'importantes ruines (postes de gardes ?) avant que la crête ne plonge au pas de l'Escalette (2396m). Retour par le soum de l'Escalette, une isarde malade avec son petit, et le pas de la Mounjoye.

Longueur :*** (1500m)
Difficulté :*** (terrain à isard et escalade facile en mauvais terrain)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Guide Ollivier Pyrénées Centrales V (optimiste sur les difficultés)
Conditions :2017/08/05, beau au-dessus d'une mer de nuages puis nuages entrant du sud

Pas de l'Escalette (2396m), port de la Picade (2478m), còth deth Hòro (2239m) en circuit depuis l'Artiga de Lin (1460m)

Circuit ou aller-retour facile et belles vues sur la Maladeta. Belle remontée le long du canal de Pomèro pour finir par un long défilé par atteindre le col de l'Infern (ou de Lunfèrn, col peu marqué précédant la cuvette du port de la Picade) au pied du pas de l'Escalette (2396m) qui donne sur l'hospice de France. Poursuivre au port de la Picade (2478m) où Posets et Perdiguère apparaissent. Monter sur la bosse au sud (2527m) ou mieux mais plus raide, au sarrat de la Frèche (2627m) pour une vue superbe sur la Maladeta. À skis, la descente du sarrat de la Frèche est belle (150m à 35-40°), ensuite facile et agréable descente du canal de Pomèro. La principale difficulté hivernale est l'accès routier à l'Artiga de Lin.

Pour faire un circuit (en conditions estivales), du port de la Picade descendre le sentier vers le terminus de la route de la Besurta (1900m), remonter la vallée au sud, passer au forau dels Aigualluts et franchir le còth deth Hòro (2239m) d'où le rude mais rapide sentier ramène à l'Artiga de Lin. À la descente du port de la Picade, on peut prendre une trace cairnée qui mène à l'ibón inférieur de Villamuerta (1949m), un sentier conduit à l'ibón supérieur (2067m) et une traversée rejoint le forau dels Aigualluts en évitant la foule.

Longueur :** (1000m à 1500m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Audoubert, 50 balades et randonnées en Val d'Aran et Encantats, page 17 (Port de la Picade)
Ratio, Ski randonnées I, page 52 (Port de la Picade)
Román, Val d'Aran - esquí de montaña y raquetas (Frèche)
Conditions :2001/04/13 (AR Escalette), brouillard, neige 1450m
2015/11/14 (circuit), beau, photos
2017/11/18 (AR sarrat de la Frèche), beau, neige 1400m (skis)

Du pic d'Arrès (2161m) au tuc dera Entecada (2266m) en circuit depuis l'Hospice de France (1379m)

Boum, Maupas, Lézat, Quayrat Le pic de l'Entecada est accessible directement et facilement depuis l'hospice de France et offre un point de vue intéressant (bien qu'un peu lointain) sur la Maladeta. Il est cependant plus original de monter à la cabane de Campsaure pour rejoindre le pic d'Arrès (2161m) qui offre une meilleure vue sur les sommets au nord (Pouy-Louby, Céciré, Bacanère...), le cirque de la Glère et les sommets à l'est du Maupas. port de Vénasque De là, il suffit (en 2h30...) de suivre la large crête herbeuse vers le sud, en franchissant plusieurs points hauts (pic de Campsaure à 2141m, pic de Pouylané à 2219m, entre autres) pour atteindre le pic de l'Entecada. On obtient ainsi des vues variées sur tout le secteur de l'hospice de France.

Longueur :** (1000m à 1200m selon le circuit)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, pages 67-69
Maes, 50 sommets sans corde dans les Pyrénées, 3ième série, page 87 (Pouylané)
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 591
Conditions :1996/09/29 (Entecada direct), beau
2001/05/12, beau, neige 2050m

Tuc dera Entecada (2266m) et soum de l'Escalette (2466m) en circuit depuis l'Ermita de Mair de Diu

schéma Escalette Départ de l'Ermita de Mair de Diu (1220m), 2,5 km avant l'Artiga de Lin. Dans le lacet, prendre la piste qui file horizontalement au nord. À la barrière, prendre à gauche le raide chemin qui monte en lacets serrés. Ignorer un embranchement à gauche (en 2008, barré par une ficelle bleue ; si l'on en croit la carte Alpina « val d'Aran » qui, étonnamment, semble juste, on retrouve ce chemin à la sortie des bois), puis un autre descendant à droite (même ficelle). On sort soudainement des bois vers 1580m (cabane inhabitable). Ne pas se diriger directement vers le barranc de Satronca mais rejoindre à gauche la croupe où la trace se perd dans l'herbe. Monter pour retrouver le sentier bien marqué juste sous des affleurements rocheux. Ce bon sentier conduit tranquillement au col en haut du vallon (còth deth Cap de Poilanèr, 2012m). Suivre à droite le sentier de crête pour monter à l'Entecada. Panorama vanté, visibilité 10 mètres...

Retour au col et direction le pas de la Mounjoye (2069m), soit par la crête en franchissant le pic de Roye (2162m) et le pic de la Mounjoye (2167m), soit plus facilement par le sentier qui les évite par l'est. Les nuages sont moins présents, je file sur la crête au sud. Soum de l'Escalette (2466m), ciel de nouveau bouché, il neigeotte. Pour rentrer, revenir au pas de la Mounjoye et suivre à droite le sentier balisé qui ramène à la voiture. Variante de retour (hors sentier) : emprunter, 300 mètres au nord du soum de l'Escalette (point coté 2392m), une étroite crête NE. Le haut est raide mais on y trouve une sente. Aux premiers pins, j'ai profité des derniers névés pour plonger à droite puis en rapides glissades dans l'axe du vallon pour trouver le sentier balisé vers 1750m.

Longueur :*** (1600m mais on peut raccourcir)
Difficulté :* (sans la variante de retour)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Audoubert, 50 balades et randonnées en Val d'Aran et Encantats, page 17 (Escalette par Mounjoye)
Conditions :2008/05/12, couvert, névés -/1850m

Pic d'Aubas (2071m) et pic d'Arrès (2161m) depuis le col du Portillon

Agréable randonnée hivernale, dans les bois puis en crête. Départ trois cents mètres au sud-est du col du Portillon (1293m) pour suivre la piste (carrossable si déneigée) ou le sentier direct balisé blanc-jaune jusqu'au col de Barèges (1749m), puis large croupe jusqu'au pic d'Aubas et crête au sud jusqu'au pic d'Arrès. Temps bouché, effets de brume dans la vallée de la Pique et brouillard en crête.

Seconde visite à l'Aubas par beau temps, avec en prime deux aller-retour au tuc du Plan de la Serre pour profiter de merveilleuses conditions de neige.

Longueur :* (950m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, page 85
Conditions :2004/03/06, bouché, quelques flocons, neige 1270m (raquettes)
2013/01/03 (Aubas + 2 fois tuc du Plan de la Serre), beau, neige 1270m/1400m (skis), photos

Tuc du Plan de la Serre (1977m) par la forêt de St-Mamet

Départ à l'embranchement (970m) de la route forestière du Bois Neuf sur la route du col du Portillon. Suivre la piste jusqu'à croiser le sentier n°19 venu de Saint-Mamet. Suivre ce sentier intelligemment balisé qui rejoint la crête de Couradilles et la remonte jusqu'au sommet (1977m). Les arbres croulant de neige fraîche, belle ambiance. Peu de visibilité au sommet, Lézat et Quayrat dans une brève éclaircie.

Pour revenir, l'objectif est de rejoindre la frontière près du col de l'Artiguette (croix frontière 360 à 1310m). La bonne idée est certainement de descendre au col de Barèges puis au nord en coupant les lacets de la piste avant de virer ouest à la clairière 1322m. La mauvaise idée est de suivre la frontière sur la crête NE du tuc du Plan de la Serre : ça passe bien sur la première moitié puis la pente s'accentue, la crête devient indéfinie, le terrain est confus et laborieux, de multiples petites barres imposent tours et détours, des empilements d'arbres abattus et couverts de neige nécessitent des acrobaties de singe, galère. Récompense néanmoins en croisant quatre isards à dix mètres : la neige couvre mon approche, arrêt à l'instant où je les aperçois, ils sont restés longuement à me regarder, plus intrigués qu'apeurés, avant de s'éloigner tranquillement. À 1300m, descendre le vallon vers l'ouest par un sentier qui suit le ruisseau en le sautant plusieurs fois puis s'en échappe rive gauche. Devenu vieille piste de débardage, il descend rapidement jusqu'au départ de la route forestière du matin.

Longueur :** (1000m)
Difficulté :* (+1 pour le retour)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, page 87
Conditions :2012/04/16, couvert, timides éclaircies, neige 1100m

Sommet de la Laque (1900m) depuis le col du Portillon

Courte mais rude randonnée mais pour un joli belvédère. Au col du Portillon (1293m), suivre au NE la piste espagnole, horizontale et à peu près carrossable. Après un passage canadien, elle passe versant nord de la crête. Pour monter à la clairière sous le mail de Regadés, le plus simple est de prendre à 2,4 km du col un large chemin évident. On peut aussi prendre avant (2 km du col ?) un chemin moins marqué signalé par une rubalise. De la clairière, laisser la cabane à gauche et s'élever doucement jusqu'à la crête frontière (plat 1550m env.). La pente se redresse, des arbres tombés imposent des détours, dénicher les sentes d'animaux qui évitent les obstacles. On sort assez vite de la forêt, la pente herbeuse est raide et dénivelle vite jusqu'à une cabane perchée (1800m env., sale) d'où le sommet est tout proche. Beau panorama sur la Maladeta, le cirque des Crabioules, le val d'Aran.

Retour par le col de Panech (1781m). Crête facile jusqu'au col, pente herbeuse raide, lisière laborieuse (arbres abattus par les avalanches), tronçons de vieilles pistes abandonnées, tirer au sud, ligne haute tension qui sert de guide pour descendre à la piste.

Longueur :* (600m)
Difficulté :** (hors sentier, pentes herbeuses raides, flair)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Forum pyrenees-team
Conditions :2015/05/10, beau

Tuc de Poujastou (2015m), tuc de Bidur (2019m), plan de Montmajou (2082m) en circuit depuis le belvédère de Sode

Long circuit panoramique sur des sommets peu fréquentés. Du belvédère de Sode (961m), suivre la piste qui passe aux granges de Labach et mène au pas du Bourg (1024m). Franchir la passerelle et suivre le chemin horizontal jusqu'à la grange de Sarrasans ou de Cillacères. Se diriger vers le coin supérieur gauche de la prairie (SE), laisser le sentier horizontal qui conduit à la prise d'eau de la cabane et entrer sous les arbres. Prendre de la hauteur en longeant de très haut le ravin du ruisseau, on trouve une sente (probablement plus animale qu'humaine) qui conduit en une dizaine de minutes à une piste abandonnée, envahie de repousses (c'est la piste que la carte IGN arrête au point 1250 alors qu'elle se prolonge 150m plus bas). Suivre cette piste à droite, elle devient vite moins envahie et s'élève en 8 lacets avant de rejoindre une piste en service et juste après la piste de la Cigalère (1480m environ). Prendre en face le chemin et remonter la croupe, d'abord boisée puis dégagée au sud jusqu'au tuc de Poujastou (2015m), après un détour (superflu) au pic de Saublanque (1951m). Le Poujastou offre une vue magnifique vers le val d'Aran, la Maladeta et le cirque des Crabioules. Plus proche d'eux que depuis le Bacanère, la vue y est plus précise.

Suivre au nord la facile crête frontière, en traversant le col de Hont Hérède (1902m), le tuc de Bidur (2019m) et le plan de la Serre (2020m). Après le sommet de Prat Pardin (1982m), on peut feinter des bosses intermédiaires avant de monter enfin au plan de Montmajou (2082m). Descendre à l'ouest et suivre le GR10 très fréquenté jusqu'à la cabane de Saunères (1660m). Plonger dans les pelouses au S. Aux premiers arbres, ne pas se laisser attirer à droite par la croupe en lisière de forêt mais continuer S en visant la pointe d'une piste sur un replat. Continuer SO sur le sarrat de Pouch, en bordure de forêt jusqu'au belvédère de Sode.

Note historique : première tentative à ski (idée stupide, contrairement au circuit au Prat Pardin), abandon pour cause de traçage trop fatiguant et de bâton cassé à la piste de la Cigalère. Retour par cette piste horizontale jusqu'à la cabane de Cuéou et descente par son chemin d'accès, bien skiable, jusqu'au pas du Bourg.

Longueur :** (1450m, 17 km)
Difficulté :** (orientation, retour hors sentier)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2013/02/09 (abandon à la piste de Cigalère), couvert, neige 950m (skis)
2013/06/16, beau, vent de sud chaud

Sommet de Prat Pardin (1982m) en circuit depuis le belvédère de Sode (961m)

À proximité du Bacanère si réputé, un circuit confidentiel bien intéressant. Du belvédère à la sortie de Sode, suivre la piste barrée qui passe aux granges de Labach et mène au pas du Bourg (1024m). Franchir la passerelle, tourner aussitôt à gauche pour suivre le ruisseau quelques minutes puis prendre un large chemin qui s'élève à flanc au SE vers le vallon des Clots. Vers 1250m, Y, prendre à gauche. On sort des bois à la cabane de Cuéou (1370m). Monter à l'E et s'élever longuement dans la large pente en obliquant en haut au N pour atteindre le sommet de Prat Pardin. Joli panorama, similaire à celui du Bacanère, avec vue plongeante sur Luchon et Les.

À pied, suivre la crête au N jusqu'au plan de Montmajou (2082m). À ski, il est trop tentant de s'offrir la belle pente NO, en bordure de forêt. Vers 1500m, repeauter pour remonter à l'E vers le tuc des Trois Courets et rejoindre alors le Montmajou (qu'il est possible de feinter par les cabanes de Peyrehitte). Descendre par l'autoroute du Bacanère, ne pas rater le tournant vers la cabane de Saunères (1660m) d'où l'on plonge au SO sur une succession de croupes pour retrouver le parking.

Longueur :** (1100m ou 1500m)
Difficulté :*
Intérêt :***
Trajet :cartographie
Conditions :2012/02/11, beau, froid (-15° à 8h30), neige 950m (skis), photos

Plan de Montmajou (2082m) et pic de Bacanère (2193m) depuis Artigue (1224m)

Superbagnères - Quayrat Luchonnais Sage randonnée d'hiver pour accéder à une belle vue, vers les montagnes ariégeoises, le val d'Aran, la Maladeta, les montagnes du Luchonnais, plus lointaine vers l'ouest et le massif du Néouvielle. À la montée, ne feintez pas le plan de Montmajou (2082m), tout aussi intéressant. De nombreuses variantes de retour sont possibles en rejoignant la piste forestière de l'Auédou, utilisez la carte !

Longueur :** (1100m)
Difficulté :*
Intérêt :** (+1 en hiver)
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, page 81
Angulo, Pyrénées : 1000 ascensions, tome IV, topo 592
Maes, 50 sommets sans corde dans les Pyrénées, 3ième série, page 89
Ratio, Ski randonnées I, page 25
Conditions :1997/03/30, beau, neige 1700m
2004/12/24, beau, neige 1600m/1500m (raquettes)

Pic de Bacanère (2193m) depuis Gouaux-de-Luchon (930m)

Sentier n°12 jusqu'à la cabane de Salode (1549m) puis cabane du Mouscadé. On trouve derrière un petit cirque pic de la Hage - Bacanère. En continuant vers l'E, rejoindre la crête frontière puis à droite le Bacanère. À ski, descente directe sur la cabane du Mouscadé puis sans repasser à la cabane de Salode.

Variante de descente par Cunau : descendre la crête SO vers le col des Taons de Bacanère puis prendre à l'ouest la croupe vers une cabane. Continuer sur la croupe en longeant les bois, passer à la cabane de Cunau (1400m env.), poursuivre en lisière de la forêt et prendre à droite un large chemin pour traverser les bois vers le point 1274m. Poursuivre toujours le long des bois en coupant les lacets de la route forestière. À ski, une dernière clairière permet de rejoindre la route non loin du pont de l'ancien moulin, à 400m de Gouaux-de-Luchon (la piste elle-même aboutit à 1,2 km du village).

Longueur :** (1300m)
Difficulté :*
Intérêt :** (+1 pour le circuit à ski)
Trajet :cartographie (AR), cartographie (circuit)
Topos :Camptocamp.org
Conditions :2010/01/16 (aller-retour), voilé puis beau, neige 1050m (skis)
2015/02/08 (circuit), beau au-dessus de la brume, neige 900m (skis)

Pic de Burat (2154m) depuis Gouaux-de-Luchon (930m)

Sentier n°12 jusqu'à la cabane de Salode (1549m) puis droit dans la pente pour rejoindre la crête O du Burat au point où elle vire au nord. Crête dominant le cirque nord du Burat jusqu'au sommet, belle vue mais petit vent glacial, sans traîner jusqu'au col d'Esclot d'Aou et je fuis la crête vers la cabane du Mouscadé. Une douzaine d'isards semblent trouver la neige croûtée aussi pénible que moi-même. Heureusement la descente vers la cabane de Salode est plus agréable.

Longueur :** (1200m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Topos :Véron, Randonnées choisies autour de Luchon, page 79
Conditions :2005/12/29, beau se voilant lentement, froid, neige 1250m (raquettes)

Mail de la Pique (1754m), pic de Maupas (1894m), pic de Burat (2154m) en circuit depuis Baren (870m)

Anténac versant est Joli circuit, un peu long dans son intégralité, mais un simple aller-retour au mail de la Pique est déjà de grand intérêt. Passer le long de l'église de Baren et continuer le chemin large qui suit. On rencontre tout de suite un embranchement avec un panneau indiquant la cabane de Baren par le ravin du riou de l'Ombré. En hiver, ignorer ce chemin et monter à gauche vers les granges de Laprade. Rejoindre la ruine la plus haute (1100m) et remonter la croupe assez raide qui domine le ravin jusqu'à la cabane de Baren (Plagnette sur la carte IGN, 1300m). S'élever plein nord pour rejoindre rapidement la crête au-dessus et la suivre en limite de forêt. Vue magnifique tout du long. Passer à la cabane du Planet (1580m) et continuer jusqu'au mail de la Pique (1754m), feintable en été mais c'est bien dommage. Panorama admirable, bien plus intéressant que l'altitude modeste de ce sommet ne le laisse soupçonner. Descendre un peu (1701m) et remonter au pic de Maupas (1894m). Après une courte descente, la crête se poursuit vers le pic de Burat. Elle présente un passage horizontal un peu étroit avant d'atteindre le sommet, au vaste panorama même si le Bacanère en masque un bout.

Descendre par la voie normale vers Gouaux-de-Luchon : col d'Esclot d'Aou, cabane du Mouscadé, cabane de Salode, Gouaux-de-Luchon. Pénétrer dans le village par le NE et prendre la première rue à droite qui se transforme tout de suite en chemin descendant doucement au nord. Juste avant le premier lacet, devant des abreuvoirs, prendre la branche de droite qui rejoint le ruisseau. Suit un joli sentier en balcon, faiblement ascendant, qui ramène à Baren.

Longueur :** (1450m)
Difficulté :*
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2010/12/27, beau, neige 900m/1100m

Pic de Burat (2154m) en circuit depuis la route forestière de Burat

schéma Burat Joli circuit, varié car on change sans cesse de versant, pour monter au Burat en faisant le tour du vallon qui entaille son versant nord. De belles forêts, de jolies vues malgré la météo, un cerf, un grand tétras et foultitude d'isards. À Marignac, emprunter la route forestière de Burat - Palarquère jusqu'au dernier pont sur le ruisseau de Marignac (990m) ; si elle est interdite ou barrée, démarrer au pont précédent (650m) pour suivre le sentier de la cabane Contraire, le long du ruisseau (+350m, +4 km AR).

La première étape est de monter au col d'Arraus, à l'ouest. Je n'ai pas trouvé de sentier continu mais peut-être en existe-t-il un ? Revenir en arrière sur la piste pendant 300 mètres environ. Prendre la piste de débardage abandonnée qui monte rive gauche du ruisseau descendant du col. Juste après la première épingle à droite, j'ai quitté la piste pour un vieux chemin creux à gauche (à tort ?). Il grimpe d'abord raide puis s'assagit en virant au SO, ce qui semble bien. Vers 1300m, je l'ai perdu et j'ai constaté que j'avais dévié trop à gauche. Revenant à droite, j'ai rapidement atteint la clairière de la cabane ruinée d'Arraus (1386m). Une piste herbeuse arrive au coin nord inférieur, est-ce le bon chemin ? En haut à droite, on trouve une piste qui en deux lacets rejoint la crête à proximité du col d'Arraus. Plus de difficulté maintenant. Suivre le sentier de crête, bien marqué, en ignorant les pistes de débardage. Plus haut, le sentier quitte la crête pour traverser à flanc, évitant le mail de la Pique. À la sortie des bois, magnifique vue sur les montagnes luchonnaises. Continuer le sentier qui revient en crête au pied du pic de Maupas, feinter celui-ci, puis de nouveau par la crête qui s'oriente à l'est, et parvenir au sommet du Burat.

Le retour est plus clair. Descendre au SE au col d'Esclot d'Aou, suivre le GR10 au nord jusqu'aux cabanes des Courraux (1586m), joli site. Abandonner le GR10 pour un sentier bien balisé rouge-jaune. Il traverse versant est un flanc abrupt (prudence si humide), bascule versant ouest pour continuer toujours en traversée sur un flanc raide avant de reprendre la crête pour aboutir à la cabane de Tucoulet (2-3 places). Le sentier plonge à l'ouest, passe au grand chalet de l'Artigue (3 matelas et une vingtaine de places) et rejoint, assez longuement, la piste de départ à 1,5 km du pont.

Longueur :** (1200m, 16 km)
Difficulté :** (orientation, sentier sur pente raide)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2007/05/07, voile épais se désagrégeant laborieusement puis se rebouchant, neige 1900m/1800m

Pic de Bacanère (2193m) en circuit depuis Bausen (910m)

vallée de Carlac Bacanère versante E Biche, marmottes, isards en nombre, vautours, on aurait dit un parc animalier. À l'église de Bausen (910m), le balisage rouge-blanc signale un joli chemin construit qui part à droite, contourne la crête qui domine Bausen et pénètre dans la mignonne vallée de Carlac, dernier vallon espagnol au nord du val d'Aran. Le sentier, toujours excellent et balisé, traverse l'arriu de Carlac sur une passerelle récente, fait un lacet dans une belle hêtraie et revient vers le ruisseau. Vers 1250m, en lisière des bois, le balisage descend à gauche pour retraverser le ruisseau, rejoindre le coret de Pan (1177m) et rentrer à Bausen. Prendre à droite un sentier moins marqué pour continuer à remonter la vallée. On perd ce sentier dans une clairière marécageuse. L'itinéraire normal vers le Bacanère continue dans la vallée principale. Ma variante consiste à s'élever NNO droit dans la forêt facile (une vague croupe sert de guide) pour rejoindre la crête des Estagnous vers le point 1752, à l'ouest du pic de Sacaube (tuc de Sacauva). Suivre la sente de crête jusqu'au pic d'Estagnous (2055m) après lequel on est de plein pied avec un plateau avec des étangs (jonction avec l'itinéraire normal). Monter au pic de la Hage (tuc de Sahaja, 2165m) ou le feinter légèrement à gauche, et suivre la crête frontière jusqu'au pic de Bacanère (tuc deth Plan deth Òme, 2193m).

Descendre au SO au col des Taons de Bacanère (còth d'Estanhs, 1976m). Plonger à l'est (vieux sentier abandonné), traverser vers le sud un plateau herbeux et continuer la descente jusqu'à la cabana deth Vaquer de Saplan (1600m). Ignorer la piste moderne, passer rive gauche sous une cabane en ruine et trouver près du ruisseau le départ du vieux sentier un peu oublié (cairns). Suivre ce sentier qui descend dans les bois puis effectue une longue traversée panoramique jusqu'à Bausen (assez envahi par l'herbe sur le bas mais dans ce sens sa direction est claire).

Longueur :** (1300m)
Difficulté :** (hors sentier)
Intérêt :**
Trajet :cartographie
Conditions :2008/01/13 (crête E du cap des Canaus, 1800m), beau puis voilé, venté, neige 900m
2011/06/03, beau puis nuages et éclaircies

Montagne de Rié (1129m) en circuit depuis Marignac (530m)

La montagne de Rié est le sommet dominant Saint-Béat et si visible au retour du val d'Aran. Il abrite une étonnante végétation méditerranéenne et d'anciennes carrières de marbre que le « sentier du thurifère », bien balisé et documenté, permet de découvrir. Parvenu au mail Blanc (971m), on peut tenter une montée directe au sommet du Rié, pente herbeuse raide et escalade II. Panorama modeste (le Burat occupe tout l'espace au sud) mais premières jonquilles de l'année. Retour par l'arête ouest, sans aucune difficulté jusqu'à la table d'orientation où l'on retrouve le sentier balisé.

Longueur :* (650m)
Difficulté :* (+1 pour l'accès direct au Rié)
Intérêt :*
Trajet :cartographie
Conditions :2012/03/25, beau, chaud
2015/05/10 (sans le sommet), beau, chaud